Par Michel Morin
1 Introduction, pourquoi ai-je publié cet exposé?
2 Critères bibliques pour être un «ange / messager de Dieu»
3 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur l'arbre de la connaissance du bien et du mal
4 L'appel aux «vainqueurs» de l'esprit accusateur sur l'arbre de la connaissance du bien et du mal
5 Le protocole des noces de l'Agneau
6 Exposé sur le mystère de l'iniquité
7 Le mystère du procureur coupable de mépris de cour
8 William Branham et «son message», avant le retour de Christ
9 Réfutation de l'enseignement de William Branham sur l'évolution progressive de la nouvelle naissance
10 En préparation : Réfutation de l'enseignement de William Branham sur les 70 semaines de Daniel
11 En préparation : Réfutation de l'interprétation de William Branham sur le rôle du pays d'Israël dans les prophéties bibliques
12 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur l'unité de Dieu et sur la divinité
13 En préparation : Réfutation de l'interprétation de William Branham sur le serpent ancien
14 Réfutation de l'interprétation de William Branham sur les 144,000 d'Apocalypse 7:4, 14:1 et 14:3
15 En préparation : Réfutation de l'interprétation de William Branham sur la marque de la bête
16 En préparation : Réfutation de la prétention de William Branham déclarant que son message a «réglé les points en suspens»
17 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église d'Éphèse «Paul»
18 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Smyrne «Irénée de Lyon»
19 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Pergame, «Martin de Tours»
20 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Thyatire, «Colomba d'Iona»
21 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Sardes «Martin Luther»
Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Philadelphie «John Wesley»
23 Réfutation Exposé des 7 Âges de l'Église - Le pseudo messager de l'Église de Laodicée «William Branham»
24 Réfutation de l'enseignement et de l'interprétation sur les 7 sceaux et les 7 tonnerres par William Branham
25 Réfutation de l'enseignement et de l'interprétation sur les 7 trompettes par William Branham
26 Clarence Larkin, sa publication de 1918
27 À propos de «Voice of God Recordings»
28 Lettre ouverte de Sarah Branham aux croyants (du Message) datée de 1989


Cette illustration circule parmi les assemblées «du Message des temps de la fin» qui suivent les enseignements de William Branham.

L'illustration est celle d'un chandelier à 7 branches, lequel est jumelé à 7 phases «lunaires» assorties d'étoiles représentant chacune un personnage identifié en tant «qu'ange/messager» pour son «pseudo âge».



Cette page se réfère à la prédication de William Branham, prêchée le 10 décembre 1960, samedi soir, Jeff. (Indiana).

Lien vers le texte original en Anglais: Philadelphian Church Age, [60-1210] Ce lien s'ouvre dans une fenêtre extérieure
Lien vers le texte traduit en Français: L'âge de l'Église de Philadelphie, [60-1210]
Téléchargez .doc    .pdf    .pdf (brochure)
Voir les textes français et anglais simultanement Ce lien s'ouvre dans une fenêtre extérieure



Veuillez noter que ce site Internet est présentement en développement et certaines pages ne sont pas complétées.


Note: Les liens sont soulignés en bleu     (Les liens indiqués avec s'ouvrent dans une fenêtre extérieure)

Avant-propos et textes d'introduction
Introduction, pourquoi ai-je publié cet exposé?
En 1954, l'Église aurait pu vivre un grand réveil! Mais l'étincelle fut éteinte avant même d'avoir pu mettre le feu
L'appel des vainqueurs - la dernière trompette

Section réfutation des enseignements de William Branham
Les messages ne sont pas adressés à l'Église, mais à «l'ange/messager»
La lettre écrite à «l'ange/messager» de l'Église de Philadelphie peut-elle être adressée à John Wesley?
Jean aurait reçu la vision du «Jour du Seigneur» sur l'île de Patmos vers les années 95-96
Le message de la lettre, est adressé au conducteur de l'Église
John Wesley ne savait pas qui était Jésus, ni qui était l'Esprit, le Seigneur, ni qui était son Dieu
Ce que l'Histoire retient de John Wesley
Le personnage de John Wesley selon William Branham
John Wesley n'est pas qualifié. Ce personnage n'a jamais connu l'authentique «nouvelle naissance»
La «sanctification selon John Wesley», n'était pas la vraie sanctification de Dieu
Wesley ne comprenait pas que «la victoire» des élus, dépendait de la pensée perpétuelle dans le sang de l'agneau
Tous ces hommes (les 7 messagers) sont remplis de l'Esprit (selon William Branham)
Signification exacte de l'expression «être rempli de l'Esprit»
L'aberration de William Branham, «un Martin Luther Trinitaire, rempli de l'Esprit» !!!
Que signifie l'expression «devant toi» et quelle est la signification originale du mot «devant»?
Le Seigneur a-t-Il ouvert «la porte de la révélation de la divinité» devant John Wesley?
L'acrobatie théologique de William Branham
Si seulement William Branham avait été conséquent
La confusion de William Branham sur sa version de «l'unicité de Dieu» versus la Trinité
William Branham savait que Jésus n'était pas Dieu, et que le Fils avait «un commencement»
William Branham croyait que le «Père, l'Esprit» avait juste «changé de forme», en devenant «Jésus homme»
William Branham ne pouvait pas interpréter le verset 12 dans Apocalypse 3
Si «le Père de gloire» est le Dieu de notre Seigneur, alors qui est son Fils?
Un mot sur «l'arianisme», que Martin de Tours, pseudo «ange/messager» de l'Église de Pergame, a combattu
La divinité selon «Arius», un seul Dieu, se manifestant hors de «Sa Lumière incréée» et inaccessible
Le mystère de la «Trinité de Dieu» a commencé avec «une dualité» quand Dieu s'est créé son Personnage Spirituel
Le Fils est la «plénitude de son Dieu» et Jésus est «la plénitude de l'Esprit de son Dieu» (celle du Fils)
L'Esprit, le Logos, le Verbe, c'est le Fils qui possède le droit d'ainesse divin, le trône de Dieu
D'où vient la date du début de l'âge en 1750? Pourquoi William Branham n'a jamais cité sa source?
La surprenante logique de William Branham - Paul! repens-toi!
William Branham savait parfaitement qui était Clarence Larkin
Petit exercice... Remplaçons le mot «théologien» par le nom «Clarence Larkin»
Les propres mots de William Branham «en les lisant, ça m'éclaire beaucoup»
Clarence Larkin a popularisé la notion «d'âges» des l'Églises. Un terme inexistant dans l'Apocalypse

*

Note: Les liens sont soulignés en bleu     (Les liens indiqués avec s'ouvrent dans une fenêtre extérieure)

La raison pourquoi j'ai publié cet exposé, est que j'ai été littéralement «poussé à le faire» et si ce n'est pas moi qui l'aurait fait, le Seigneur aurait choisit quelqu'un d'autre! C'est la déclaration de guerre du Seigneur, pas la mienne! C'est Sa guerre telle que prophétisée dans Apocalypse 12:7! Si vous croyez que le Seigneur revient, commencez d'abord par identifier son Esprit et ceux qui en sont inspirés! Maintenant, comprenez-moi bien: ce site Internet a été créé dans le but précis d'examiner soigneusement tous les critères requis selon la Parole de Dieu pour qu'une personne soit spirituellement qualifiée devant le Seigneur, pour être un «ange» ou un «messager» du Seigneur. Je suis persuadé que l'errance dans le «désert» a maintenant assez duré, et qu'il est plus que temps de remettre les pendules à l'heure!

Si vous avez déjà parcouru d'autres chapitres parmi mes publications, vous avez certainement observé que je vous ai clairement indiqué que personne ne peut prétendre se tenir dans la présence de Dieu, peut importe qu'il soit un moine, un prêtre ou un évêque Catholique du moyen âge, tel Irénée de Lyon, Martin de Tours ou un moine/évangéliste comme Colomba d'Iona, ou un réformateur comme Martin Luther,  ou même un grand prédicateur comme John Wesley, à moins de comprendre Qui est le Seigneur, et Qui est Son Dieu. Pour cela, il faut être né de nouveau.

Sachez également qu'aucun Trinitaire, même s'il a été désigné par William Branham en tant «qu'ange/étoile/messager»  ne peut se tenir dans la présence de Dieu, car c'est un non-sens de prétendre «se tenir dans la présence de Dieu» en Esprit, alors qu'un Trinitaire ne sait même pas Qui est notre Dieu et n'est pas en mesure d'identifier correctement à quel esprit il s'adresse.  Seuls ceux qui sont revêtus de la robe blanche symbolique de l'Agneau et qui connaissent leur Dieu et leur Seigneur ont accès au Saint des Saints en Esprit.

Bien que je ne reconnaisse aucune autorité de William Branham dans ses enseignements sur la Parole de Dieu, néanmoins je partage entièrement sa déclaration alors qu'il avait affirmé que le trinitarisme était du diable. Sauf que William Branham n'a pas été conséquent dans son raisonnement. Si tous ceux qui rendent un culte au trinitarisme sont littéralement inspirés du diable comme William Branham l'a affirmé, ce dernier aurait du savoir que les personnages qu'il a choisis en tant «qu'anges/étoiles/messagers» dans son «exposé des 7 âges de l'Église» étaient tous trinitaires (sauf l'apôtre Paul) et puisqu'il est écrit que «Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement», alors tous ceux qui ont endossé et enseigné le trinitarisme, étaient également inspirés du diable, hier, aujourd'hui et éternellement.

En 1958,William Branham a tenté d'expliquer que Jésus était le le Saint-Esprit, mais sous la forme de la «deuxième personne» de la Trinité...
Cliquez pour agrandir
En 1961, William Branham a affirmé que le dogme trinitaire de Nicée était inspiré du diable, et par conséquent ceux qui défendaient cette doctrine étaient inspirés par le diable. Si la référence d'Hébreux 13:8 dit que le Seigneur ne change pas sa Pensée, hier aujourd'hui et éternellement, faut croire que ce qui était du diable à Nicée en 325, l'était tout autant au moyen-âge jusqu'à maintenant. Malheureusement, personne ne saurait prétendre se tenir dans la présence de Dieu, avec cette inspiration....car cette inspiration est une marque spirituelle «dans le front», celle du diable.

Je ne vois pas comment un «ange/étoile/messager» pourrait être inspiré du diable et être rempli du Saint -Esprit en même temps, ce qui serait un non-sens. Disons que l'expression «remplis de l'Esprit» de William Branham était très «flexible» dans un sens vraiment large, pouvant accommoder à peu près n'importe qui.

 « (97) Le Saint-Esprit dont Paul fut rempli et qui lui fit faire les choses qu’il a faites est le même Saint-Esprit qui remplira celui-ci (Irénée), Martin, et tous les autres. Il les remplit complètement, et Il nous remplira complètement, vous et moi.» L'Âge de l’Église de Sardes 60-1209

« Et nous avons vu qu’il (Martin) était un saint rempli du Saint-Esprit, saint Irénée et tous les autres, et—et saint Colomba, et tous ces hommes remplis de l’Esprit. » - William Branham -Prédication La soixante-dixième semaine de Daniel 61-0806

Exposé des Sept Âges, Âge de Sardes, citation chapitre 3 page 76 : "Ces sept messagers font connaître Dieu au peuple ... Ils parlent et agissent sur Son autorité, il se tient derrière eux avec toute la puissance de la Divinité (...) Les voici donc, remplis du Saint-Esprit et de foi, enflammés du feu de Dieu, ils brandissent la Parole de vérité, et Lui se tient là pour les appuyer. - William Branham -


Cliquez pour agrandir

Cette étude vise expressément la crédibilité de l'enseignement et la doctrine dispensationaliste «de l'Exposé des «sept dispensations» ou 7 âges de l'Église» ainsi que celle de la «révélation progressive» sur laquelle repose l'enseignement des Sept Âges de l'Église, tel que prêché par William Branham. Ce site n'est pas une attaque sur le don de guérison de William Branham, car seul Dieu a le pouvoir de guérir et ceux qui chassent des démons en Son Nom ne peuvent se glorifier de quoi que ce soit devant Lui. Au «Jour du Seigneur» plusieurs diront au Seigneur: «n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ?» et le Seigneur ne les contredira pas sur leurs dons de chasser des démons ou de faire des miracles en Son Nom, mais il leur dira simplement qu'Il ne les a jamais connus....

«Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son fils fût le premier-né entre plusieurs frères (et sœurs).» Romains 8:29

Ici je désire souligner l'importance et la profondeur des mots utilisés par l'apôtre Paul dans l'expression «semblables à l'image de son fils afin que son fils fût le premier-né entre plusieurs frères». Car voyez-vous, Jésus est leur frère ainé, le premier-né de la famille humaine de Dieu. Par son sacrifice expiatoire et son sang versé, ceux qui sont crucifiés en lui, sont restaurés à égalité avec lui, devant leur Père Céleste. Ils sont restaurés «image/copie conforme», sanctifiés et rendus parfaits de la même sainteté et perfection que Jésus lui-même.

«Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul. C'est pourquoi il n'a pas honte de les appeler frères Hébreux 2:11

Et pourtant, ce n'est pas du tout ce qu'enseigne William Branham, quand il essaie de vous faire croire que des personnages historiques, endossant des préceptes et des doctrines humaines, se sont supposément qualifiés par leurs œuvres et leur témoignage pour être des «vainqueurs» et des modèles pour accomplir des ministères «d'anges/messagers» auprès de leurs assemblées respectives!

Vous l'aurez sans doute compris, le contenu des pages de ce site Internet cible particulièrement la crédibilité de William Branham en tant qu'enseignant biblique, et son interprétation des volets historiques et spirituels reliés à des personnages qu'il a délibérément choisis de sa propre initiative afin d'interpréter les soi-disant «âges» de l'Église... La clé de mes réfutations se trouve dans l'analyse soigneuse, que j'ai effectué sur les «personnages historiques» qu'a choisis William Branham, sur leur vie, leur écrits et témoignages, leurs «théologie» ainsi que les personnes avec lesquelles ils se sont associés et tous ceux qu'ils ont admirés et qui les ont inspirés.

Note

Pour réaliser ce site Internet, j'ai consulté les archives officielles des documents historiques, tant en français et en anglais. Les références proviennent de sources surprenantes, des encyclopédies dont William M. Branham a lui même fait référence, et même un site musulman qui a développé une expertise non négligeable sur les doctrines de l'Église catholique romaine.  Par exemple, les lettres de l'empereur Constantin aux évêques de Nicée et ses édits, ainsi que des milliers de documents provenant des «Pères de l'Église» des époques (4) pré-nicéennes et (5) post-nicéennes, (6) les écrits d'Irénée de Lyon (7) (Contre les hérésies), (8) etc., la plupart des archives en langue anglaise, sont actuellement disponibles en quelques clics et des centaines de graphiques et d'illustrations deviennent ...... comprendre que tout enseignant crédible et intègre qui se respecte s'en tient aux faits véridiques et vérifiables dans tout leur contexte, qu'ils soient politiques, sociaux ou religieux. Lorsqu'un historien se base sur des fables, des légendes (hagiographies) et des allégations pour interpréter l'histoire, c'est tout son enseignement au complet qui est visé et remis en question, peut importe qu'il soit sincère ou non. Les faits historiques vérifiés ne s'inventent pas ni s'interprètent, car ils parlent d'eux-mêmes. Cette étude soulignera implacablement tous les anachronismes rencontrés, les erreurs et omissions historiques ainsi que les aberrations par rapport au bon sens et confrontera les doctrines théologiques acceptées comme norme avec la vérité dans une logique implacable.

Quelques unes des références Internet que j'ai utilisées
(1a) Martin Luther, sa théologie
(1b) Luthéranisme (comparaison avec la foi catholique)
(2) (ref. Internet)
(3) (ref. Internet)
(4)
https://www.biblestudytools.com/history/early-church-fathers/ante-nicene/  
(5) https://www.biblestudytools.com/history/early-church-fathers/post-nicene/

(6) http://www.newadvent.org/fathers/0103.htm

(7) Le texte intégral de l’Exposé de la prédication apostolique par Irénée de Lyon.
(8)
Le «Traité Contre les hérésies» par Irénée de Lyon
(9) Base de données des sermons de William Branham en français

(10) Base de données des sermons de William Branham en anglais

Vous pourrez à tout moment communiquer avec moi en m'écrivant à michel@lalumieredusoir.ca
Que le Seigneur ajoute Sa bénédiction à la lecture de cette publication!

 


Note: Les liens sont soulignés en bleu     (Les liens indiqués avec s'ouvrent dans une fenêtre extérieure)

La raison pourquoi j'ai publié cet exposé, est que j'ai été littéralement «poussé à le faire» et si ce n'est pas moi qui l'aurait fait, le Seigneur aurait choisit quelqu'un d'autre! C'est la déclaration de guerre du Seigneur, pas la mienne! C'est Sa guerre telle que prophétisée dans Apocalypse 12:7! Si vous croyez que le l'Esprit du Seigneur revient, commencez par l'identifier et reconnaissez qui sont ses «véritables messagers!» Ce site Internet a été créé dans le but précis d'examiner soigneusement tous les critères requis selon la Parole de Dieu pour qu'une personne soit spirituellement qualifiée pour être un «ange/messager» du Seigneur. Je suis persuadé que l'errance dans le «désert» a maintenant assez duré, et qu'il est plus que temps de remettre les pendules à l'heure!

Si vous avez navigué chronologiquement dans ce site web jusqu'à maintenant, vous avez sans doute observé que j'ai réfuté toutes les affirmations et déclarations de William Branham en vous prouvant que les personnages qu'il a choisis n'ont jamais pu se tenir dans la présence de Dieu, et que finalement c'est tout l'enseignement «des 7 âges de l'Église» qui est non-scripturaire. William Branham a tenté de faire croire à son auditoire, que n'importe qui croyant n'importe quoi, en autant qu'il est sincère et qu'il marche dans la lumière «la soi-disant lumière» de son époque, pouvait être «un vainqueur» né de nouveau, se tenant continuellement dans la présence du Seigneur, tel que requis par les principes élémentaires contenus dans la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ.

J'aimerais vous souligner, que lorsqu'une personne est réellement «dans la présence de Dieu» en Esprit, elle en est totalement consciente. C'est une révélation divine qui lui indique qui elle est, et qui est le Seigneur, et qui est son Dieu. Et il y a une communion active entre elle et le Seigneur. Et normalement, le témoignage de cette personne indique ce qu'elle est et ce qu'elle comprend du Royaume de Dieu. Peut importe que vous soyez un moine, un prêtre ou un évêque Catholique du moyen âge, tel Irénée de Lyon, Martin de Tours ou Colomba d'Iona, ou encore un réformateur comme Martin Luther, si vous croyez par exemple que Jésus fait partie «d'une Trinité d'un Dieu en 3 personnes» coexistant éternellement et de la même «essence» que votre Père Céleste, qui habite une Lumière incréée et inaccessible, ou encore que Jésus est notre Dieu qui a juste changé de forme, c'est que vous n'avez rien compris et que vous ne savez même pas qui est le Seigneur et qui est votre Dieu. Quant à John Wesley, cette page va vous renseigner sur ce personnage et vous allez comprendre, que lui non plus, ne s'est «jamais tenu» dans la présence de Dieu, tel que requis dans le livre prophétique d'Apocalypse 8:2 et n'a jamais été celui que prétend William Branham.

William Branham n'a jamais expliqué vraiment ce que signifiait l'expression «se tenir dans la présence de Dieu». Cependant, en 1954, William M. Branham avait déclaré dans une prédication intitulée «Dieu amène son Église à la perfection», que ceux qui étaient nés de nouveau étaient restaurés à égalité avec Jésus, dans la présence de Dieu. Et sur ce point je suis tout à fait d'accord avec lui. Dans cette affirmation, il y avait là, tout le conseil de Dieu au complet! Mais c'est resté là, et après «son sermon de 1954» ce principe ne fut plus appliqué dans ses enseignements!

 La citation de William Branham est ici (survolez ce lien avec votre curseur)

Après avoir déclaré en 1954, que ceux qui étaient nés de nouveau étaient restaurés à égalité avec Jésus, je crois que ce fut probablement la première et dernière fois que William Branham déclara cela. Mes recherches dans la base de données de ses prédications originales (en anglais) m'indiquent que les expressions «co-equal with Jesus in His presence» ou «equal with Jesus in His Presence » associées à la nouvelle naissance, ne furent jamais plus utilisées dans aucun de ses sermons par la suite. On pourra dire que l'Église est passée à un cheveu d'avoir un vrai Message de réveil! Mais le Seigneur l'a quand même laissé prêché jusqu'en 1965, jusqu'à ce qu'il soit «retiré de la circulation».

William Branham aurait du prêcher ce qu'il avait déclaré en 1954 à propos de la nouvelle naissance, et ce, durant tout son ministère de guérison! Il aurait dû marteler cette vérité et envoyer promener la «révélation progressive» et «dispensationaliste» bricolée par des théologiens Trinitaires, tels que Darby, Scofield et Larkin. Au lieu de cela, William Branham a essayé de vous faire croire que n'importe qui pouvait être perçu comme un «véritable vainqueur né de nouveau» aux yeux du Seigneur, en «autant que la personne est sincère et marche dans la seule compréhension qu'elle a» du message «évangélique» de son temps! Sauf que, le Seigneur n'a jamais fait de compromis avec les critères requis pour être baptisé dans son Alliance! Dieu ne change pas sa pensée comme les hommes,, la pensée de Dieu n'est pas progressive, et ce qui est «ténèbres spirituels» aujourd'hui, l'était tout autant hier, et le sera éternellement Voyez-vous? C'est exactement ce que William Branham a oublié....

Pour réaliser ce site Internet, j'ai consulté les archives officielles des documents historiques, tant en français et en anglais. Les références proviennent de sources surprenantes, des encyclopédies dont William M. Branham a lui même fait référence, et même un site musulman qui a développé une expertise non négligeable sur les doctrines de l'Église catholique romaine.  Par exemple, les lettres de l'empereur Constantin aux évêques de Nicée et ses édits, ainsi que des milliers de documents provenant des «Pères de l'Église» des époques
(1) pré-nicéennes et (2) post-nicéennes, (3) les écrits d'Irénée de Lyon (4) (Contre les hérésies), (5) etc., la plupart des archives en langue anglaise, sont actuellement disponibles en quelques clics et des centaines de graphiques et d'illustrations deviennent accessibles pour tout chercheur sérieux, ce qui n'était pas le cas il y a 50 ans. Néanmoins vous devez comprendre que tout enseignant crédible et intègre qui se respecte s'en tient aux faits véridiques et vérifiables dans tout leur contexte, qu'ils soient politiques, sociaux ou religieux. Lorsqu'un historien se base sur des fables, des légendes (hagiographies) et des allégations pour interpréter l'histoire, c'est tout son enseignement au complet qui est visé et remis en question, peut importe qu'il soit sincère ou non. Les faits historiques vérifiés ne s'inventent pas ni s'interprètent, car ils parlent d'eux-mêmes. Cette étude soulignera implacablement tous les anachronismes rencontrés, les erreurs et omissions historiques ainsi que les aberrations par rapport au bon sens et confrontera les doctrines théologiques acceptées comme norme avec la vérité dans une logique implacable.

Bien que cette page en particulier s'adresse au personnage de John Wesley, qui vécut du 17 juin 1703 au 1er janvier 1790, vous comprendrez que les textes de cette page en particulier ont été rédigés pour démontrer clairement que ceux qui sont qualifiés «d'anges/messagers»  qui se «tiennent devant Dieu» (Apocalypse 8: 2) ne peuvent en aucun cas être les personnages nommés dans l'enseignement de «l'Exposé des 7 âges de l'Église» prêché par William Branham. Tout comme John Wesley, ces personnages, pseudo «messagers» sont certes des personnages historiques ayant eu un impact sur le volet religieux du «christianisme», mais à la lumière des Écritures, la majorité d'entre eux n'ont jamais rencontré les critères requis pour «se tenir dans la présence de Dieu» (sauf Paul) ni ont satisfait aux détails particuliers des «lettres adressées personnellement à chaque «ange/messager», que ce soit les louanges, les réprimandes, ou les instructions et exhortations du Seigneur. Je reconnais que William M. Branham a effectivement eu un «impact» sur les frères et sœurs francophones, non seulement du Québec, mais chez tous les francophones du monde entier, mais maintenant je crois qu'il était temps que ce site web voit le jour en langue Française, car l'appel aux vainqueurs cible également tous les francophones répartis dans l'Église de Dieu.

Que le Seigneur ajoute Sa bénédiction à la lecture de cette publication!

Vous pourrez à tout moment communiquer avec moi en m'écrivant à michel@lalumieredusoir.ca

Certains sites de références consultés
(1) https://www.biblestudytools.com/history/early-church-fathers/ante-nicene/   (2) https://www.biblestudytools.com/history/early-church-fathers/post-nicene/
(3) http://www.newadvent.org/fathers/0103.htm (4) Le «Traité Contre les hérésies» par Irénée de Lyon (5) Le texte intégral de l’Exposé de la prédication apostolique par Irénée de Lyon.


Sachez que pour être reconnu et choisi lors de «l'appel des vainqueurs», en tant qu'«ange/messager» de Dieu, le vainqueur doit TOUJOURS être en mesure de se tenir dans la présence de Dieu, quand il le veut, jour et nuit, complètement conscient de qui il est. En anglais j'aime bien l'expression «constant self-awareness in Jesus-Christ» ou si vous voulez: «la conscience perpétuelle de soi dans l'Alliance de Dieu en Jésus-Christ». C'est un «état d'esprit» qui s'acquiert par la foi et la révélation divine, dans lequel le «soi-même crucifié en Jésus» devient le centre d'attention de notre vie. La «conscience de soi en Jésus-Christ»  génère toujours une guerre spirituelle, (en vous-même) et ceux qui persévèrent «se gardent eux-mêmes» dans l'Esprit, et l'esprit humain «adversaire» finit par être vaincu et ne le «et ne le touche pas». La particularité de «l'Esprit de l'Alliance en Jésus-Christ» est que vous avez vaincu toute culpabilité et condamnation dans votre intérieur, une fois pour toutes, et que toute forme de pratique religieuse, ou comportements basés sur des règles morales «pseudo-chrétiennes», visant à vous faire croire que cela va plaire à Dieu ou va «vous sanctifier» d'avantage, devient quelque chose que vous détestez. Autrement dit, quelqu'un réellement né de nouveau «hait toute forme de légalisme», ou «règles de comportement chrétien» enseignées pour «plaire à Dieu».

C'est parce que voyez-vous, l'Esprit de Dieu n'a pas besoin d'aide pour écrire Lui-même, Sa Loi, dans le cœur de ses enfants! Et je crois sincèrement que William Branham ne l'a jamais compris! Croyez-vous vraiment que les «personnages historiques» choisis par William Branham aient su qu'ils étaient les «vainqueurs» des 7 Églises? Beaucoup de ces personnages historiques ont laissé des écrits, et jamais aucun d'eux n'a laissé de témoignage qu'il ait été «un ange/messager» d'une des 7 Églises. Pensez-y! Un Martin Luther qui rejette complètement tout le livre de l'Apocalypse car à ses yeux, l'Apocalypse de Jean n'est même pas un livre «inspiré» et digne de faire partie de la Bible! Croyez-vous vraiment que le Seigneur aurait dicté à Jean, d'écrire une lettre à un des «anges/messagers» sachant d'avance que le récipiendaire ne recevrait jamais la lettre? Comment Martin Luther aurait-il pu lire une lettre personnelle, dictée par le Seigneur et transcrite par Jean, prophétisée 1400 ans d'avance, alors que la lettre ne pouvait même pas l'atteindre? Tous ces personnages historiques, tels qu'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Luther et Wesley sont des inventions sorties tout droit d'une imagination basée sur un ouvrage d'interprétation humaine des Écritures!

Jean a été ravi en Esprit  «au Jour du seigneur», lequel est le même «Jour du Seigneur» dont il est parlé dans 1 Thessaloniciens 5:2 et 2 Pierre 3:10 Comprenez, que le Jour du Seigneur ne s'est jamais «déroulé sur une période de 2000 ans!, comme veut nous le faire croire, l'enseignement des Sept Âges de l'Église! Le «Jour du Seigneur» est un appel pour «des véritables vainqueurs»... 7 Trompettes vont les appeler simultanément!

Comment pouvez-vous imaginer un seul instant qu'un personnage historique comme Martin Luther, pourrait être «un vainqueur» dans le même sens que les vainqueurs des 7 Églises? Comment William Branham pouvait-il imaginer simplement que Dieu devait renoncer à tous Ses propres critères pour qu'une personne comme Martin Luther «naisse de nouveau» afin qu'il puisse VOIR (comprendre à sa manière) le Royaume de Dieu, en lui accordant plein d'exceptions et de passe-droits! Martin Luther, même après avoir quitté le catholicisme, est demeuré «tatoué spirituellement» avec des enseignements(1a) (1b) hérités de l'Église de Rome, continuant à adorer la sainte Trinité (2)  et rendant un culte à Marie (3) et aux saints de L'Église Catholique! Et William Branham il les a «excusés» parce que tous ces pauvres «personnages» marchaient dans «le peu de lumière» qu'ils avaient pour leur époque! Martin Luther n'a jamais connu l'authentique nouvelle naissance, lui qui a écrit et publié durant «sa réforme» que tuer un Juif n'était même pas un péché! Et il faudrait lui donner le titre de «vainqueur»? William Branham a essayé de vous enseigner «la restauration progressive» de «la nouvelle naissance» ce qui est une aberration diabolique! Les Écritures sont claires et explicites, à compter du moment où une personne «nait de nouveau» la nouvelle naissance ne s'étire pas «progressivement» sur plusieurs années!  Tout comme une naissance naturelle, tant que le bébé à naitre est dans le sein de sa mère, on ne peut pas à proprement parler, de «naissance» mais plutôt de «croissance» d'une potentielle naissance. Mais dès que l'enfant nait, il est «né» une fois pour toutes!

Après avoir analysé les enseignements de William Branham je peux vous affirmer que la table est mise afin de réfuter toute la crédibilité de l'enseignement et la doctrine dispensationaliste «des sept dispensations ou 7 âges de l'Église». Selon son enseignement, William Branham place les «7 âges» de l'Église à l'intérieur des «soixante-dix semaines de Daniel», au «centre de la soixante-dixième semaine», et son interprétation situe le début de l'Église des nations à la mort de Jésus après son ministère de 3½ ans, et accorde à la nation littérale d'Israël une «alliance» distincte que 2 prophètes Juifs publieront pendant une période de 3½ ans, soit la dernière moitié de la «soixante-dixième semaine».

Vous observerez que tout au long de ce site Internet, je réfute intensément le concept de la «révélation progressive» de William Branham sur laquelle repose l'enseignement des Sept Âges de l'Église. Je désire surtout pointer du doigt l'absence totale de discernement spirituel de William Branham, sur la nature même «de l'esprit» qui animait ses personnages, qu'il a délibérément choisis de sa propre initiative comme «anges/messagers», pour les livrer à ses auditoires comme de «saints exemples» de «serviteurs/anges/messagers» dans la main du Seigneur, se tenant dans la présence de Dieu. Ici j'insiste pour vous rappeler que ce que le Seigneur affirmé, est non-négociable, en ce que le discernement de l'Esprit sait reconnaitre un arbre à ses fruits: 

Matthieu 12:33-37 . « (33) Ou dites que l'arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l'arbre est mauvais et que son fruit est mauvais ; car on connaît l'arbre par le fruit. (34) Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l'êtes ? Car c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle. (35) L'homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l'homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor. (36) Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu'ils auront proférée. (37) Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné.»


Selon plusieurs affirmations de William Branham, les lettres sont des messages du Seigneur, adressés personnellement aux «anges/messagers» de chaque Église. Les messages du Seigneur ne sont pas directement adressés à l'Église, mais à l'ange de l'Église. Sur ce point, je suis entièrement d'accord.

D'accord!

Ensuite, puisque le message adressé à «l'ange/messager» le place comme responsable de «son assemblée», en aucun cas «le chandelier/Église» ne sera tenu responsable à la place de «son messager». C'est pourquoi dans les lettres du Seigneur aux «candidats-messagers» contiennent des avertissements ou des reproches, car c'est premièrement un «appel aux vainqueurs». Le Seigneur n'a jamais menacé aucune assemblée ou Église, de lui enlever son «étoile»,  mais plutôt l'inverse, c'est-à-dire que c'est «l'étoile/ange/messager» qui est menacé de se faire enlever son «chandelier/assemblée»

En guise d'analogie, comprenez que lorsque «l'entraineur» d'une équipe de sport (par exemple, le coach d'un club de hockey) est jugé incompétent par le ou les propriétaires de l'équipe, parce que son équipe ne gagne jamais de victoires, est-ce qu'on punit l'équipe? Non! On change le «coach»! Autrement dit, on lui enlève l'équipe et on la donne à un autre. Et c'est exactement ce que peut faire le Seigneur avec n'importe quel «candidat» aspirant à «servir de modèle» pour enseigner et parfaire «son assemblée». Si la «lampe/chandelier» représente «l'équipe» et que «l'étoile» représente «l'entraineur» vous comprendrez que si le propriétaire (le Seigneur) dit à l'entraineur : «Souviens-toi donc d'où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres ; sinon, je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.» cela signifie que le propriétaire peut enlever l'équipe à l'entraineur et la donner à un autre, qui lui sera plus compétent et mènera son équipe à la victoire.

Cependant, nous verrons plus loin que William Branham a été forcé de «de se contredire» et d'attribuer les messages adressés aux «anges/messagers», directement aux Églises, car son interprétation des prophéties ne pouvait accepter que les réprimandes du Seigneur contenues dans la  «lettre au messager d'Éphèse s'adressent à Paul».

De plus, contrairement à son affirmation du 7 décembre 1960, son changement d'interprétation lui permettait de se placer lui-même à l'abri des reproches adressés au messager de l'Église de Laodicée, car l'orientation de son enseignement des 7 âges de l'Église le plaçait directement à la fin des âges «de la dispensation des nations» en tant que «dernier messager de Laodicée», et bien que tout l'enseignement était faux, ce «conflit d'intérêt» entre un «messager-prophète» et les reproches adressés à l'ange/messager» de Laodicée, était insupportable ...

Quiconque, ajoute/modifie ou retranche les paroles des prophéties du livre de l'Apocalypse, comme l'a fait William Branham, entraine des conséquences graves. Qui se lèvera parmi les vainqueurs pour défendre William Branham? ....Personne! Les vrais vainqueurs précipiteront son enseignement dans l'étang de feu!

D'accord!«(...) (286)  La première chose dont je veux que vous vous souveniez, c’est que ces messages sont adressés, non pas à l’Église, mais à l’ange de l’Église. Retournons en arrière, à la première Église: “A l’ange de l’assemblée qui est à Ephèse, écris…”. N’est-ce pas? (287) Très bien! L’âge suivant, verset 8: Et à l’ange de l’assemblée qui est à Smyrne, écris… (288) Ensuite, verset 12: Et à l’ange de l’assemblée qui est à Pergame, écris… D’accord?» Sermon: L'Âge de l’Église de Pergame (286 à 288) 60-1207



Réfutation de l'enseignement des Sept Âges de l'Église
concernant l'ecclésiastique John Wesley
en tant que pseudo messager de l'Église de Philadelphie
(années 1750 à 1906)

Par Michel Morin


Échelle de l'époque dans l'histoire, selon l'enseignement des 7 âges de l'Église


Note: Les liens sont soulignés en bleu     (Les liens indiqués avec s'ouvrent dans une fenêtre extérieure)

Est-ce que la lettre écrite à «l'ange/messager» de l'Église de Philadelphie, pourrait être adressée à un personnage comme John Wesley? Dans un premier temps, avant de répondre à cette question, à savoir si la lettre écrite à l'ange de l'Église de Philadelphie s'adresse à John Wesley, nous allons brosser le «profil spirituel général» que le Seigneur demande d'un «ange/messager», selon les adresses du Seigneur à chaque «ange» de chaque Église et ensuite appliquer ce «profil général» sur John Wesley pour voir si la «foi de Wesley» rencontre les critères requis pour «se tenir» dans la présence de Dieu. Ensuite nous allons voir pourquoi la lettre dans ce passage, n'a jamais été adressée à John Wesley ni directement à l'Église de Philadelphie, mais plutôt à son authentique «ange/messager», bien que l'enseignement de l'Exposé des Sept Âges de l'Église prétend le contraire, en interprétant les symboles bibliques à sa façon. La version des 7 âges de l'Église enseignée par William Branham circule depuis près de 60 ans, et malheureusement n'a réussi qu'à apporter chez des croyants sincères, une confusion sur l'identité réelle des «étoiles/anges/messagers» qui sont dans la main du Seigneur. Voyons ici le passage relatif à l'ange/messager de l'Église de Philadelphie, dans Apocalypse 3, versets 7 à 13.

Apocalypse 3:7-13 (Louis Segond 1910)

«(7) Écris à l'ange de l'Église de Philadelphie: Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n'ouvrira: (8) Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu a peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer. (9) Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent ; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t'ai aimé. (10) Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. (11) Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. (12) Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. (13) Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !»

Dans chacune des lettres adressées aux «anges/messagers» le Seigneur termine toujours sa lettre avec une promesse «à celui qui vaincra». En soulignant cet aspect, au conditionnel, dans chacune des lettres, cela indique tout simplement que chaque lettre est un «appel aux vainqueurs» parmi les candidats qui discerneront le «Jour du Seigneur» dans lequel ils vivent et saisiront le sens de l'appel aux vainqueurs. Ceux qui vaincront, hériteront titre de «messager» pour leur Église.

En aucun cas, l'appel aux vainqueurs est «une restauration progressive» de la foi apostolique étalée sur 2 millénaires. L'appel cible 7 vainqueurs, simultanément. Car le retour du Seigneur, est avant tout, le retour «de l'Esprit du Seigneur» dans toute Sa Perfection, toute Sa sainteté, tout Son Intégrité, toute Sa force dans Sa plénitude, tel qu'Il était aux jours de Paul.

  1. «L'ange/messager vainqueur» se tient constamment devant Dieu.

  2. Les sept «anges/messagers» sont toujours «vus réunis», «tous les 7, ensemble» devant Dieu

  3. L'ange/messager doit être avant tout, le premier vainqueur de son Église

  4. Le vainqueur ne peut vaincre le diable (Satan) que par la pensée perpétuelle du sang de l'agneau, et non pas à cause de son propre sang, même s'il doit mourir martyr.

  5. Le vainqueur est toujours revêtu des vêtements blancs symboliques de la pureté et de la perfection de Dieu

  6. Le vainqueur lave toujours sa robe symbolique «dans le sang de l'agneau

  7. Le vainqueur est restauré à égalité avec Jésus, son frère ainé,  (exactement conforme, rendu saint, comme son Père Céleste est saint), devant son Dieu. Le vainqueur combat «l'accusateur» dans sa conscience humaine, le précipite hors de ses pensées, et garde en lui la pensée de l'Alliance scellée dans le sang de Jésus.

Quand vous aurez compris ce que sont les caractéristiques spirituelles des vrais «vainqueurs» des 7 Églises, vous comprendrez pourquoi les personnages choisis par William Branham, dans l'enseignement des 7 âges de l'Église, tels qu'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther et Jean Wesley, ne peuvent même pas se qualifier comme «véritables vainqueurs», se tenant perpétuellement devant Dieu, revêtu du «vêtement blanc» symbolique lavé «dans le sang de l'agneau».

Paul a témoigné dans Hébreux 10, verset 10, que par la volonté de Dieu, ceux qui sont appelés et qui croient, sont «sanctifiés» (rendus saints, comme leur Père Céleste est saint) une fois pour toutes!

Une fois pour toutes, n'est pas 2-3 ou 4 fois, un an, ou 10 ans ou 100 ans! Autrement dit, ceux qui croient ne se repentent qu'une seule fois, pas jour après jour, pas 1000 fois comme sous la Loi de Moise! Vous vous rendez compte? La nouvelle naissance démarre exactement au fil d'arrivée, là où ceux qui obéissaient à la Loi espéraient se rendre! En d'autres mots, leur fil d'arrivée (sous la Loi) est notre ligne de départ! Nous sommes déjà saints et parfaits! Restaurés et faits égaux avec Jésus! C'est là que le fameux passage de Jésus «Soyez parfaits comme votre Père Céleste est parfait» prend tout son sens!

Puis du verset 11 au verset 14, Paul affirme que le sacrifice de Jésus a amené «à la perfection pour toujours» ceux qui étaient sanctifiés. Qui comprend ce que cela signifie? Romains 8:29 nous confirme que Jésus est le premier-né entre plusieurs «frères et sœurs» et que par son sang et son sacrifice, nous avons été restaurés à égalité avec lui dans la présence de Dieu! Même sainteté, même perfection que celle de Jésus! Restaurés à son image! Copie conforme dans la présence de Dieu! Comment voulez-vous expliquer ce mystère à un Trinitaire comme John Wesley? Cela me met littéralement en colère de voir qu'on a berné l'Église pendant des décennies, des frères et sœurs qui cherchaient Dieu de tout leur cœur,  avec un enseignement comme les Âges de l'Église! Mais maintenant, il y a des coupes de colère qui vont être versées!


Cliquez pour agrandir


Voici quelques raisons élémentaires pourquoi le personnage John Wesley, n'est pas «l'ange/messager» de l'Église de Philadelphie. La principale raison c'est que le personnage a vécu il y a près de 230 ans, et que le «Jour du Seigneur» n'est pas encore arrivé. L'apôtre Jean, qui fut transporté et ravi en esprit , «au Jour du Seigneur» et durant sa vision, le Seigneur l'a conduit dans une suite d'événements

Jean a été ravi en Esprit  «au Jour du seigneur», lequel est le même «Jour du Seigneur» dont l'apôtre Paul a parlé dans 1 Thessaloniciens 5:2 et 2 Pierre 3:10 Comprenez, que le Jour du Seigneur ne s'est jamais «déroulé sur une période de 2000 ans!, comme veut nous le faire croire, l'enseignement des Sept Âges de l'Église! Le «Jour du Seigneur» est un appel pour «des véritables vainqueurs»... 7 Trompettes vont les appeler simultanément!

 

Donc, Jean a reçu du Seigneur l'instruction d'écrire cette adresse à l'ange de l'Église de Philadelphie, et ce message est un appel au vainqueur de l'Église de Philadelphie au «Jour du Seigneur». Les Écritures nous donnent quelques indices sur ce «Jour», lequel est une courte période où les prophéties contenues dans le livre de l'Apocalypse se réalisent. Le passage de 2 Pierre 3:10 nous renseigne sur des événements majeurs qui surviendront, lesquels n'ont pas été manifestés à ce jour et dont Jésus a fait mention lorsqu'il a parlé de ce grand jour, à la fin des temps.

Ensuite, si tout le contexte se situe «au Jour du Seigneur» et s'adresse «à celui qui vaincra», il faut voir le message du Seigneur comme «un appel au vainqueur». Dans le cas de John Wesley, comme le personnage est déjà mort, nous convenons que pour cela s'adresse au bon «candidat/messager», il faut que le destinataire de l'Église de Philadelphie soit vivant sur terre, au Jour du Seigneur. Au moment où le destinataire à qui s'adresse du Seigneur est appelé, il devient évident que le Seigneur s'adresse à quelqu'un qui n'a pas encore «vaincu», sinon l'expression «à celui qui vaincra» n'aurait aucun sens. Comme l'adresse du Seigneur est également une prophétie, l'adresse mentionne au verset 10, que ce «candidat vainqueur»  va être gardé personnellement «à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier» pour éprouver les habitants de la terre.

Contrairement au «candidat messager» de l'Église de Sardes, à qui le Seigneur lui recommande de veiller pour ne pas que le «Jour du Seigneur» le surprenne comme «un voleur», il est évident que lorsque le Seigneur s'adresse à ce «candidat/messager» de l'Église de Philadelphie, et qu'Il lui confirme «qu'Il vient bientôt, et qu'il sera gardé», ce qui signifie logiquement que le messager «veille et ne sera pas surpris», et qu' il va «être témoin» de son vivant, «de la venue» du seigneur, sinon le seul fait de savoir que le Seigneur «va revenir dans un jour futur» n'est rien de nouveau, car les épitres apostoliques le mentionnent depuis plus de 2000 ans.

Or John Wesley est mort et n'a pas connu «la tentation sur le monde entier», ni lui, ni ses disciples. Ensuite, lorsque le Seigneur s'adresse à ce «candidat/messager» il lui confirme au verset 11, «qu'Il vient bientôt», ce qui signifie que ce messager va «en être témoin» de son vivant, sinon le seul fait de savoir que le Seigneur «revient dans un jour futur» n'est rien de nouveau, car les épitres apostoliques le mentionnent depuis plus de 2000 ans. Finalement, ni John Wesley, ni aucune personne parmi ses disciples, n'a laissé de témoignage sur le nom du Dieu du Seigneur, ni sur le nom de la ville du Dieu du Seigneur, ni du nom nouveau du Seigneur. Pourquoi? Parce que tout cela se passe «au Jour du Seigneur» seulement!

(10) Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. (11) Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. (12) Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. (13) Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !»

Bien que chacune des adresses du Seigneur, faite aux 7 «anges/messagers» des 7 Églises, soit personnelle à «l'ange/messager», et contienne des détails et des instructions qui le concerne relativement à son entourage, son témoignage et ses œuvres, il n'en demeure pas moins que toutes les conditions requises pour être dûment qualifié comme «vainqueur» sont les mêmes pour tous les 7 messagers, et ces conditions sont «non-négociables» du point de vue de la foi apostolique. C'est ici que je désire souligner les détails pertinents reliés aux critères de sélection des authentiques vainqueurs, les «anges/messagers» des 7 Églises, lesquels sont répartis parmi les 7 adresses personnelles pour chaque «ange/messager». Un détail élémentaire se trouve dans l'adresse à «l'ange/messager» de l'Église de Sardes, lequel illustre parfaitement la condition de toutes les Églises au «Jour du Seigneur».

Apocalypse 3, verset 4 «Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs»

Comme le démontre le passage d'Apocalypse 3: 4-5, seuls les authentiques «vainqueurs» sont dignes d'être revêtus des «symboliques vêtements blancs» de la sainteté de Dieu. Les «vêtements blancs» mentionnés dans l'adresse du Seigneur au messager de l'Église de Sardes, s'appliquent également à tous les autres messagers.

Or, il est scripturairement impossible qu'un vrai messager de Dieu ne fasse pas partie des véritables «vainqueurs» et qu'il ne soit pas revêtu lui-même «de vêtements blancs». Le véritable vêtement blanc est une perfection divine conférée au croyant, par sa foi révélée du mystère de Dieu. Dès le départ, j'affirme que parmi ceux que William Branham a choisis comme «ange/messager», qu'aucun personnage confessant le dogme Trinitaire d'un Dieu en trois personnes, de la même substance» et coexistant éternellement, ne peut être un vainqueur et être revêtu de vêtements blancs symboliques. Prétendre que des moines catholiques comme Martin de Tours ou Colomba d'Iona, complètement obsédés par la «vie monastique» dans un «ascétisme» des plus rigoureux, «s'auto-sanctifiant continuellement» dans un cadre délirant de privations, mortifications et de souffrances, sont dignes d'être revêtus «des vêtements blancs» des vainqueurs, relève carrément d'un manque flagrant de jugement spirituel.

Les prophéties des chapitres 2 et 3 du livre de l'Apocalypse adressées aux vrais messagers des 7 Églises révèlent les critères requis par le Seigneur, premièrement pour les «messagers de 7 Églises» et ensuite lorsque ces derniers ont reçu et bien compris ce que signifie «être un vainqueur», vont transmettre leur «message» à leur Église. Si les vrais vainqueurs ont vaincu selon le Seigneur, c'est parce qu'ils ont «blanchi leurs vêtements blancs» dans le sang de l'agneau, nuit et jour, et non pas dans la «rhétorique de la Tradition de Rome» ou d'un monachisme ascétique, ou obéissant à un enseignement théologique truffé de doctrines héritées du catholicisme romain, telles que :  le Trinitarisme de Nicée, les sacrements, le culte à Marie, etc..!

Apocalypse 7:14 «Je lui dis: Mon seigneur, tu le sais. Et il me dit: Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau.»

À lui seul, le passage d'Apocalypse 7, verset 14 réfute la prétention et l'affirmation de William Branham au sujet de John Wesley. Wesley était un Trinitaire, et un Trinitaire «ne voit pas (ne comprend pas qui est son Dieu, ni son Seigneur) Un croyant ne peut être un Trinitaire et naitre de nouveau tout en continuant à défendre sa théologie Trinitaire, comme l'a fait John Wesley.

Non seulement le personnage de John Wesley n'a jamais «marché» en vêtements blancs, mais ni lui ni personne dans son entourage n'a jamais revêtu les «vêtements blancs» des vainqueurs. Dans les Écritures, «le vêtement blanc» est une illustration imagée de l'authentique nouvelle naissance. Le vêtement blanc, ou la robe blanche, sont des symboles associés à la perfection accordée au  peuple de Dieu, c'est-à-dire aux vrais vainqueurs, par la foi parfaite dans le sacrifice de Jésus, et celui qui a reçu symboliquement la «robe blanche» ou le «vêtement blanc» est saint comme son Père Céleste est saint , et parfait comme son Père Céleste est parfait .

J'affirme que ceux qui sont réellement des vainqueurs et sont revêtus de vêtements blancs, sont restaurés à égalité avec Jésus, devant Dieu. Rien de moins. Je dirais même que c'est la fondation de la foi, le départ, et non pas l'objectif à atteindre via un long processus de «justification, sanctification et baptême du Saint-Esprit». Qui peut prétendre que le processus d'une naissance normale prend des siècles, toute une vie ou plusieurs années, lorsque la mère accouche de son bébé? Il est vrai que la «grossesse» prend quelques mois, mais quand vient le temps d'accoucher, cela ne prend pas une semaine ou même plusieurs jours!

Apocalypse 3, verset 4 «Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs»

À la lumière du passage dans Apocalypse 3: 5-6 qui s'adresse directement à «l'ange/messager» de Sardes, celui qui dit qu'il est le «premier et le dernier» et «celui qui était mort, et qui est revenu à la vie», s'introduit lui-même au verset 6 comme étant l'Esprit qui s'adresse aux 7 Églises, et c'est en passant par leur «ange/messager» réciproque, le vainqueur dans chaque Église, que le Seigneur s'adresse ainsi aux disciples de chaque Église.


«(13) Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !»

Le Seigneur s'adresse à celui qui est le responsable, un peu comme un professeur est sensé être la personne responsable, en position d'autorité sur toute sa classe. Dans le naturel, si le professeur était trouvé incompétent par la direction de l'école, ce ne serait pas la classe qui serait réprimandée, mais le professeur, et nul doute qu'on donnerait sa classe à quelqu'un d'autre de plus compétent que lui. Sauf, qu'au verset 13 d'Apocalypse 3, l'Esprit (le Seigneur) lance un appel «au vainqueur» de Philadelphie (notez: «que celui», au singulier) et il est clair que les critères requis pour être «trouvé digne» d'être un vainqueur, s'appliquent également à tous les vainqueurs des 6 autres Églises, quels qu'ils soient. Voici une citation de William Branham, avec laquelle je suis entièrement d'accord, avant qu'il change sa version sur le sujet.

D'accord!«(289) Le message est adressé au conducteur de l’Église. Que Dieu vienne en aide à celui qui s’éloignerait de ce message! Mais ce message a été donné à un ange, et l’ange était dans la main de Dieu et sous Sa direction, donnant la Lumière et la puissance qui venaient de Lui, de Sa main droite. Ils sont dans Sa main droite, c’est-à-dire qu’ils ont l’autorité suprême tandis qu’ils sont ici sur cette terre, parce qu’ils sont les lampes qui donnent Sa lumière à chaque âge de l’Église. Vous voyez: «À l’ANGE de l’assemblée… écris…». Ceci s’adresse à «l’étoile» de l’âge, qui est le responsable. L’ange de l’Église aura à rendre compte s’il ne prêche pas la Parole. C’est vrai! Cet ange devra rendre compte au jour du jugement.»
Sermon: --- L'Âge de l’Église de Pergame (289) 60-1207

C'est ainsi que dans l'adresse à «l'ange/messager» de Sardes, il est mentionné que ceux qui sont trouvés dignes d'être des vainqueurs, sont «revêtus de vêtements blancs», et par conséquent, s'il y a un vainqueur dans l'Église de Sardes, ce doit être premièrement son messager, et ce qui s'applique à «l'ange/messager» de l'Église de Sardes s'applique également à l'ange d'Éphèse et aux autres Églises. En d'autres mots, si le messager de Sardes doit être revêtu de vêtements blancs, tous les autres messagers, incluant celui de l'Église d'Éphèse, doivent être revêtus de «vêtements blancs», et leurs témoignages s'exercent de leur vivant sur terre, et dans le cas de l'ange de l'Église d'Éphèse, il doit se repentir et vaincre. Et les Écritures sont catégoriques sur un point: les «vêtements blancs» des vainqueurs ne s'obtiennent que «s'ils sont lavés dans le sang de l'agneau».

Et c'est à partir d'ici que vous allez comprendre pourquoi tous les personnages choisis par William Branham, sauf Paul évidemment, n'ont jamais lavé leurs robes dans le sang de l'agneau. Avec tout le respect que je peux adresser à William Branham, à cause de son zèle et du ministère de guérison qu'il a exercé, je ne peux m'empêcher de dire qu'il aurait dû savoir qu'Irénée de Lyon a tenté de laver sa robe dans la «tradition apostolique» plutôt que dans le «sang de l'agneau» et que ce genre de «foi» disqualifie quiconque prétend «se tenir devant Dieu».

Quant à Martin de Tours et Colomba d'Iona, ces deux moines ont tenté de laver leurs robes dans le «monachisme ascétique» (avec leur conception «du martyr non-sanglant») ce qui est littéralement un enseignement du salut par les «œuvres de la chair», ce que William Branham savait parfaitement.

Et finalement, William Branham a tenté d'élever Martin Luther et John Wesley au rang «d'ange/messager» se tenant dans la «présence de Dieu», eux qui ne savaient même pas qui était leur Dieu, car tous deux endossaient et enseignaient le dogme trinitaire de Nicée. William Branham était également au courant des écrits diffamatoires de Luther contre les Juifs et bien qu'il savait que Martin Luther avait conservé plusieurs enseignements de l'Église catholique, tel que le culte à Marie (mère de Dieu), il a quand même tenu à livrer ce personnage à son auditoire comme «exemple» d'un «ange de Dieu».

Malgré toutes les informations que William Branham savait sur Martin Luther et John Wesley, lesquels ont essayé d'appliquer la «justification et la sanctification» sur leur crédo trinitaire sans jamais comprendre qui était Jésus et qui était leur Dieu Jamais, a-t-on perçu chez ces pseudo personnages, la moindre lueur d'authenticité de l'Évangile de grâce, qui élève le croyant qui place toute sa vie sous le sacrifice et le sang de Jésus, au même rang de sainteté et de perfection, que celui même de Jésus. Jamais a-t-on entendu chez ces personnages, qu'ils avaient acquis leurs robes blanches par une conscience perpétuelle dans le sang de la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ, et que leur justice et perfection était au même niveau que celui de Jésus, autrement dit: restaurés à égalité avec Jésus, devant son Père et notre Père, devant son Dieu et notre Dieu

Quand vous aurez compris qui était vraiment John Wesley, vous allez comprendre que William Branham n'a pas témoigné honnêtement, de tout ce que la «victoire divine associée aux vrais vainqueurs» d'Apocalypse 3:5, exige et réclame, pour être trouvé digne «d'être revêtu» de la pureté et la sainteté de Christ et que tous ses auditeurs ont été induits en erreur. Vous comprendrez que le personnage de John Wesley n'a jamais été un vainqueur et qu'il n'a aucune part dans le livre de vie de l'Agneau. William Branham a livré à des gens sincères qui aiment Dieu, ce personnage historique comme un exemple, faisant de lui un «ange/messager» se tenant dans la présence de Dieu, jour et nuit. Mais ce personnage ne rencontre pas un seul critère pour même penser qu'il était en communion avec Dieu. Il était certes, très «religieux», mais il ne savait pas qui était «son Dioeu», car un Trinitaire comme lui, possède «une marque dans son front» qui l'empêche de connaître qui est son Père Céleste, qui est son Seigneur et qui est Jésus. Et c'est ce que nous allons voir.

Petit rappel pour les lecteurs de cette page....

D'accord!«(...) (286) La première chose dont je veux que vous vous souveniez, c’est que ces messages sont adressés, non pas à l’Église, mais à l’ange de l’Église. Retournons en arrière, à la première Église: “A l’ange de l’assemblée qui est à Ephèse, écris…”. N’est-ce pas? (287) Très bien! L’âge suivant, verset 8: Et à l’ange de l’assemblée qui est à Smyrne, écris… (288) Ensuite, verset 12: Et à l’ange de l’assemblée qui est à Pergame, écris… D’accord?» Sermon: L'Âge de l’Église de Pergame (286 à 288) 60-1207

Références:
Magnificat de Martin Luther, Le Magnificat de Martin LutherMartin Luther speaks on Mary

On the Trinity, By John Wesley, Sermon 55


Apocalypse 3:7-13 (Louis Segond 1910)

«(7) Écris à l'ange de l'Église de Philadelphie: Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n'ouvrira: (8) Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu a peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer. (9) Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui mentent ; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t'ai aimé. (10) Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l'heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. (11) Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. (12) Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. (13) Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !»

À la lumière des Écritures ci-dessus (Apocalypse 3:7-13), celui qui est Saint, celui qui a la clef de David, celui qui a l'autorité de placer «une porte ouverte» que personne ne peut fermer et «qui vient bientôt» s'introduit lui-même au verset 13 comme étant l'Esprit qui s'adresse aux Églises en passant par leur «ange/messager» réciproque. «(13) Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !» Sauf, qu'au verset 12, l'Esprit (le Seigneur) lance un appel «au vainqueur» et il est clair que les critères requis pour être «trouvé digne» d'être un vainqueur, s'appliquent également à tous les vainqueurs des 6 autres Églises, quels qu'ils soient. C'est dans l'adresse à «l'ange/messager» de Sardes qu'il est mentionné que ceux qui sont trouvés dignes d'être des vainqueurs, sont «revêtus de vêtements blancs», et par conséquent, s'il y a un vainqueur dans l'Église de Philadelphie, ce doit être premièrement son messager.  Et c'est là que vous allez comprendre pourquoi John Wesley n'était pas un vainqueur, et pire, ne le pouvait même pas.

Le symbole du «vêtement blanc» est très important et ici, je désire faire une petite mise au point. Les Écritures expliquent généralement les Écritures quand on sait trouver. Dans Apocalypse 7: 13-17, il est clairement mentionné que ceux qui sont revêtus de «robes blanches», ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'agneau Il n'est pas dit «leur propre sang» mais celui de l'agneau. L'expression «laver sa robe dans le sang de l'agneau» est une figure allégorique du domaine spirituel,  tout comme je dirais «laver nos propres pensées dans le sang de Jésus». Le «sang de l'agneau» est la pensée perpétuelle de la Nouvelle Alliance, une conscience libre «jour et nuit», du sacrifice expiatoire de Jésus sur sa propre vie. Observez que je souligne l'expression «jour et nuit» qui signifie continuellement». Et pourquoi «jour et nuit»? Parce que pour être un véritable vainqueur aux yeux du Seigneur, il faut être «dans Sa présence, jour et nuit». (i.e: continuellement dans l'Esprit de l'Alliance qui est dans le sang de Jésus). Si le Seigneur a utilisé l'expression «jour et nuit» à quelques reprises, ce n'est pas en vain, et nous ferions mieux d'aller voir dans les Écritures où se trouve un autre «jour et nuit» pour mieux comprendre la portée de cette expression.

Prenons Apocalypse 12, verset 10. «Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu « jour et nuit.»

Voyez-vous, tant qu'un croyant est «accusé devant Dieu» jour et nuit (continuellement) il ne peut pas «être un vainqueur» et ne peut pas se «tenir continuellement, jour et nuit» dans la présence de Dieu! Pourquoi? parce que la «culpabilité» n'est pas admise dans la présence de Dieu, tout simplement! Il n'y a aucune «justification» dans la culpabilité. Il n'y a aucune «sanctification» dans la culpabilité. C'est pourquoi toute personne qui tente de plaire à Dieu en obéissant à une «règle de conduite» ou des «enseignements légalistes» sera constamment «accusée» dans sa conscience, qui «la met en garde» et  «l'avertit» constamment de ne jamais «déroger» aux principes qui lui ont été enseignés». La «présence de Dieu» est une «pensée perpétuelle», une «conscience continuelle» que le croyant garde en lui, une sorte de «porte ouverte» sur la présence du Seigneur, que personne ne peut fermer! en toute assurance sans «culpabilité», sans «accusation». À partir du moment qu'un croyant cesse de réagir et se sentir coupable devant Dieu, lorsque l'accusateur (via sa conscience) le tourmente (tribulation), jour et nuit, il devient un vainqueur perpétuel «jour et nuit» dans Sa présence! Sa conscience par laquelle «l'ennemi» veut le culpabiliser s'appelle «l'arbre de la connaissance du bien et du mal» C'est l'arbre de l'accusation et de la culpabilité, jour et nuit, devant Dieu. C'est sur «son arbre intérieur» qu'il doit «vaincre»! Et comment peut-on vaincre l'accusateur qui nous culpabilise jour et nuit devant Dieu? En se «plaçant» continuellement sous l'Alliance du sang de l'agneau! Perpétuellement! Jour et nuit! En gardant la pensée de la Nouvelle Alliance Jour et Nuit dans le temple! Quand on sonde certaines Écritures, on se rend compte que le principe de «pensez constamment, continuellement, perpétuellement, à toujours», était là bien avant la venue de Jésus. Dans 1 Chroniques 16:15, nous lisons: «Rappelez-vous à toujours son Alliance, Ses promesses pour mille générations» J'aime bien certaines versions anglaises qui ont traduit ce passage avec l'expression: «Be you mindful always of His Covenant» qui signifie dans un sens plus ferme «gardez à l'esprit continuellement, jour et nuit, Son Alliance».

Alors pourquoi John Wesley ne pouvait-il pas se tenir , jour et nuit dans la présence de Dieu? Parce qu'il ne savait pas qui était Jésus, ni qui était l'Esprit, le Seigneur, ni qui était son Dieu. John Wesley croyait à «la sainte Trinité» de Dieu, «un Dieu en 3 personnes, co-existantes et égales entre elles, et partageant «la même essence» dans leur «divinité». Cette «compréhension» de la divinité chez Wesley, lui fermait spirituellement «la porte» à double-tour. Il ne pouvait accéder «au Saint des Saints, dans la présence de Dieu». Comment aurait-il pu reconnaître, que par le sacrifice de Jésus et son sang versé, il avait été restauré à parfaite égalité avec Jésusdevant Dieu, si Jésus est lui-même Dieu? Comprenez-vous?

Le dogme de la Trinité est la «marque sur le front» qui bloque l'esprit du «croyant», et l'empêche de se rendre dans la présence de Dieu, jour et nuit. La porte est fermée! C'est le genre de croyant qui ne sait pas qui est son Dieu, ni qui est le Dieu du Seigneur ni qui est le Dieu de Jésus! La théologie Trinitaire prétend que la divinité est «un mystère»! Pourquoi? «Parce que 2 Chérubins gardent la porte fermée, jour et nuit»depuis Adam et ne laissent entrer que ceux dont le nom est inscrit dans le Livre de Vie de l'Agneau! Les Trinitaires ne peuvent jamais croire que Jésus est leur frère ainé, car ils ont fait de lui, une Personne Divine de la même essence que notre Dieu et Père Céleste. Ils ne savent pas que l'agneau du sacrifice, Jésus, est le premier-né entre plusieurs frères et sœurs Et c'est la raison pourquoi William Branham ne s'est jamais aventuré pour tenter d'expliquer le passage d'Apocalypse 3:12», où celui qui vient bientôt, le Saint, le Véritable, parle du «nom de son Dieu»,«du temple de son Dieu», «de la ville de son Dieu» ... Voilà la principale raison qui disqualifie John Wesley.

Quant à John Wesley lui-même, cette page va vous renseigner sur ce personnage qui n'a jamais été un «vainqueur» et qui ne s'est «jamais tenu» dans la présence de Dieu, tel que requis dans le livre prophétique d'Apocalypse 8:2



Biographie (Les liens Wikipedia s'ouvrent dans des fenêtres extérieures)

John Wesley (1703-1791) est un prêtre anglican britannique. Wesley est en grande partie crédité, avec son frère Charles Wesley, comme étant celui par qui l'Église méthodiste est née quand il a commencé à faire des prédications en plein air d'une façon semblable à George Whitefield.

Né le 28 juin (a.s. 17 juin) 1703, John Wesley est le quinzième enfant du révérend Samuel Wesley, recteur (vicar) de la paroisse anglicane d'Epworth (Lincolnshire), et Suzanna Wesley, une mère pieuse, mais exigeante. Ses deux parents venaient de familles non conformistes (c'est-à-dire ayant rompu avec l'Église d'Angleterre). En 1720, il s'inscrit à l'université d'Oxford, où il refuse de suivre la vie de fête des étudiants. Il forme le ¨Club Sacré¨ (Holy Club) avec d'autres étudiants, dont son frère Charles, pour prier et faire des exercices spirituels ponctuellement, ce qui leur a valu le qualificatif de méthodistes «à cause de la régularité et l'esprit de méthode» apportés par ses membres dans leurs pratiques religieuses. Diplômé en 1724, il est ordonné prêtre anglican en 1728 par l'évêque d'Oxford, John Potter, qui devait par la suite être nommé archevêque de Cantorbéry (1737-1747).

Influencé par les Frères moraves et le Mouvement du Réveil, Wesley vit, en 1738, une expérience de conversion. Annonçant la Bonne Nouvelle du salut offert à tous les hommes, par la foi, il rencontre bientôt une vive opposition de la part de l'Église établie. Il préconisait une expérience personnelle avec Dieu et sa préoccupation sociale chrétienne a démarré en visitant les mines de charbon et en écrivant des traités de médecine populaire. Sa théologie se retrouve dans ses « Sermons » (au nombre de 100 dans la dernière édition de ses "Sermons on Several Occasions" publiée de son vivant, en 1785). Wesley s'entoure de prédicateurs laïcs. Il n'hésite pas à sillonner la Grande-Bretagne - préparant ses sermons, lisant et écrivant à cheval - pour aller à la rencontre de ses paroissiens. Prédicateur infatigable, il parcourt plus de 400 000 km, la plupart du temps à cheval, et prononce plus de 40 000 sermons. « Le monde est ma paroisse », déclare-t-il. Contribuant à la création d'écoles et d'organismes sociaux pour lutter contre l'ignorance et la pauvreté, il sera l'un des premiers à s'élever contre l'esclavage.

Wesley finit par rompre de facto avec l'Église anglicane en 1784. L’acte qui consomma de façon évidente le schisme eut lieu en deux temps : le 1er septembre 1784, dans une maison de Bristol, il ordonna diacres deux de ses prédicateurs itinérants, Richard Whatcoat et Thomas Vasey. Le lendemain, il les ordonna « anciens » (« elders »), c'est-à-dire prêtres, et ordonna son ami Thomas Coke « inspecteur » (« superintendent »), autrement dit évêque. Ces évènements sont rapportés laconiquement dans le Journal de John Wesley :

« Wednesday September 1. Being now clear in my own mind, I took a step which I had long weighed in my mind and appointed Mr. Whatcoat and Mr. Vasey to go and serve the desolate sheep in America. Thursday 2, I added to them three more, which I verily believe will be much to the glory of God ».

Pour chacune de ces ordinations, il utilisa le rituel spécifié par l’ordinal du "Book of Common Prayer", bien que ce dernier précisât dès son préambule que seul un évêque peut conférer les ordres.

À sa mort en 1791, on comptait environ 70,000 méthodistes en Grande-Bretagne et 60,000 aux États-Unis.

La bibliographie, les références et liens externes de l'article ci-dessus sont disponibles sur https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Wesley


Source: https://www.historicacanada.ca/fr

Caractéristiques religieuses

Fidèle à ses origines anglicanes, le méthodisme garde les sacrements du baptême et de la sainte communion. Toutefois, il insiste davantage sur la prédication évangélique et la nécessité d'une conversion personnelle. Les assemblées chantent avec enthousiasme (les hymnes de Charles Wesley en particulier), et cela contribue grandement à l'ambiance chaleureuse des offices méthodistes. La foi et la discipline des méthodistes sont alimentées par la «réunion de classe» hebdomadaire. Au temps des défricheurs de l'Amérique du Nord, les «réunions de camp», qui durent parfois plusieurs jours, sont des expériences très émouvantes pour les participants. Plus tard, les succès et la richesse amènent dans l'Église un assouplissement doctrinal et disciplinaire, et les offices deviennent plus formels et plus calmes.



J'ai consulté quelques sermons de John Wesley, publiés intégralement sur Internet, probablement parmi les meilleurs. Tous étaient d'un niveau très élevé «de spiritualité» et très édifiants, du point de vue «pentecôtiste ou évangélique». C'est dommage que cet homme n'ait pas vécu en ces-jours-ci, pour entendre et voir tout ce qui s'en vient. En fait, je n'ai à dire contre le zèle de ce prédicateur et je comprend parfaitement pourquoi «son entendement et sa  compréhension» qu'il avait du royaume de Dieu était «très limitée». Si ce personnage n'a pas reçu de Dieu la révélation qui est maintenant accessible, ce n'est pas de sa faute. Il a sans doute été honnête avec tout ce qu'il avait compris et l'a partagé intensément à sa façon. Le Seigneur le jugera selon ses œuvres. J'aimerais quand même souligner que John Wesley n'a jamais prétendu qu'il était un «ange/messager» ou un «prophète»... Veuillez également prendre note que l'esprit de l'Église Méthodiste n'enseigne rien relatif «aux 7 âges de l'Église» et bien que cela serait sans doute très flatteur pour eux de «présenter leur fondateur» comme étant un «ange/messager», sachez qu'il en est rien, pas plus qu'ils enseignent que John Wesley a reçu du Seigneur quelque «révélation divine» que ce soit, au sujet du passage «d'Apocalypse 3:12-13»

Ici, je ne fais pas le procès de John Wesley, c'est-à-dire de l'individu aimable, honnête et charitable, pratiquant des œuvres «pseudo-chrétiennes», mais je juge et condamne l'esprit de ténèbres qui était en lui et qui l'empêchait de comprendre «le mystère de Dieu» et qui lui a fait conserver et pratiquer un culte similaire à celui de l'Église de Rome. C'est cet «esprit adversaire» qui a tenté de se faire passer pour «le Saint Esprit» que je précipite! Le témoignage de John Wesley est certes éloquent et édifiant, mais «ses ténèbres» ou «son manque de révélation divine» ne lui auront jamais permis d'atteindre l'authentique nouvelle naissance, dans la présence perpétuelle du Seigneur, de son vivant. Je juge et condamne ce «même esprit» qui était à la source de «l'enseignement» des 7 âges de L'Église, et dont William Branham s'est fait le porte-parole. Et je me permet de juger celui qui a enseigné que John Wesley était un «modèle rempli du Saint-Esprit», et qui a presque séduit les élus avec son enseignement.

Cependant, puisque dans cet exposé, je réfute les affirmations de William Branham au sujet du personnage de John Wesley, je vais utiliser seulement quelques-unes de ses citations. L'ange/messager de l'Église de Philadelphie n'était pas John Wesley, et de toutes manières, ce personnage n'a jamais rencontré les critères requis par la prophétie pour être un «vainqueur» dans le sens explicite du mot, utilisé par le Seigneur.

Dans sa prédication de 1960, °[601210] William Branham avait mentionné qu'il y aurait des «détails historiques» (bibliographie) dans le livre lequel fut rédigé avec la collaboration de Lee Vayle et finalement imprimé quelques mois avant son décès en 1965. Cependant, si vous consultez l'Exposé des Sept Âges de l'Église, dans la section réservée à l'Église de Philadelphie, vous ne trouverez presque rien. Il n'y a ni référence vers des d'ouvrages historiques ni bibliographie. La méthodologie utilisée par William Branham et Lee Vayle ne peut satisfaire les critères requis pour un ouvrage destiné à des centaines de milliers de lecteurs. De nos jours, les règles de rédaction doivent être respectées, surtout si l'on se réfère à des informations ou des détails publiés dans d'autres ouvrages et auteurs.

L'introduction verbale (bande audio) que William Branham avait faite sur «Philadelphie» mentionnait que cette cité était «la seconde ville de Lydie», et tout ce qu'il dit sur Philadelphie est contenu dans un texte d'à peine 10 lignes, sans mentionner la ou les sources de ses informations. Ensuite, William Branham aligne la période de «l'âge de Philadelphie» sur celle de Clarence Larkin, (1750) sauf pour l'année ou le pseudo-âge se termine. Pourquoi? Parce que l'année proposée par Larkin était 1900. (Larkin publia son œuvre en 1918) Et comme William Branham  devait absolument trouver un «ange/messager» qui «chevaucherait» les âges de Philadelphie et de Laodicée, l'année 1900 ne pouvait suggérer de personnage crédible, ayant eu une grande influence sur les ces 2 périodes. Par contre, en déplaçant l'an 1900 suggéré par Larkin à 1906, (l'année de naissance de William Branham), il ouvrait la porte à l'option d'un «septième messager» né en 1906.

Citation de Clarence Larkin: Chapitre 22. Les sept Églises
Extrait Sept périodes d'Église clairement définies dans l'histoire de l'Église
VI. Le Message à l'Église de Philadelphie. Apocalypse 3:7-13. Extrait: «La «Période de Philadelphie» couvre l'époque entre 1750 et 1900 après J.-C. » (Clarence Larkin: Dispensational Truth 22. Les sept Églises)

Philadelphie est aujourd'hui une ville en Turquie₁, et sachez que John Wesley n'y a jamais mis les pieds, ni même en Turquie. Donc, pour ce personnage, William Branham reconnait que la cité de «Philadelphie» est symbolique. Néanmoins, j'aimerais porter à votre attention, qu'au début des prédications sur les «Sept Âges de l'Église», (l'Église d'Éphèse), William Branham avait souligné que son choix du personnage désigné comme «ange/messager» de l'Église d'Éphèse, avait été motivé parce que son «messager» était directement lié à la cité de «son Église». À noter que par la suite, après le pseudo «Âge d'Éphèse», tous les autres personnages désignés en tant «qu'anges/messagers» n'avaient pratiquement rien en commun avec la cité de «leur Église».



Wesley fut sans doute l’une des figures les plus marquantes du protestantisme. On s'accorde pour dire qu'il avait un tempérament de leader, une âme généreuse, désirant «témoigner de sa foi avec zèle», dans sa propre compréhension du salut par la grâce de Dieu. Sauf qu'à la base, tout son enseignement reposait sur des principes établis par l'église Anglicane, tel que tous les enfants baptisés étaient automatiquement «nés de nouveau» et s'ils mourraient avant d'avoir pris leur propre décision, ils étaient néanmoins «sauvés»

Wesley était d'accord avec l'universalité des Eglises évangéliques sur les dogmes fondamentaux de la Trinité, de la participation de «Dieu le Fils» et de «Dieu le Saint-Esprit» à l'essence divine, de l'incarnation du «Fils de Dieu» et du caractère expiatoire de Son œuvre à la croix, Wesley l'était également sur le «dogme de la chute et du péché originel». Il enseignait que l'humanité, comme race, est déchue en Adam, et que les hommes sont pécheurs, non par l'imputation du péché d'Adam, mais par une corruption transmise naturellement de père en fils.

Wesley s'est séparé de l'orthodoxie calviniste qui croyait en «la prédestination» concernant la doctrine de «l'étendue de l'œuvre de la rédemption». Il affirmait que Jésus-Christ était mort pour tous les hommes, et que «tous pouvaient recouvrer «par le second Adam», tout ce qu'ils ont perdu par le premier, et qu'il n'y avait pas un seul enfant des hommes qui soit finalement perdu, «si ce n'était pas par son propre choix». En prenant parti contre le calvinisme sur la question de la prédestination, il conserva toutefois la doctrine de la grâce, et Wesley fraya la voie à «la nouvelle théologie évangélique» qui s'est ralliée presque universellement à son point de vue.
Source: http://sentinellenehemie.free.fr/theologie_wesley.html
Voir aussi : https://www.whdl.org/sites/default/files/publications/FR_lelievre_theologie_de_wesley.pdf

On dit de lui qui était éminent par son éloquence et sa piété, et qu'il est à l’origine du méthodisme, et bien des «wesleyanismes» se réclament de ce grand nom; plus largement, c’est grâce à lui que le mouvement “évangélique” moderne a pris son essor.(1) John Wesley enseignait une «sainteté légaliste» un peu comme William Branham d'ailleurs. Dans «l'arbre de la connaissance du bien et du mal, il était sans doute situé dans la branche «du bien» la plus haute de l'arbre. Mais, son arbre n'était pas «l'arbre de vie». William Branham a tenté de nous faire croire qu'après le réveil de «justification» de Martin Luther, l'ère de Wesley a apporté «la sanctification», laquelle fut suivie par «l'âge du baptême du Saint-Esprit».

Wesley a donné une définition de la perfection chrétienne, telle qu'il l'a comprise. Wesley a précisé qu’il ne fallait pas attendre sur cette terre de perfection absolue. Selon Wesley, il s’agit, pour le chrétien, de croître en grâce, et cela s’étend sur «toute la durée de sa vie.» Wesley n’enseigne en aucun cas la possibilité d’une perfection absolue; la perfection chrétienne étant en perpétuelle croissance. Concernant la perfection,  Wesley était prudent, se contentant seulement d’affirmer que le croyant peut et devait être entièrement sanctifié. Il n’osait pas employer, pour qualifier «cette perfection», le terme de sinless (“sans péché”), bien qu’il n’avaiit rien contre. Source: http://larevuereformee.net/articlerr/n217/la-doctrine-de-la-sanctification-selon-john-wesley

Wesley disait: «La sanctification commence», dit-il, dès que nous commençons à croire; et, dans la mesure où la foi se développe, «la sainteté se développe aussi.»

Mais la «pseudo-sanctification» de John Wesley ne valait guère mieux que celle du monachisme ascétique de Martin de Tours et de Colomba d'Iona. Sa façon de prêcher la «sanctification» était essentiellement fondée sur un comportement légaliste, comportement qui «était la preuve» que le croyant était «sanctifié» selon «l'échelle de sainteté» de John Wesley. Par exemple, Wesley croyait que porter des bijoux et des vêtements coûteux était un péché et que les chrétiens ne devaient pas s'engager dans un tel comportement. Plus précisément, il était fortement contre les femmes portant des bagues, des boucles d'oreilles et des colliers. Par conséquent, les premiers méthodistes étaient connus pour leur robe simple et leur absence de bijoux. L'Église méthodiste a maintenu la position de Wesley sur l'habillement et les bijoux jusqu'en 1852. Cela nous rappelle les positions légalistes, de William Branham, sur des comportements vestimentaires et d'apparence pour les femmes.

Dans la tradition méthodiste, le baptême a longtemps été un sujet de préoccupation, voire de controverse. John Wesley a conservé la théologie sacramentelle qu'il a reçue de son héritage anglican. Il a enseigné que dans le baptême, un enfant était purifié de la culpabilité du péché originel, initié à l'alliance avec Dieu, admis dans l'Église, fait l'héritier du royaume divin et spirituellement né de nouveau. Il a dit que si le baptême n'était ni essentiel ni suffisant pour le salut, c'était le «moyen ordinaire» que Dieu désignait pour appliquer les bienfaits de l'œuvre du Christ dans les vies humaines. D'un autre côté, bien qu'il ait affirmé la grâce régénératrice du baptême des enfants, il a également insisté sur la nécessité de la conversion des adultes pour ceux qui sont tombés de la grâce. Une personne qui mûrit en responsabilité morale doit répondre à la grâce de Dieu dans la repentance et la foi. Sans la décision personnelle et l'engagement envers Christ, le don du baptême est rendu inefficace. Le baptême pour Wesley faisait donc partie du processus de salut qui dure toute la vie.

En tant que ministre de l'Église d'Angleterre, Wesley a baptisé des enfants, et il en a fait un cas théologique et biblique pour la pratique. Wesley soutenait la notion de «régénération baptismale». Puisque les bébés naissent avec le péché originel, le baptême n'est pas seulement approprié quand il s'agit d'enfants, mais nécessaire. Pour Wesley, le baptême d'eau était donc un sacrement purificateur. Ainsi, alors que le baptême est plus qu'un symbole pour Wesley (il est nécessaire d'entrer dans l'église du Christ), l'acte de repentance est également indispensable pour le salut. Wesley ne semble pas s'inquiéter de cette tension.

Selon Wesley, la définition du baptême:

«C'est, dit-il, le sacrement initiateur qui nous introduit dans l'alliance de Dieu. Christ l'institua comme un signe, un sceau, une attestation et un moyen de grâce, perpétuellement obligatoire pour tous les chrétiens. Il fut institué pour remplacer la circoncision, et, comme elle, il est un signe et un sceau de l'alliance de Dieu.»

À la question «Quels étaient les «soi-disant bienfaits» que recevaient ceux qui étaient baptisés? (enfants et adultes) Wesley répondait d'abord:

«Le premier, c'est la purification (the washing away) de la coulpe du péché originel, par l'application des mérites de la mort de Christ.»

Son idée s'appuyait sur des textes des Pères et sur la liturgie de l'Église anglicane, mais elle ne s'appuyait sur aucun texte des Écritures.

Comment ne pas s'objecter à son affirmation: Pourquoi? Parce que ce n'est pas l'Esprit de Christ!

«Par le baptême, nous, qui étions par nature des enfants de colère, nous sommes faits enfants de Dieu... Par l'eau du baptême, nous sommes régénérés, ou nés de nouveau... Ce n'est pas l'eau sans doute, mais la grâce de Dieu qui vient s'y ajouter, qui constitue le sacrement. Par là, un principe de grâce nous est infusé, qui ne nous sera pas totalement enlevé, à moins que nous n'éteignions le Saint-Esprit de Dieu par une perversité longuement continuée.» Wesley ajoute, il est vrai: «Le baptême nous sauve, si nous vivons de la vie qu'il implique, si nous nous repentons, si nous croyons et si nous obéissons à l'Evangile»

Wesley a vu la «renaissance spirituelle» comme une double expérience dans le processus normal du développement chrétien - à être reçu par le baptême dans l'enfance et par l'engagement à Christ plus tard dans la vie. Le salut incluait à la fois l'activité initiatrice de la grâce de Dieu et une réponse humaine volontaire. Dans son développement aux États-Unis, le Méthodisme était incapable de maintenir cet équilibre wesleyen des accents sacramentels et évangéliques. L'accès aux sacrements était limité à la fin du dix-huitième et au début du dix-neuvième siècle, lorsque le mouvement méthodiste était largement dirigé par des laïcs qui n'étaient pas autorisés à les administrer.
Source: http://www.umc.org/what-we-believe/by-water-and-the-spirit-a-united-methodist-understanding-of-baptism

« Par le baptême, nous entrons dans une alliance avec Dieu, une alliance éternelle, nous sommes admis dans l'Église, nous sommes faits membres du Christ, enfants de Dieu, nous sommes régénérés ou nés de nouveau par l'eau comme moyen, l'eau du baptême. »

Référence: [John Wesley, Un préservatif contre les notions non réglées dans la religion, p. 146-150, tel que cité dans Millennial Harbinger, Volume 1 par William Kimbrough Pendleton et Theological Writings on Various Sujets par Peter Nead].
http://lavistachurchofchrist.org/LVarticles/JohnWesleysViewofBaptism.htm

Bibliographie et références
Source: La théologie de Wesley: https://www.whdl.org/sites/default/files/publications/FR_lelievre_theologie_de_wesley.pdf
Source: John Wesley on infant baptism : http://www.ministrymatters.com/all/entry/6217/john-wesley-on-infant-baptism
Source: « Quand Il S’est révélé comme Fils de Dieu, alors Il S’est révélé à l’Église par le baptême du Saint-Esprit, tout au long des âges, pendant le–l’âge pentecôtiste, vous voyez. Toujours de plus en plus; la justification avec Luther, la sanctification avec Wesley, le baptême du Saint-Esprit..» La fête des trompettes, (par. 230) 64-0719M http://www.branham.fr/read_prop.php?id=306
John Wesley and sanctification : https://wideandhigh.com/blog/2007/09/18/john-wesley-and-sanctification/
(1) La sanctification selon John Wesley : http://larevuereformee.net/articlerr/n217/la-doctrine-de-la-sanctification-selon-john-wesley
(2) John Wesley and the Law : http://place.asburyseminary.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1631&context=asburyjournal
«La loi a une grande signification pour John Wesley, une signification qui ne peut être pleinement apprécié que lorsqu'il est perçu par rapport à l'Évangile. "Que la loi se prépare toujours à l'Évangile", écrit Wesley à l'un de ses camarades prédicateurs (Joseph Cownley), soulignant ainsi des principales fonctions de la loi. Dans la même lettre, il prévient que prêcher sur un thème si vital que l'amour de Dieu pourrait être contre productif à moins que la loi ne soit soulignée.»


William Branham a toujours associé l'époque de John Wesley avec «la restauration» de la «sanctification» comme étant un «processus» qui est apparu dans la «restauration progressive» de la foi apostolique au cours des âges. Cependant, ce n'est rien de plus faux et contraire aux Écritures! La «sanctification» n'est pas une étape «après la justification» comme l'a enseigné William Branham. La justification par la foi, donne la sanctification divine au croyant, et cela immédiatement. Cette sainteté vient de Dieu, elle n'est pas humaine. Cette «sainteté de Dieu» n'est que le fondement de la foi, sur lequel le croyant doit commencer à construire!

John Wesley a certes prêché «une sainteté» qui devait, selon lui, refléter publiquement les plus hautes «valeurs morales chrétiennes», mais jamais, John Wesley n'a été capable de comparer «sa sainteté» à celle de Jésus! Pourquoi? Parce qu'il était Trinitaire, et croyant que Jésus était Dieu le Fils, n'a jamais osé se comparer à «Dieu le Fils» sur le plan de la «sainteté».

La sainteté et la perfection que nous transmet le sacrifice de Jésus, appartient à tous ceux qui comprennent qui était Jésus, et qui comprennent la valeur infinie de «son sang et son sacrifice». Leur entendement est «la révélation promise» qui restaure la perfection du croyant au même niveau que celui de Jésus devant Dieu. John Wesley enseignait que «la preuve du salut» devait être visible à tous et devait s'étaler sur une évolution croissante de «la sanctification», laquelle devait durer «toute une vie». Wesley a prêché un «comportement chrétien idéal» qui est une forme de légalisme «d'auto-sanctification» pour plaire à Dieu. Pourtant il aurait dû comprendre que l'Esprit n'a pas besoin d'aide pour écrire Lui-même, dans les cœurs, Sa Loi et les comportements de celui qui est saint et parfait par le sang de l'agneau.

Tout comme John Wesley, William Branham n'a jamais enseigné que puisque Jésus était le tabernacle de la plénitude du Fils (l'Esprit), nous étions aussi appelés à partager avec lui, la même plénitude de l'Esprit, car par l'excellence du sacrifice de Jésus, nous sommes restaurés à égalité avec Jésus, devant son Père et notre Père, devant son Dieu et notre Dieu! La sainteté et la perfection ultime de Jésus nous est accordée par la révélation divine, en son parfait sacrifice. Les saints ont  pour fondement de base, la perfection même de Jésus, cette perfection que la Loi n'a jamais pu rendre accessible à qui que ce soit. Jésus avait donné «un ordre» et plus tard, Paul l'avait parfaitement compris... Jamais Jésus a insinué qu'il fallait devenir «progressivement parfait» et même Paul l'a mentionné dans Hébreux 10:14, et Hébreux 10:10 ce qui confirme que la perfection de Dieu, n'a pas besoin d'être améliorée dans une pseudo «sanctification progressive»

John Wesley manifestait une vive répulsion pour la «doctrine de la prédestination».  Wesley ne changea jamais sa position sans équivoque contre «l’élection». D’après la position calviniste qui prévalait à l'époque de Wesley, seuls certains individus étaient «élus pour le salut», et ce salut n’était soumis à aucune condition, la grâce étant « irrésistible.» L’argument de Wesley en réponse à cette «doctrine de la prédestination» était qu’elle déformait l'image que l'on se fait de Dieu et plaçait «sa souveraineté au dessus de son amour».

De ce fait, en 1740, il publia son fameux sermon: LIBRE-GRÂCE, qui dénonce avec véhémence les dangers et les méfaits de la prédestination. Les reproches adressées à cette doctrine sont les suivantes:

a) elle rend inutile la prédication parce qu’il ne sert à rien de prêcher à ceux qui sont élus;
b) cette doctrine tend à détruire cette sainteté qui est le but de Dieu;
c) elle tend à détruire les consolations et le bonheur que la religion peut apporter aux hommes;
d) cette doctrine nous détourne des bonnes œuvres et nous rend insensible aux misères morales des hommes;
e) elle renverse la révélation chrétienne;
f) elle méconnaît les affirmations les plus positives des Écritures.

Toutes les personnes sont élues par Dieu pour le salut, sous la condition de leur acceptation de la grâce de Dieu. Wesley publia plusieurs œuvres : « Sur la prédestination » (1773), « Réflexions sur la nécessité » (1774) et « Sur le travail de notre salut » (1785)

Les Écritures sont claires sur ce point:

Romains 8:29 «Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.»

Romains 8:30 «Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.»

Éphésiens 1:5 «nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d'adoption par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, »

Éphésiens 1:11 «En lui nous sommes aussi devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes choses d'après le conseil de sa volonté,»


Les Écritures sont claires sur ce point:

Apocalypse 7:14 «Je lui dis: Mon seigneur, tu le sais. Et il me dit: Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau.»

Apocalypse 12:11 «Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort»

Comme la Bible dit que nous avons été «faits saint», ou «être fait saint», (par le sang expiatoire de Jésus) vous devez comprendre que ce «être sanctifié par Dieu» ou «être rendu saint par Dieu» existe seulement dans l'Esprit de Dieu (et nous appelons cela «L'Esprit de Dieu», le «Saint Esprit». C'est une sainteté ou une sanctification que la chair ne peut produire. Elle vient seulement de la propre sainteté de Dieu. Quand Dieu pense à «Sainteté» ou «être sanctifié» la seule référence que Dieu utilise, vient de sa propre sainteté.

Le mot sanctification a le même sens que le mot sainteté. Bien que je préfère le mot «sainteté» je connais le sens profond du mot «sanctification» et «être fait saint» ou «être rendu sanctifié»

Alors, laissez-moi vous montrer que le genre de sainteté tel que parlé dans Hébreux 10:14, qui est accordé par Dieu à son peuple n'est pas humain. C'est pourquoi aucun n'est au-dessus de l'autre. En Christ nous sommes tous égaux. Même justice, même sainteté, même perfection que celle de Jésus. Et ce fait est le fondement de la foi authentique et de l'amour fraternel authentique. Voyez-vous? S'il était possible que certains croyants atteignent un plus haut degré de sainteté que d'autres, cela signifierait que le nouveau pacte qui a été accompli dans le sacrifice de Jésus cache des clauses spéciales pour certains et non pour les autres. Nous sommes tous égaux en Christ, même niveau de sainteté par le sang de Jésus. Nous sommes saints, nous sommes parfaits, nous sommes l'Épouse !

Apocalypse 4:8 « Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d'yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint #40, saint #40, saint #40 est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient! »


Cliquez pour agrandir

Pour faciliter l'étude des textes bibliques, certains étudiants utilisent une concordance des mots hébreux et grecs. On appelle cette concordance du nom de «Strong». La Bible Louis Segond avec les «codes Strong» est la Bible Segond 1910, dans laquelle sont incorporés les codes du «lexique hébreu-grec Strong», permettant de connaitre les termes originaux grecs et hébreux d'un passage biblique. Cela permet également de comparer les mêmes mots utilisés dans deux ou plusieurs passages différents, afin de vérifier si la source originale du grec ou de l'hébreu est la même. 

Chaque mot racine est numéroté, pour l'hébreu de #1 à #8674 (Ancien Testament) et pour le grec de #1 à #5523 (Nouveau Testament). Pour chaque mot, la concordance donne le mot dans la langue d'origine (hébreu, araméen, grec), ensuite le mot translitéré (convertit en alphabet latin), et donne l'origine du mot (s'il vient d'une autre langue, ou qu'il est formé à partir d'un mot plus court...), puis, sa prononciation (en phonétique), sa catégorie lexicale (nom, verbe, ...), ses différentes traductions en français et finalement, les définitions qu'il peut prendre selon les contextes. Voyons un peu quelle est la profonde signification de l'expression française, utilisant le mots: «saint», et ensuite, comparons le même mot avec d'autres passages pour vérifier si les mêmes mots utilisés ont vraiment la même signification. En conclusion, vous verrez bien ce que signifie le mot «saint».

Le mot «saint» utilisé dans les Écritures, qui est associé à Dieu ou au Saint-Esprit, porte le code Strong #40. Cette démonstration a pour but de vous illustrer que la sainteté conférée au croyant par la foi, est la sainteté même de Dieu, celle-là même que Jésus avait en lui.

Apocalypse 4:8 « Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d'yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint #40, saint #40, saint #40 est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient! »

Jean 6:69 « Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint #40 de Dieu».

Apocalypse 3:7 « Écris à l'ange de l'Église de Philadelphie: Voici ce que dit le Saint #40, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n'ouvrira »

Marc 1:8 « Moi, je vous ai baptisés d ’eau ; lui, il vous baptisera du Saint #40-Esprit

Apocalypse 14:12 « C'est ici la persévérance des saints #40, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. »

1 Pierre 1: 15-16 «Mais, puisque Celui qui vous a appelés est saint #40, vous aussi soyez saints #40 dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit : Vous serez saints #40, car je suis saint #40. »

 


Cliquez pour agrandir

Question : Combien y a-t-il de niveaux de sainteté de Dieu ?

Réponse : Un seul. La sainteté de Dieu ne peut être mesurée. La sainteté de Dieu est comme Dieu Lui-même. Tout comme son Esprit, Dieu et sa «propre sainteté», sont «UN». Dans 1 Pierre 1: 15-16, il est dit que Dieu donne «sa propre sainteté»: «(15) Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit: (16) Vous serez saints, car je suis saint.»

Question : Quel «niveau de sainteté» donne l'Esprit Saint de Dieu ?

Réponse : L'Esprit Saint confère au croyant exactement la même sainteté, que celle de Dieu et celle de Jésus. On ne peut pas la mesurer, la sainteté de Dieu est parfaite. Romains 8:29 « Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.»

Question : Comment «saint» sont ceux qui sont «rendus saints» par le sang expiatoire de Jésus ?

Réponse : Ils sont égaux avec Jésus, aux yeux de Dieu. Même sainteté, même perfection que celle de Jésus. Ils sont conformes (copie) à leur frère Jésus, devant leur Père Céleste. Philippiens 3:10 « Afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir.»

Question : Est-ce que la «Sainteté de Dieu» peut-elle être améliorée? Peut-t-on devenir «de plus en plus saint» si on a un meilleur témoignage ou si nos œuvres sont plus excellentes?

Réponse : Non. Nul ne peut améliorer la sainteté de Dieu qui est donnée aux saints par la foi dans le sacrifice expiatoire de Jésus. Personne ne peut améliorer l'Esprit de Christ. Nul ne peut «améliorer» la parole de Dieu. Personne ne peut «améliorer» l'Esprit Saint.

Voyons un peu quelle est la profonde signification de l'expression française, utilisant le mots: «parfait», et ensuite, comparons le même mot avec d'autres passages pour vérifier si les mêmes mots utilisés ont vraiment la même signification. En conclusion, vous verrez bien ce que signifie le mot «parfait».

Le mot «parfait» tel qu'utilisé à l'origine dans Matthieu 5:48 porte le code #5046 et signifie «qu'il ne manque rien pour être complet» ou «accompli», et ne peut offrir d'autre interprétation que le sens original choisi par l'apôtre Matthieu. Voici le passage de la traduction Louis Second annotée avec les numéros de référence Strong. Comparons quelques passages qui possèdent le même mot d'origine.

Matthieu 5:48 «Soyez #5210 donc #3767 parfaits #5046, comme #5618 votre #5216 Père #3962 céleste #3588 est #2076 parfait #5046

Philippiens 3:15 Nous tous #3745 donc #3767 qui sommes parfaits #5046, ayons #5426 cette même #5124 pensée #5426; et #2532 si vous êtes en quelque point #1536 d'un autre #2088 avis #5426, Dieu #2316 vous #5213 éclairera #5692 aussi #2532 là-dessus #5124.»

1 Corinthiens 13:10 «mais #1161 quand #3752 ce qui est parfait #5046 sera venu #5632, ce qui est partiel #3313 disparaîtra #5701.»

http://www.lexique-biblique.com/lexiques/grec/strong-grec-05046-teleios+parfait.html


Finalement, William Branham a élevé John Wesley au rang «d'ange/messager» rempli du Saint-Esprit, «se tenant constamment dans la présence de Dieu» même s'il savait que John Wesley défendait le dogme Trinitaire de Nicée, et après avoir prononcé son «Ainsi dit le Seigneur» sur le fait que le «Le trinitarisme est du diable!» et que ceux qui en étaient «inspirés» avaient aussi «dans leur pensée» la pensée du diable... C'est une contradiction flagrante avec toutes ses déclarations voulant que les «pseudo messagers» étaient tous «remplis de l'Esprit!» Et que dire des théologiens qui ont inspiré la base de son enseignement, le Dispensationalisme?

Parle Au Rocher 53-1115M
« (17) Maintenant, il y a une chose que j’aimerais que vous remarquiez. Ils sont sortis sous Martin Luther. Ils ont été sanctifiés sous John Wesley, remplis du Saint-Esprit sous la Pentecôte. »

Quand on examine les citations de William Branham sur ses personnages «remplis du Saint-Esprit», on ne peut que hocher la tête et admettre qu'il ne savait pas ce qu'il disait. Sa conception d'être «remplis du Saint-Esprit» était pathétique et démontrait qu'il ne savait même pas lui-même, ce que signifiait «être remplis de l'Esprit». La preuve est qu'il lui est arrivé de penser qu'il était devant une foule d'auditeurs «remplis de l'Esprit»!

Parle Au Rocher 53-1115M « (12) Oh! je pense que je suis en train de parler à toute une assistance de gens remplis du Saint-Esprit. Et vous savez quoi, mes amis, je crois que nous vivons dans l’ombre de l’une des plus glorieuses choses que le monde ait jamais reçues ou entendues, tout simplement... Nous sommes juste au point du jour.»

Disons que son expression «remplis de l'Esprit» était très «flexible» dans un sens vraiment large, pouvant accommoder à peu près n'importe qui.

L'Âge de l’Église de Sardes 60-1209 « (97) Le Saint-Esprit dont Paul fut rempli et qui lui fit faire les choses qu’il a faites est le même Saint-Esprit qui remplira celui-ci (Irénée), Martin, et tous les autres. Il les remplit complètement, et Il nous remplira complètement, vous et moi.


«(109) (...)  Les sept étoiles dans Sa main, qui étaient Sept Esprits qui sont sortis devant Dieu. Chacune avait un messager. Et nous avons continué et nous avons trouvé, par la Bible, ce que serait la nature de ce messager, quelle nature aurait ce messager. Et nous sommes allés trouver quel homme, dans l’histoire, avait cette nature. Et alors, une fois que nous avons trouvé l’homme qui, dans l’histoire, avait cette nature, voilà que nous avons vu que c’était lui le messager pour cet âge de l’église là. Alors, nous avons vu quel Esprit, et ce que cet homme a fait. Et nous avons vu qu’il (Martin) était un saint rempli du Saint-Esprit, saint Irénée et tous les autres, et—et saint Colomba, et tous ces hommes remplis de l’Esprit. Et nous savons, par l’Écriture, que cette sorte d’Esprit là devait être sur cette sorte d’homme là, pour ce temps-là. Et c’est ça, donc ça ne peut pas être faux. Amen! Gloire à Dieu! Ça… » - William Branham -Prédication La soixante-dixième semaine de Daniel 61-0806

(Note: Dans cette citation William Branham affirme que les sept étoiles, étaient les Sept Esprits sortis devant Dieu et que chaque Esprit avait un messager. Cela ne tient pas la route avec des pseudo messagers Trinitaires, obsédés par «la Tradition» de l'Église de Rome (Irénée de Lyon), obsédés par un salut fondé sur le monachisme ascétique (Martin de Tours et Colomba d'Iona), haïssant les Juifs au point de regretter de ne pouvoir les tuer (Martin Luther), rejetant le livre de l'Apocalypse comme non-inspiré (Martin Luther), et un John Wesley défenseur de la théologie Trinitaire, ainsi que du baptême des enfants, lequel croyait-il, leur confère la nouvelle naissance et le pardon du «péché originel». William Branham a non seulement erré dans ses interprétations, mais est coupable d'avoir fait perdre plusieurs années àa beaucoup de croyants. Des gens qui ont cru dans ses interprétations, sont décédés sans avoir eu la moindre chance d'être éclairés! William Branham rendra compte pour tous ceux qui sont morts dans ses enseignements!


« (97) Donc, si c’est le Saint-Esprit de Christ qui est venu le jour de Pentecôte et qui a fait ces choses, c’est le Saint-Esprit de Christ qui est venu ici, ici, ici… jusqu’à la fin du monde. Le Saint-Esprit dont Paul fut rempli et qui lui fit faire les choses qu’il a faites est le même Saint-Esprit qui remplira celui-ci (Irénée), Martin, et tous les autres. Il les remplit complètement, et Il nous remplira complètement, vous et moi. C’est une bénédiction de Pentecôte qui se transmet d’un âge de l’église à l’autre; c’est l’Alpha et l'Oméga, le Commencement et la Fin, le Tout en tout, la Racine et le Rejeton de David, l’Etoile du Matin, la Rose de Saron, le Lis de la Vallée et tout le reste, Père, Fils, Saint-Esprit, Celui qui était, qui est et qui vient, l’Alpha, l’Oméga, le… » - William Branham - Prédication L'Age de l’Eglise de Sardes 60-1209

Sept âges_chapitre, Âge de Sardes
Citation chapitre 3 page 75: « (...) Dans cette main droite de puissance se trouvent sept étoiles, qui, d’après Apocalypse 1.20, sont les sept messagers des Églises. Ceci signifie que la puissance et l’autorité mêmes de Dieu se trouvent derrière Ses messagers pour chaque âge. Ces derniers avancent dans le feu et dans la puissance du Saint-Esprit avec la Parole. Ils sont des étoiles, parce qu’ils reflètent la lumière. La lumière qu’ils reflètent est Sa lumière à Lui. Ils n’ont pas de lumière par eux-mêmes.. »

Citation chapitre 3 page 76 : "Ces sept messagers font connaître Dieu au peuple ... Ils parlent et agissent sur Son autorité, il se tient derrière eux avec toute la puissance de la Divinité (...) Les voici donc, remplis du Saint-Esprit et de foi, enflammés du feu de Dieu, ils brandissent la Parole de vérité, et Lui se tient là pour les appuyer. - William Branham -

Le prochain chapitre va extrait provient de l'Exposé des sept âges de l'Église - sermon 65-0002 : Veuillez en tirer vous-même vos propres conclusions.


Le prochain extrait provient de l'Exposé des sept âges de l'Église - sermon 65-0002. Veuillez en tirer vous-même vos propres conclusions.

Pour faciliter l'étude des textes bibliques, certains étudiants utilisent une concordance des mots hébreux et grecs. On appelle cette concordance du nom de «Strong». Chaque mot racine est numéroté, pour l'hébreu de 1 à 8674 (Ancien Testament) et pour le grec de 1 à 5523 (Nouveau Testament). Pour chaque mot, la concordance donne le mot dans la langue d'origine (hébreu, araméen, grec), ensuite le mot translitéré (convertit en alphabet latin), et donne l'origine du mot (s'il vient d'une autre langue, ou qu'il est formé à partir d'un mot plus court...), puis, sa prononciation (en phonétique), sa catégorie lexicale (nom, verbe, ...), ses différentes traductions en français et finalement, les définitions qu'il peut prendre selon les contextes.

Voyons un peu quelle est la la profonde signification de l'expression française, utilisant les mots: «rempli» ou «plein» du Saint-Esprit, et ensuite, comparons le même mot avec d'autres passages pour vérifier si les mêmes mots utilisés ont vraiment la même signification. En conclusion, vous verrez bien ce que signifie l'expression «être rempli de l'Esprit ou du Saint-Esprit» et qu'en aucun cas, cette expression ne peut être appliquée à Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther ou John Wesley. Le mot «rempli» tel qu'utilisé à l'origine dans dans Luc 4:1 est attribué directement à Jésus, et ne peut offrir d'autre interprétation que le sens original choisi par l'apôtre Luc. Voici le passage de la traduction Louis Second annotée avec les numéros de référence Strong.

Luc 4:1 «Jésus, rempli [Strong #4134] du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et fut conduit par l'Esprit au désert»

Note: S'il y a quelqu'un qui était «rempli du Saint-Esprit» c'était bien Jésus lui-même! Ce verset va nous servir de référence pour toutes les expressions signifiant «être rempli du Saint-Esprit».

Dans Luc 4:1, l'apôtre Luc a utilisé le mot grec «pleres», portant le code [Strong #4134]. Nous retrouvons ce même mot grec avec le même code Strong, dans Actes 7:55, Jean 1:14, Actes 6:5, Actes 6:8.

Le mot «pleres» signifie «plein, contraire de vide», complet où il ne manque rien, parfait» Ce mot n'offre aucune autre interprétation que la perfection.

Actes 7:55 «Mais Étienne, rempli [Strong #4134] du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel »
Jean 1:14 «Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous pleine [Strong #4134]  de grâce et de vérité»
Actes 6:5 «Ils élurent Étienne, homme plein [Strong #4134]  de foi et d'Esprit-Saint»
Actes 6:8 « Étienne, plein [Strong #4134] de grâce et d'Esprit-Saint, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple»
Source: http://www.lexique-biblique.com/lexiques/grec/?strong=4134&x=0&y=0

Puisque le mot grec «pleres» signifie «plein, contraire de vide», complet où il ne manque rien, parfait», croyez-vous vraiment que lorsque ce terme est associé au Saint-Esprit, vous pouvez logiquement attribuer cette expression à la condition spirituelle d'Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther ou John Wesley? Ils étaient tous des Trinitaires et avaient tous placé leur salut dans une vie légaliste et les œuvres!

Si seulement William Branham avait seulement été conséquent dans ce qu'il prêchait! Ainsi, même si sa déclaration «de prophète» est plus que «discutable» pour lui donner la moindre crédibilité d'autorité divine, je suis entièrement d'accord avec ce qu'il avait dit avec son «Thus said the Lord» dans une prédication du 8 janvier 1961, lorsqu'il déclara «Le trinitarisme est du diable!»  En fait, on avait pas besoin d'un «Thus said the Lord» pour savoir cela. Néanmoins, pour illustrer comment William Branham était irrationnel et non-conséquent, dans ses prédications, je désire souligner qu'il a cité probablement plusieurs centaines de fois le passage d'Hébreux 13:8, Et puisque Dieu ne change jamais d'idée, hier, aujourd'hui et éternellement, je vois mal comment William Branham a pu croire que des personnages trinitaires comme Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther et John Wesley pouvaient être remplis de l'Esprit, «être nés de nouveau» et «voir (comprendre) le royaume de Dieu» comme Jésus l'avait affirmé.


Quelle honte d'affirmer que Martin Luther était rempli du Saint-Esprit. Il n'y a aucune personne sérieuse qui peut prétendre que Martin Luther était «rempli du Saint-Esprit» lorsqu'il s'est attaqué aux Juifs de son époque. Qui peut défendre William Branham, d'avoir affirmé que Martin Luther était «rempli de l'Esprit»? Qui va oser?

William Branham : Sept âges_chapitre, Âge de Sardes, 7 page 238
«Or, Martin Luther était lui-même un Chrétien sensible, rempli de l’Esprit. Il était véritablement un homme de la Parole, non seulement parce qu’il l’étudiait avec une passion profonde, mais encore parce qu’il mit tout son cœur à la rendre accessible à tous, pour que tous puissent vivre par elle. Il traduisit le Nouveau Testament, et le donna au peuple (...)»

Matthieu 12:34 « Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l'êtes ? Car c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle.»   Matthieu 15:18 « Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c'est ce qui souille l'homme.»   Matthieu 15:19 « Car c'est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies.»   Marc 7:21 « Car c'est du dedans, c'est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres   Luc 6:45 « L'homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son cœur, et le méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor ; car c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle.»

Si Martin Luther serait vivant aujourd'hui, il serait jugé et condamné à la prison pour incitation à la haine raciale! Vous vous rendez compte! Ses écrits ont inspiré Hitler et les Nazis à tuer 6,000,000 de Juifs! Et la seule excuse que William Branham a trouvée, était que Martin Luther n'était pas un prophète comme lui! Aberrant comme commentaire! C'est comme si William Branham avait dit que «l'ange/messager» qui se tient perpétuellement dans la présence de Dieu, peut dire et faire n'importe quoi, pour la simple raison qu'il n'est pas un «prophète», (comme lui?, et puisque tout était permis «dans la pseudo-justification» de Luther, cela renforce le passage que «Jésus-Christ est le même, hier, aujourd'hui et éternellement» !!!

« (218) Alors que Martin Luther a fait la proclamation que «tous les Juifs devraient être chassés et leurs propriétés brûlées, parce que c’étaient des antichrists». Voyez? Martin Luther lui-même a fait cette déclaration dans ses écrits. Or, Hitler n’a fait qu’accomplir ce que Martin Luther avait dit Pourquoi Martin Luther a-t-il dit ça? Parce que c’était un réformateur, et non pas un prophète. (219) Dieu, qui : «Mon prophète a béni Israël, il a dit : «Quiconque te bénira sera béni, et quiconque te maudira sera maudit. (...)» Le Premier Sceau (215-220) 63-0318  
(Mon commentaire: Luther est inexcusable, ses écrits ont inspiré l'Allemagne Nazie. S'il avait vécu en 1945, on l'aurait jugé et condamné pour crimes contre l'humanité)

« P. 179 Il y avait une époque où Adolf Hitler était l’absolu de l’Allemagne. Quoi qu’il dise... Quand il disait : “Sautez!”, ils sautaient; quand il disait : “Tuez!”, ils tuaient. Des millions de Juifs... il faisait un signe de la tête. Vous voyez ce qui est arrivé à cette sorte d’absolu. Cela ressemblait à de la puissance, mais c’était contraire à la Parole.» -
L'absolu [62-1230M]

Mon commentaire: William Branham se contredit à 100%, lorsqu'il affirme qu'Hitler «n'a fait qu'accomplir ce que Luther avait dit» et «lorsque Hitler disait "Tuez" ils tuaient. Des millions de Juifs» et que c'était «contraire à la Parole» [62-1230M]  pour ensuite affirmer dans les Sept âges, chapitre, Âge de Sardes, 7 page 238 «Or, Martin Luther était lui-même un Chrétien sensible, rempli de l’Esprit. Il était véritablement un homme de la Parole,»

--- (244) Les Juifs! Et Hitler les détestait, Eichmann aussi, Staline aussi, et le reste du monde. Voyez? Mais ils sont restés fidèles à ce qu’ils croyaient. Et ils les ont tués, parce qu’ils étaient Juifs. (245) Saviez-vous que Martin Luther aussi avait un peu cette idée-là? C’est vrai. Il a dit : “Tous les Juifs devraient être chassés. Ils sont antéchrists.” Voyez? Mais il était simplement d’une autre dispensation, et il ne le voyait pas, il ne voyait pas la Parole. -
Le Cinquième Sceau 63-0322 (P. 21)

Mon commentaire: Luther est inexcusable, ses écrits ont inspiré l'Allemagne nazie et il est évident que ce personnage était à un milliard d'années lumière d'être «rempli de l'Esprit»

Son traité: Des Juifs et de leurs mensonges

Dans «Des Juifs et de leurs mensonges», Luther recommande que les Juifs soient privés d'argent, de droits civils, d'enseignement religieux et d'éducation, et qu'on les force à travailler la terre, ou bien qu'on les expulse d'Allemagne et éventuellement qu'on les tue. « Je m'étais résolu à ne plus écrire sur les Juifs ni contre eux. Mais comme j'ai appris que ces gens misérables et maudits n'arrêtent pas de nous leurrer, nous les chrétiens, j'ai publié ce petit livre, de façon que je puisse me trouver parmi ceux qui s'opposent à leurs activités empoisonnées et pour mettre les chrétiens en garde contre eux. » Luther déclare dans ses remarques préliminaires, qu'il a écrit en réponse à un pamphlet, inconnu des historiens, écrit par un ou des Juifs non identifiés, que lui a fait parvenir le comte Wolfgang Schlick de Falkenau :

Citation de Martin Luther: « Cher monsieur et bon ami, j'ai reçu un traité dans lequel un Juif s'engage dans un dialogue avec un Chrétien. Il ose pervertir les passages des Écritures saintes que nous citons en témoignage de notre foi, concernant notre Seigneur Jésus Christ et sa mère Marie, et les interpréter de façon tout à fait différente. Avec ces arguments, il pense qu'il peut détruire la base de notre foi. » Il mentionne les Juifs comme « une portée de vipères et enfants du diable » (de Matthieu 12:34), « misérables, aveugles et stupides », « des imbéciles vraiment stupides », « des voleurs et des larrons », « des fripons paresseux », « des meurtriers permanents », et « de la vermine » et les apparente à de la « gangrène ». Puis il continue en recommandant que les synagogues et les écoles juives soient brûlées, leurs maisons rasées, leurs écrits confisqués, leurs rabbins interdits d'exercer, leurs déplacements restreints, qu'ils aient l'interdiction de prêter de l'argent et qu'ils soient obligés de gagner leur vie en cultivant la terre. Luther conseille : « Si nous voulons laver nos mains du blasphème des Juifs et non participer à leurs affaires coupables, nous devons nous séparer d'eux. Ils doivent être expulsés de notre pays » et « nous devons les chasser comme des chiens enragés ».

Et pour conclure, Luther note : « Il n'y a pas d'autre explication pour ceci que celle de Moïse citée précédemment, à savoir, que Dieu a frappé les Juifs de « folie, de cécité et de confusion d'esprit ». Aussi nous sommes nous-mêmes coupables si nous ne vengeons pas tout ce sang innocent de notre Seigneur et des chrétiens qu'ils ont répandu pendant les trois cents ans après la destruction de Jérusalem, et le sang des enfants qu'ils ont répandu depuis lors (qui brille encore de leurs yeux et de leur peau). Nous sommes fautifs de ne pas les tuer. Maintenant, dites-moi s'ils n'ont pas toutes les raisons d'être les ennemis de nous, les maudits Goyim, et de nous maudire et de faire tout leur possible pour obtenir notre ruine finale, complète et éternelle ! » — Martin Luther, Von den Jüden und iren Lügen. Source et références:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Des_Juifs_et_de_leurs_mensonges

Matthieu 15:19 « Car c'est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies.»

Matthieu 12: 36-37: «(36) Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu'ils auront proférée. (37) Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné

Note: Dans 63-0322 (P. 21) Évidemment, si l'on suit le raisonnement de William Branham, tout ce qu'a dit Luther sur les Juifs est pardonnable et 100% excusable, parce que Luther n'était pas un prophète comme William Branham, et par conséquent, comme Luther n'était pas né au bon moment dans la «bonne dispensation», il ne pouvait «pas voir la Parole»... Donc, logiquement, Hitler est tout aussi pardonnable, parce que lui non plus, n'était pas «prophète» et «ne voyait pas la Parole»....

Quand on affirme comme l'a fait William Branham, que tous les 7 messagers étaient «remplis du Saint-Esprit, et que les gens croient que tout ce que vous dites, est «inspiré» de Dieu, là je crois qu'il y a un grave problème. Pourquoi? parce que je vais réfuter ce qu'a affirmé William Branham, au sujet de plusieurs «pseudo messagers» qui étaient supposément «remplis du Saint-Esprit», et je vais ici dans cette page, vous prouver que John Wesley ne fut jamais «rempli du Saint-Esprit».

Puisque Luther «ne voyait pas la Parole» (Le Cinquième Sceau 63-0322 (P. 21) et ensuite dans le sermon 65-0002: l'Âge de l’Église d’Éphèse, « il était rempli de l'Esprit » et était  «un homme de la Parole»  citation, William Branham n'est pas cohérent et n'a aucune crédibilité! Prétendre, comme l'a insinué William Branham, que Martin Luther était «rempli du Saint-Esprit» relève d'acrobaties irrationnelles. Quiconque essaie de défendre William Branham sur ce point dénote un raisonnement insensé! Si Martin Luther était «rempli du Saint-Esprit», cela contredit Hébreux 13: 8 «Jésus Christ est toujours le même, hier, aujourd'hui et toujours», parce que Dieu «aurait une politique de tolérance spirituelle» très variable au fil du temps, et  selon William Branham, «même si cet homme n'a jamais réussi à remplir tous les critères pour atteindre la Nouvelle Naissance authentique, il méritait quand même d'être rempli de l'Esprit!». Les œuvres de Luther, son témoignage, bref tout ce qu'il a laissé comme héritage spirituel, prouve hors de tout doute, que cet homme n'a jamais vraiment rencontré le Seigneur.

Et William Branham tente de vous faire croire qu'un pauvre type comme Martin Luther était un «ange/messager» dont «l'esprit» se tenait dans la présence de Dieu! Ce personnage était animé de démons! et croyez-moi, William Branham aurait dû comprendre qu'il est impossible d'être «inspiré et rempli de l'Esprit» et être en même temps «inspiré par le diable» Voyez comment le «serpent» a tenté de séduire des milliers de gens! Ce personnage à lui seul, contredit tout ce que William Branham a pu tenter de vous faire croire sur les «pseudo messagers» des sept «pseudo âges de l'Église» Et les prochains chapitres vont le prouver. Matthieu 12:37 «Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné.»

Je vous le dit et je vous l'affirme haut et fort: William Branham n'était pas inspiré du Saint Esprit lorsqu'il a enseigné «les 7 âges de l'Église» et cet enseignement vient du diable. Quiconque prétend le contraire, sera jugé et condamné, et verra ne partagera JAMAIS le trône des vainqueurs! Je me lèverai, et je plaiderai moi-même devant mon Dieu, contre lui!

(29) « Maintenant abordons notre sujet sans tarder. Hier nous avons étudié la technique qu’utilisent les démons. Je réfléchissais aujourd’hui, alors que Dieu traitait avec moi. Vous ne savez pas ce que ça représente, d’avoir la liberté d’aller de l’avant. Or, je ne suis pas un enseignant. Je suis loin d’être un-un commentateur de la Bible. Et je suis… Mon instruction se limite à une septième année. Alors c’est… Et, avec ça, je suis sorti de l’école il y a environ vingt-cinq ans, alors il y a longtemps que je n’y suis plus. Je n’ai pas beaucoup d’instruction, mais tout ce que je sais, c’est ce que je reçois par inspiration. Et si cette inspiration ne concorde pas avec la Bible, alors elle est fausse. Voyez? Il faut que ce soit la Bible. Quelle que soit l’inspiration, il faut que ça vienne… Voici le fondement de Dieu. Aucun autre fondement n’a été posé que Ceci. Et ce qui correspond à Ceci; si ce que je disais était contraire à Ceci, alors que mes paroles soient un mensonge, parce que la Vérité, c’est Ceci. Voyez? » - William Branham - Prédication Démonologie - Domaine religieux - 53-0609


Ici dans ce chapitre, je désire mettre les choses au clair et vous montrer comment William Branham vous a habilement passé un tour de passe-passe sans que vous vous en rendiez compte. Voici de quelle façon l'expression «devant toi» et particulièrement le mot «devant» doit être interprété.

Cette fois encore, je désire vous faire la démonstration que les mots utilisés en français dans le livre de l'Apocalypse, ont des significations assez pointues, lesquelles sont habituellement non-négociables sur le plan de la liberté d'interprétation.

Commençons par citer le passage d'Apocalypse 3:8 avec la traduction Louis Second annotée avec les numéros de référence Strong.

Apocalypse 3:8 «Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu a peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer.»

Apocalypse 3:8 avec codes Strong {Je connais 1492 5758 tes 4675 œuvres 2041. Voici 2400 5628, parce que 3754 tu as 2192 5719 peu 3398 de puissance 1411, et 2532 que tu as gardé 5083 5656 ma 3450 parole 3056, et 2532 que tu n'as pas 3756 renié 720 5662 mon 3450 nom 3686, j'ai mis 1325 5758 devant 1799 toi 4675 une porte 2374 ouverte 455 5772, 2532 que personne 3762 ne peut 1410 5736 fermer 2808 5658 846.}

Maintenant prenons un autre verset contenant le même mot «devant» dans le passage d'Apocalypse 8:2 :
«Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données.»

Apocalypse 8:2 avec codes Strong «Et 2532 je vis 1492 5627 les sept 2033 anges 32 qui 3739 se tiennent 2476 5758 devant 1799 Dieu 2316, et 2532 sept 2033 trompettes 4536 leur 846 furent données 1325 5681.»

Les 2 mots «devant» trouvés dans Apocalypse 8:2 et Apocalypse 3:8 portent tous les deux, le numéro de référence Strong 1799.  Source: http://www.lexique-biblique.com/lexiques/grec/?strong=1799&x=6&y=2

Le code Strong 1799 du mot originel Grec est «ejnwvpioß» transcrit en caractères latins par «enopion». La phonétique se prononce «en-o'-pee-on» Ce mot grec n'est utilisé que dans un sens bien précis.

La définition de «enopion» signifie :  «en présence de», «devant, par rapport à la place occupée» : «ce qui est devant», contre, à l'opposé, «vers où l'on peut tourner les yeux» Les mots associés à «enopion» sont: devant, sous le regard de, en présence de.

Donc, l'expression «devant» [code Strong 1799] signifie «ce qui est devant», «sous le regard de», «en présence de», ce qui implique que la personne qui est «devant Dieu» en est 100% consciente, et c'est exactement le même mot «devant» [1799]» qui est  utilisé dans Galates 1:20 « Dans ce que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point.» et des passages comme ceux-ci: Actes 2:25, Jean 20:30,
Romains 14:22, 2 Corinthiens 8:21, 1 Timothée 2:3, 1 Timothée 5:21, 1 Timothée 6:13


Puisque l'expression
«devant (quelqu'un ou quelque chose)» signifie «Occuper consciemment la position, qui permet d'observer un objet ou quelqu'un, par rapport à la place occupée par ce qui est devant lui.» alors le mot «devant» utilisé pour les 7 anges qui se tiennent devant Dieu, a exactement la même signification que dans le passage de Luc 24:43 « Il en prit, et il mangea devant [1799] eux.», mais dans un sens spirituel, et il faudrait aussi comprendre que si le Seigneur place «une porte ouverte» devant son «ange/messager» c'est pour qu'il la voit, l'observe.

Si la «porte ouverte» devant l'ange/messager possède un sens spirituel, c'est celui qui «la regarde devant lui» qui «comprend» ce qu'il voit, et croyez-moi, il est 100% conscient, de ce qui se passe!  En d'autres mots, il est absolument impossible qu'un authentique «messager» se tenant «devant Dieu» n'en soit pas 100% conscient.

En ce qui concerne les personnages choisis par William Branham en tant que «pseudo anges/messagers», aucun de ces derniers n'a jamais fait allusion dans leurs écrits et les témoignages qu'ils ont laissés et qui nous sont parvenus, qu'ils aient eu la moindre expérience d'être consciemment «devant Dieu» en tant que «vainqueurs» et commenter la lettre que le Seigneur leur a adressée en tant «qu'ange de leur Église». Il y en a qui diront: «comment auraient-ils pu savoir qu'ils étaient «des anges/messagers» ? Bien sachez, que quand quelqu'un se retrouve constamment «devant Dieu» comme Paul l'était, cette personne le sait parfaitement, et elle sait pourquoi.

Paul savait et était conscient:
Galates 1:20
 « Dans ce que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point.»

On se souviendra que William Branham avait mentionné que la «porte ouverte» s'applique à l’ange/messager de l'Église de Philadelphie, et non pas à l'Église. Le Seigneur a dit bien : «devant toi» !  et non pas «derrière toi» quelque part dans le futur après ta mort! Si William Branham a cherché une interprétation qui s'aligne sur «une époque» que le messager ne peut observer de son vivant, ou que «la porte ouverte» se retrouve ailleurs que «devant» l'ange/messager», sachez que son enseignement est 100% faux!

Apocalypse 8:2 « Et je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données.»

Apocalypse 8:4 « La fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l'ange devant Dieu.»

«(...) (286)  La première chose dont je veux que vous vous souveniez, c’est que ces messages sont adressésnon pas à l’Églisemais à l’ange de l’ÉgliseRetournons en arrière, à la première Église: “A l’ange de l’assemblée qui est à Ephèse, écris…”. N’est-ce pas? (287) Très bien! L’âge suivant, verset 8: Et à l’ange de l’assemblée qui est à Smyrne, écris… (288) Ensuite, verset 12: Et à l’ange de l’assemblée qui est à Pergame, écris… D’accord?» Sermon: Prédication L'Âge de l’Église de Pergame (286 à 288) 60-1207

Et les 7 anges/messagers qui se tiennent devant Dieu, sont-ils vraiment «devant» ? Selon William Branham, pourraient-ils être ailleurs? ...parce que le mot «devant» semble être un terme qui «peut voyager»! Puisque «la porte ouverte» mise «devant» l'ange/messager de l'Église de Philadelphie s'est «déplacée» de plus de 100 ans, ou plutôt «s'est fait emportée», avant que cette dernière soit «vue/comprise», se pourrait-il que William Branham a raté «sa propre porte» dans «son propre soi-disant âge» et qu'il n'a pas entendu frapper à la «même porte que celle de Wesley»? On dirait bien... Peut-être qu'à sa mort en 1965, «sa porte» était partie au Moyen-Orient en Israël!

Note: Si vous observez bien, la porte ouverte de l'Église de Philadelphie, semble fermée dans l'Église de Laodicée, puisque le Seigneur frappe à la porte... À moins que ce soit une porte différente? William Branham avait pourtant affirmé que «Jésus» était «la PORTE» et qu'il y en avait qu'une! Nous verrons bien comment il va interpréter cela dans l'analyse que je fais sur l'Église de Laodicée et de son «pseudo messager».

Apocalypse 3:14-22 (Louis Segond 1910)
«(14) Écris à l'ange de l'Église de Laodicée: Voici ce que dit l'Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu: (...) (20) Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi.»



Ce chapitre va réfuter l'allégation de William Branham voulant que le «pseudo» «ange/étoile/messager» de l'Église de Philadelphie, lequel est sensé être John Wesley, a «vu» ou «reçu» une «porte ouverte», laquelle signifierait selon William Branham, une révélation de la «divinité de Dieu» faisant référence à l'Unité de Dieu, versus la Trinité de Dieu en 3 personnes.

Voici ce que dit William Branham, au sujet de la porte ouverte.

« (132) Une porte ouverte”. Qu’est-ce que c'était? C'était la révélation de la Divinité suprême de Jésus-Christ; non pas de la seconde personne d’une trinité, mais de Dieu Lui-même, fait chair, et habitant parmi nous. (142) Ainsi donc, c’est sur la révélation de Lui-même qu’Il a bâti Son Église. Combien savent que c’est vrai? Il bâtit Son Église sur la révélation de Lui-même. Bien! Or, que dit-Il? “Personne ne peut la fermer!”. “Je connais tes œuvres. Voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte… (143) Qu’est-ce que la “porte ouverte”? C’est la révélation de la Divinité suprême de Jésus-Christ! Qu’a-t-Il dit autrefois à Sa première Église dans cet âge-là? — “Je suis Celui qui était, qui est et qui vient! Je suis le Premier et le Dernier. Je suis le Tout-Puissant”. Il l’a dit à trois reprises, Se présentant comme la Divinité à cette première église, ici; avant d’entrer dans le dernier âge de l’église, Il dit: “J’ai mis devant toi une porte ouverte”. Si vous voulez voir la révélation, la voici: c’est là qu’Il construirait Son Église. Et la seule façon pour Lui de prendre Son Église était de revenir à la révélation de ce qu’Il est. C’est la Vérité!»  L'Âge de l’Eglise de Philadelphie 60-1210

Je crois que ce qu'affirme William Branham est assez explicite. Selon lui, la «porte ouverte est la «révélation de la divinité de Jésus-Christ» pour nier complètement l'enseignement de la Trinité. Mais est-ce que John Wesley a «vu» ou «compris» cette «porte ouverte»? Hélas, non. Pourquoi? Parce que tout cet enseignement est faux!

John Wesley croyait ¹ à la «Trinité de Dieu», soit l'orthodoxie nicéenne qui est toujours le dogme² promulgué par l'Église catholique romaine, c'est-à-dire, «un seul Dieu en trois Personnes, partageant la même substance»³. Or prétendre comme William Branham le suggère, que John Wesley était vraiment «né de nouveau», tout en priant et en adorant avec sa  «sa foi Trinitaire», est une hérésie. Tout «ange/messager» se tenant dans la présence de Dieu, sait exactement devant QUI il se tient. Et son témoignage reflète ce qu'il sait. C'est d'ailleurs la raison élémentaire pour réfuter entièrement l'enseignement contenu dans «l'Exposé des 7 Âges de l'Église». Quant à l'interprétation donnée par William Branham à propos de «la porte ouverte», que ce soit durant l'existence de John Wesley ou de son Église méthodiste, faut croire que le Seigneur de son côté, n'avait pas la même interprétation que William Branham, car John Wesley n'a jamais prêché autre chose que la Trinité en 3 personnes divines.

Dans son enseignement «l'Exposé des 7 Âges de l'Église», en affirmant que John Wesley était «l'ange/messager» de l'Église de Philadelphie, William Branham a non seulement erré et semé la confusion dans l'interprétation d'Apocalypse 8:2, en banalisant le sens spirituel des «anges/messagers» qui se tiennent dans la présence de Dieu, mais a aussi tenté ne nous faire croire que Dieu pouvait changer ses critères pour qu'une personne «naisse de nouveau» et qu'adorer «la sainte Trinité» était «acceptable».

Référence: Wednesday with Wesley on the Trinity https://deadheroesdontsave.com/2013/08/14/wesley_trinity/
John Wesley on the Trinity, sermon 55: http://www.umcmission.org/Find-Resources/John-Wesley-Sermons/Sermon-55-On-the-Trinity

John Wesley, the Trinity, and the Creeds : http://www.andrewthompson.com/creeds/john-wesley-the-trinity-and-the-creeds/

Est-ce que William Branham a tenté de dire que le Seigneur a donné à John Wesley «la révélation de la Divinité suprême de Jésus-Christ»? Je doute qu'il y a même songé! William Branham savait très bien que Wesley était Trinitaire, et qu'à sa mort il était encore Trinitaire. Ni John Wesley, ni personne (plus tard) dans l'Église Méthodiste, n'a jamais enseigné autre chose que la Trinité, la même Trinité en 3 personnes que l'Église de Rome enseigne.

À moins que William Branham ait trouvé une façon géniale «de faire voyager la porte ouverte» après la mort de John Wesley ou dans l'âge suivant! Nous verrons plus loin, si cette option a été envisagée!


Dans son interprétation d'Apocalypse 3: 7-8, William Branham a bien essayé d'expliquer que John Wesley représentait «le pseudo messager» de «l'âge de l'amour fraternel» qui fut selon lui, «un grand âge missionnaire» offrant beaucoup «d'ouvertures» pour prêcher. Sauf qu'à l'époque de John Wesley le «prosélytisme» n'avait rien d'extraordinaire en soi, d'autant plus que «les enseignements» de Wesley ne pouvaient produire que «des wesléens». En lisant les textes de sa prédication sur l'Église de Philadelphie, on se rend bien compte que William Branham a «patiné» en vain, en tentant de relier le ministère du prédicateur John Wesley à «la porte ouverte devant le messager». Tout ce qu'il a dit ne collait pas. Néanmoins, la plus belle acrobatie de William Branham c'est d'en arriver à la conclusion que la «porte ouverte» n'était plus devant le pseudo messager John Wesley et ses disciples, mais littéralement «derrière lui»! Je vous explique.

John Wesley vécut jusqu'en 1790. Techniquement, si vous voulez «faire voir» ou enseigner quoi que ce soit à quelqu'un dont la vie se termine en 1790, vous vous arrangez pour que le personnage soit encore vivant pour le faire. En d'autres mots, vous vous arrangez pour mettre votre enseignement «devant lui» et non pas après sa mort. Sinon votre objectif visant à instruire votre personnage est complètement raté.

Et même si vous croyez que votre enseignement vise plutôt l'assemblée de votre personnage dont l'époque se termine en 1906, vous n'attendez pas que l'époque soit terminée et que votre «enseignement» soit «derrière l'assemblée» sinon vous aurez également manqué le but. Le «soi-disant âge de Philadelphie» est sensé s'être terminé en 1906. Puisque le «soi-disant âge de Laodicée» est supposé débuter en 1906, techniquement «l'entre-deux» âges se situe logiquement vers 1906.


Nous allons voir maintenant comment William Branham, s'est lui-même peinturé dans un coin en affirmant que le message du Seigneur «s'adressait directement au messager», ensuite après qu'il a «compris» que le pseudo-messager John Wesley ne correspondait plus au «message adressé à l'ange de Philadelphie», n'a eu d'autre solution que de «déplacer la porte» devant le «pseudo messager» de l'âge suivant, c'est-à-dire, lui-même! Regardons premièrement ce que disent les Écritures et ENSUITE, comment William Branham va les interpréter!

Apocalypse 3:7-8
«(7) Écris à l'ange de l'Église de Philadelphie: Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n'ouvrira: (8) Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu a peu de puissance, et que tu as gardé ma parole, et que tu n'as pas renié mon nom, j'ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer.»


Cliquez pour agrandir

Selon l'interprétation de William Branham, le Seigneur aurait adressé à «l'ange/messager» de l'Église de Philadelphie un message disant à peu près ceci: «j'ai mis derrière toi une porte ouverte qui sera «visible» seulement pour ceux qui viendront après 1906!, soit «entre deux âges» Si on compare la version modifiée de William Branham avec : «j'ai mis devant toi une porte ouverte» on voit clairement la prestidigitation ... Voyons comment il a escamoté la vraie signification des paroles du Seigneur...


Cliquez pour agrandir

(134) « C’est la première fois qu’il est parlé du Nom depuis cet âge-là, qui a perdu Son Nom. L’âge de Luther est venu avec le nom de vivre, mais il était mort (n’est-ce pas?). “Père, Fils et Saint-Esprit…”. Ici réapparaît le Nom de Jésus, entre ces deux âges-ci. Entre les deux, il y a la “porte ouverte”. C’est la révélation de ce qu’Il était, la révélation de Sa divinité.»
Prédication L'Age de l’Eglise de Philadelphie 60-1210

«Comme je l’ai déjà dit, cet âge (Philadelphie) a des prolongements dans le dernier âge. (Laodicée)» (chapitre 8 page 299) «Qu’est-ce que c’est, sinon une révélation de Lui-même? Et cette Révélation commence à se déployer pour nous apporter la Force, pour éclairer la Parole et glorifier Son Nom. «tout cela avait été perdu dès les premiers âges de l’Église, mais maintenant, nous le voyons de nouveau.» «C’est au cours des deux derniers âges que la Révélation de la Divinité de Jésus-Christ s’est ouverte devant nous. (...) «Nous avons de nouveau la révélation de QUI IL ÉTAIT. En effet, la Divinité n’est pas un Dieu en trois personnes, (...)  Par contre, ceux qui croient en trois personnes ont une Divinité en trois dieux, et ils se rendent ainsi coupables d’avoir violé le premier commandement. Mais la révélation de la Divinité nous est revenue. Maintenant,(1965) la vraie Église peut de nouveau augmenter en puissance.»
Exposé des sept Âges de l'Eglise : Âge de l’Eglise de Philadelphie 65-0007


Cliquez pour agrandir

Quelle trouvaille! ... en 1960 la «porte ouverte» était située «entre deux âges!» (au début du 20ième siècle) Puis en 1965, «la porte ouverte» est située «maintenant»! C'était pourtant sensé être adressé à l'ange de Philadelphie!  À John Wesley! Mais pour qui nous prend-t-il? Voyons, pourtant le Seigneur «s'adressait au messager». Si le «pseudo messager» était vraiment John Wesley, cela aurait du se passer durant la vie de Wesley. Mais John Wesley étant décédé en 1791, je vois mal comment le Seigneur a pu le manquer en mettant «la porte ouverte» plus de 100 ans après sa mort! Si on relit la déclaration de William Branham, on s'aperçoit bien du dérapage de son interprétation biblique. Revenons sur les commentaires de William Branham, sur «la porte ouverte»  .... Voyons encore...

Toujours dans le même ordre d'idée, si l'on interprète les commentaires de William Branham à sa manière, voici sous le tableau noir, comment William Branham a réécrit le passage d'Apocalypse 3: 7-8


«Allez! On efface, et on réécrit le passage!»

Est-ce qu'il y a quelqu'un qui serait assez honnête pour m'expliquer ce que John Wesley (ou son assemblée) a réellement «reçu» du Seigneur, que ce soit «une porte ouverte/révélation», et ce, de son vivant (avant 1791), pour en être assez conscient et en laisser un témoignage? Et s'il n'a rien reçu, alors comment pouvez-vous croire une allégation pareille? Et quand est-il de la promesse du Seigneur, faite «aux vainqueurs» de l'Église de Philadelphie? Qui sont les «véritables vainqueurs» de l'époque de John Wesley, qui ont laissé leurs témoignages prouvant qu'ils ont reçu quelque chose de la part du Seigneur, bénédiction ou révélation, relatif au verset 12 d'Apocalypse chapitre 3? Personne? Ce sera d'ailleurs le sujet d'un autre chapitre de cette page, un peu plus loin.


Cliquez pour agrandir

  • Le mot «âge» n'existe pas dans le livre de l'Apocalypse
  • La lettre du Seigneur ne s'adresse pas «à un âge» ni à l'Église, mais directement à «l'ange/messager»
  • Le Seigneur n'a jamais placé «une porte ouverte» entre 2 âges, et encore moins entre deux messagers.
  • La lettre du Seigneur à l'ange de l'Église de Philadelphie contient des instructions personnelles pour lui-même.
  • La «porte ouverte» devant l'ange/messager de l'Église de Philadelphie est «vue et comprise» du vivant de l'ange
  • John Wesley n'a jamais rencontré les critères requis pour naitre de nouveau, il était Trinitaire


William Branham a tenté de nous montrer qu'un homme comme John Wesley était un exemple et un modèle de son époque du fait que le personnage «était rempli du Saint-Esprit». Sauf qu'être «rempli du Saint-Esprit» selon William Branham, n'a surement pas la même signification que celle des Écritures.

Luc 4:1 «Jésus, rempli [Strong #4134] du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et fut conduit par l'Esprit au désert»

Note: S'il y a quelqu'un qui était «rempli du Saint-Esprit» c'était bien Jésus lui-même! Ce verset va nous servir de référence pour toutes les expressions signifiant «être rempli du Saint-Esprit».

Actes 7:55 «Mais Étienne, rempli [Strong #4134] du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel »

Dans Luc 4:1, l'apôtre Luc a utilisé le mot grec «pleres», portant le code [Strong #4134]. Nous retrouvons ce même mot grec avec le même code Strong, dans Actes 7:55, Jean 1:14, Actes 6:5, Actes 6:8. Le mot «pleres» [Strong #4134] signifie «plein, contraire de vide», complet où il ne manque rien, parfait» Ce mot n'offre aucune autre interprétation que la perfection.

William Branham croyait que ce prédicateur avait certainement «fait de son mieux, avec ce qu'il avait compris», et que les enseignements et le zèle de Wesley méritaient d'être «élevés» au rang «d'ange/messager»  dans le long «processus de restauration du message évangélique» au cours des âges,  mais croyez-moi, «la perfection de Wesley» n'était pas celle conférée par l'Esprit. En d'autres mots, il n'était pas revêtu de la robe blanche symbolique, de ceux et celles qui sont restaurés à égalité avec Jésus, devant leur Père Céleste. On n'est pas «régénéré ou né de nouveau par un baptême à l'enfance» comme l'a prétendu John Wesley. Pourtant, s'il est un passage que William Branham n'a cessé de répéter, c'était bien celui d'Hébreux 13:8 William Branham utilisait ce passage pour nous faire comprendre que Dieu ne change pas d'idée comme un hommeA après qu'Il a parlé, et qu'Il ne change pas sa façon de faireB ni ne fait d'exception à ses propres règlesC pour qu'un croyant «se tienne dans sa présence.

John Wesley n'a jamais témoigné ni enseigné que le sang de l'agneau conférait l'excellence et la perfection même de Jésus Christ. Pourquoi? Parce que John Wesley était un Trinitaire et qu'il croyait que Jésus était «Dieu le Fils», ainsi il n'a jamais eu pour base et fondement, le même niveau de sainteté qui était en Jésus, et il n'a jamais osé prétendre que la foi pouvait élever le salut du croyant au niveau même de celui de Jésus, car comme tous les Trinitaires le pensent, «s'élever au niveau de Jésus» équivaut à s'élever comme «Dieu le Fils». Voilà «la marque de la bête» dans le front des Trinitaires! Ils ne peuvent franchir le mur qui les sépare de la sainteté conférée par le sang de Jésus! John Wesley a certes tenté de produire «une sanctification très élevée» en prêchant les règles morales d'un «comportement chrétien idéal», mais il a simplement développé une «autre recette» humaine qui ne valait guère mieux, que le monachisme ascétique des moines Martin de Tours et Colomba d'Iona.

Si seulement William Branham avait été conséquent dans ce qu'il prêchait! Bien que William Branham ait prétendu «qu'il était prophète», même s'il n'en était pas un, je suis entièrement d'accord avec ce qu'il avait dit avec son «Thus said the Lord» dans une prédication du 8 janvier 1961, lorsqu'il déclara (61-0801) «Le trinitarisme est du diable» Évidemment personne n'avait besoin d'entendre un «ainsi dit le Seigneur» pour savoir cela. Le Trinitarisme a toujours été «du diable» depuis son «invention». Et puisque Dieu ne change jamais d'idée, hier, aujourd'hui et éternellement, je vois mal comment William Branham a pu croire que des personnages trinitaires comme Irénée de Lyon, Martin de Tours, Colomba d'Iona, Martin Luther et John Wesley pouvaient «être nés de nouveau» ou même «être des anges/messagers» se tenant tous ensemble devant Dieu» et «voir le royaume de Dieu» comme Jésus l'avait affirmé en défendant leur doctrine Trinitaire. C'est un aberration que de donner à ces personnages un statut «d'anges/messagers» se tenant devant Dieu.

La théologie qui enseigne «la révélation progressive» tente de nous faire croire que Dieu peut «varier Sa Lumière» comme nous le faisons avec un gradateur... et que Dieu a «restauré» graduellement Sa Lumière au cours des siècles, ce qui permet à des personnages enseignant des hérésies de se «qualifier» en tant «qu'anges/messagers» parce qu'ils «ont marché» dans «l'obscurité» «ce qu'ils croyaient être de la lumière»! Quelle aberration! Dieu n'a qu'une seule Lumière, et Sa Lumière ne change jamais, elle ne varie pas, n'est pas «ajustable». Ce qui est «du diable» aujourd'hui, l'était hier et le sera toujours! Ce qui est faux aujourd'hui, l'était tout autant hier et le sera éternellement. Un John Wesley qui défendait la Trinité hier, était inspiré par le diable. William Branham, lui, en a fait «un ange» qui se tient devant Dieu! Quelle honte!

Dieu a caché son identité dans son Alliance dans la perfection divine conférée par le sacrifice expiatoire de Jésus, et pour les trinitaires, la divinité est  un mystère inexplicable car ils ne peuvent pas concevoir que l'homme peut être restauré à égalité avec Jésus.  Aucun adorateur trinitaire «ne peut comprendre (voir)» le «Royaume de Dieu» et par conséquent aucun trinitaire n'est réellement «né de nouveau dans le sens biblique». Ils ne comprennent pas qui est leur Père céleste, ni qui est Jésus et l'Esprit qui habitait en Jésus. Ceux qui sont réellement nés de nouveau savent parfaitement qui est leur Dieu et qui est le Dieu de leur Seigneur. Ceux qui sont nés de nouveau savent qu'ils ont été restaurés spirituellement à l'égalité spirituelle de Jésus, une fois pour toutes. Ils sont perpétuellement conscients qu'ils sont «saints» de la même sainteté que celle de Jésus, à cause de l'excellence de son sacrifice et de son sang versé à la croix. Ils savent qu'ils sont faits «égaux» avec Jésus, lequel devient l'équivalent de «leur frère ainé» devant leur Père céleste.

Wesley avait peut-être toutes les apparences d'un «saint homme» durant son ministère de prédicateur, mais sa «sainteté» n'était pas celle conférée par l'Esprit du Seigneur.  Malgré que William Branham a bien tenté de nous faire croire que Wesley était «un saint homme» rempli de l'Esprit, sachez que la vie ce personnage nous enseigne que l'homme non-régénéré s'est vraiment rapproché de l'image de celui qu'il voulait imiter.

C'est sur cette base qu'un personnage comme John Wesley ne peut se qualifier pour «être un ange/messager» se tenant perpétuellement dans la présence de Dieu en Esprit.

Référence (61-0801) - Apocalypse chapitre quatre #3 (le trône de miséricorde et de jugement).

«La Trinité est un mystère irrationnel (illogique) devant toutes les contradictions entre les décisions des conciles et entre les versets monothéistes, les chrétiens se trouvaient acculés à faire appel à la raison pour essayer d’expliquer cet impossible qui est inimaginable et faire saisir aux ouailles les cas des trois qui font un et le un qui fait trois. l’impuissans chrétiens n’ayant pas réussi à solutionner ce problème se sont restreints à clamer que la Trinité est un mystère parmi d’autres et dont l’entité reste inexplicable pour la logique des hommes. Mieux encore, certains d’entre eux reconnaissent l’opposition entre le christianisme et la raison. «Saint» augustin a dit : « je suis croyant car cela ne concorde pas avec l’intelligence (...) a avoué : « toute tentative de faire du christianisme une religion rationnelle ne peut aboutir qu’à sa ruine.» Il est mentionné dans le livre (l’enseignement chrétien) : « la Sainte Trinité est une énigme au vrai sens du mot. La raison ne peut concevoir un Dieu triple, mais c’est ce que la révélation nous a appris.» De son côté, (...) a écrit : « c’est là un mystère vague parmi tant d’autres concernant la nature divine, son entité ne peut être expliquée par le biais de l’entendement.» Le père (...) a écrit : « les convictions chrétiennes sont au-dessus de la compréhension humaine.» (...) Le moine (...) a confessé que la compréhension de la Trinité relève de l’impossible, il a conclu que cette pénétration n’a aucune importance et a écrit dans son livre «le secret de l’éternité » : « celui qui tente de percer le secret de la Trinité dans son ensemble ressemble à celui qui essaie de mettre toutes les eaux des océans dans sa main.» Derrière tous ces voiles se dissimule la réalité, à savoir que la Trinité est une conviction qu’il n’est pas possible à l’intelligence humaine de comprendre, non parce que cette dernière est faible mais parce que la conception de la Trinité est en contradiction formelle avec les choses les plus naturelles et les connaissances humaines les plus simples. » Source: http://knowingallah.com/fr/articles/la-trinite-est-un-mystere-irrationnel


Source Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Point_de_vue_du_judaïsme_sur_Jésus_de_Nazareth

L'un des principes de foi du judaïsme est l'affirmation d'un et un seul Dieu, sans aucun intermédiaire ni associé. La croyance en Jésus de Nazareth en tant que divinité, partie de divinité ou fils de Dieu est incompatible avec le judaïsme, de même que sa messianité ou sa prophétie. La croyance que Jésus est Dieu, une partie de la Trinité, le Messie ou un prophète de Dieu est incompatible avec les principes traditionnels juifs. L'idée du Messie juif est différente du Jésus chrétien, car les juifs pensent que Jésus ne correspond pas aux prophéties messianiques énoncées dans l'Ancien Testament qui établissent les critères pour la venue du Messie. Les textes autorisés du judaïsme rejettent Jésus en tant que Dieu, être divin, intermédiaire entre les hommes et Dieu, Messie ou saint.

La croyance en la Trinité, ainsi qu'en de nombreux autres fondements du christianisme, est aussi considérée comme irrecevable.

Indivisibilité de Dieu
Dans le judaïsme comme dans l'islam, l'idée de Dieu comme une dualité ou une trinité est hérétique, c'est-à-dire en opposition frontale avec le monothéisme strict, et est donc assimilée à du polythéisme. Selon les croyances du judaïsme, la Torah exclut un Dieu trinitaire (Deutéronome 6:4: "Écoute, Israël ! L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel". Voir aussi le Chema Israël).

Le texte ci-haut n'est pas une suggestion que le Judaïsme a raison sur tous les points, néanmoins cela démontre que la théologie Trinitaire est incompatible avec le gros bon sens.

Bibliographie et références
1 - John Wesley, sa vie et son œuvre, par Mathieu Lelièvre, ed.1883, Lettre de John Wesley à Mme. Anne Cutler, 15 avril 1790, page 514.
2-  https://fr.wikipedia.org/wiki/Trinit%C3%A9_(christianisme) « La Trinité (ou Sainte Trinité) est le Dieu unique en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit, égaux, participant d'une même essence divine et pourtant fondamentalement distincts.
3 - Pour la théologie trinitaire, les trois personnes, ou hypostases, qui constituent le Dieu unique sous forme de Trinité sont divines. Cette essence qui leur est commune est désignée par le terme de consubstantialité. Le mot « hypostase », c'est-à-dire « base », « fondement », d'où « matière », « substance », a été employé au concile de Nicée. https://fr.wikipedia.org/wiki/Trinit%C3%A9_(christianisme)
1- Apocalypse chapitre quatre #3 (le trône de miséricorde et de jugement) par. 174, 61-0108, http://www.branham.fr/read_prop.php?id=206

Shocking beliefs of John Wesley: https://ntjufen.wordpress.com/frank_viola-croyances-choquantes-de-c-s-lewis/croyances-choquantes-de-john-wesley/  .
John Wesley on infant baptism : http://www.ministrymatters.com/all/entry/6217/john-wesley-on-infant-baptism

http://www.umc.org/what-we-believe/by-water-and-the-spirit-a-united-methodist-understanding-of-baptism

A) Nombres 23:19 : «Dieu n'est pas un homme pour mentir, ni le fils d'un homme pour revenir sur sa décision. Ce qu'il a dit, ne le fera-t-il pas? Ce qu'il a déclaré, ne l'accomplira-t-il pas? »
B) 2 Timothée 2:13 : « si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même»
C) 1 Samuel 15:29 : « Celui qui est la force d'Israël ne ment pas et n'éprouve pas de regrets, car il n'est pas un homme pour avoir des regrets.»


En étudiant les commentaires de William Branham et en analysant sa perception de la divinité et sa version de «l'unicité de Dieu» j'observe que William Branham n'a vraiment jamais compris ce qu'il tentait d'expliquer. Bien que rejetant complètement la théologie de la Trinité, sa compréhension de la divinité fut confuse et il n'arriva jamais à l'expliquer selon les Écritures.

Voici un exemple du genre de raisonnement de William Branham, prêché le 19 avril 1964.

Sermon «Le Procès» prêché 64-0419
« (78) C’est le Fils de Dieu personnifié dans Son Église, comme Fils de l’homme. Cela doit accomplir Malachie 4 et les autres passages des Écritures. J’attire l’attention de la cour, regardez cela très bien: «Fils de l’homme»! Comme Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit; c’est le même Dieu, trois attributs différents du même Dieu. Maintenant, ceci, c’est le Fils de David... le Fils de l’homme s’est révélé donc comme un prophète. Fils de David, le Roi. Et maintenant, le Fils de Dieu dans l’âge de l’église, Dieu n’est pas un homme, Dieu est Esprit, et le Fils de l’Esprit c’est le Saint-Esprit qui révèle l’âge de l’église. Mais il est promis ici: «Dans les derniers jours, le Fils de l’homme se révélera»! Le Procès 64-0419

(NDLR: en anglais God is a Spirit, and the Spirit Son is the Holy Ghost,)

Lorsque William Branham a mentionné dit que le Fils de l'Esprit était le Saint-Esprit, c'est à dire que le Saint-Esprit est un Fils du «Père Esprit», il y en a plusieurs qui se sont gratté la tête pour essayer de comprendre ce qu'il voulait dire. Nulle part dans la Bible, il est dit que le «Fils de l'Esprit» est le «Saint-Esprit». Il est par contre logique de dire que le Fils est Esprit et est aussi appelé le «Saint-Esprit» et qu'ils sont deux termes pour exprimer le «Fils de Dieu». Donc, «Fils et Saint-Esprit», désigne la même chose. Sauf que la première erreur de William Branham fut de croire que Dieu est Esprit. Jamais vous ne trouverez dans les écritures que notre Père Céleste est Esprit. Par contre vous retrouvez à plusieurs endroits où l'Esprit appelle son Père, son Dieu. Il est vrai que la Bible affirme que «Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité» (Jean 4;24) mais ce que Jean a écrit se situe dans un contexte particulier. Ce contexte est simple: Dieu est «Esprit» pour ceux qui ont la faculté «de penser».

Les Écritures affirment que notre Père Céleste habite une lumière incréée et inaccessible, que nul ne peut voir ni n'a jamais vue. Je vais vous faire la démonstration un peu plus loin comment notre Père Céleste peut être Esprit, mais que l'Esprit de Dieu, Lui, n'habite pas une «lumière inaccessible, pas plus que les anges d'ailleurs. La lumière inaccessible de notre Père Céleste n'a jamais été créée, et ce n'est pas dans cette «dimension inaccessible» que Dieu a dit «que la lumière soit!»

Lorsque William Branham a tenté d'explique la divinité, d'une part il a associé le titre de «Fils» à l'homme qui était Jésus, alors que Jésus était plutôt «rempli de la plénitude du Fils, ou de «l'Esprit», et ensuite il a utilisé «l'Esprit de Dieu» comme point de départ pour identifier notre Père Céleste qui habite une lumière inaccessible, alors que c'est «le Fils ou l'Esprit» qui a fait connaître Dieu,  et c'est là que son interprétation ne pouvait pas tenir la route. Mais Dieu est autre que son «Esprit». Parce que l'homme possède la faculté de penser, réfléchir et raisonner, le mot «Esprit» signifie «pensée». En langue anglaise, les mots «pensée et esprit» sont traduits par «mind», et ce mot doit être interpréter comme étant la faculté de «penser», laquelle est ce qui relie l'homme à l'Esprit divin. Dieu s'est créé pour Lui-même, un Personnage et ce Personnage est Sa Pensée (l'Esprit) L'Esprit ne peut rien faire, sinon qu'exprimer la pensée de son Père et de son Dieu.

Jean 1:18 «Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître.»

Le Fils, ou l'Esprit, (celui qui remplit tout en tous) est celui qui s'adresse aux sept Églises, car il est écrit expressément 7 fois entre les chapitres 2 et 3: «Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises» Ensuite, l'Esprit se présente en tant que Fils comme il l'exprime Lui-même dans Apocalypse 2:18 :

 «Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l'airain ardent»

Apocalypse 3:12 «Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.»

Comparez par vous-mêmes, et voyez que le «Fils» est la pensée de Christ»!

(Louis Second) Ésaïe 40:13 « Qui a sondé l'Esprit de l'Éternel, Et qui l'a éclairé de ses conseils ?»
(Louis Second) 1 Corinthiens 2:16 «Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l'instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.»
(King James) Isaiah 40:13 « Who hath directed the Spirit of the Lord, or being his counseller hath taught him?»
(King James) 1 Corinthians 2:16 « For who hath known the mind of the Lord, that he may instruct him? But we have the mind of Christ.»

C'est dans «la pensée» qu'on peut relier «l'homme créé à l'image de Dieu.» Si je vous disait que c'est «la lumière du soleil» qui nous fait «connaître le soleil», est-ce que la lumière à elle seule «est le soleil»? Assurément pas! Parce que «sans sa lumière» personne ne pourrait l'observer. L'illustration allégorique est peut-être pauvre mais il n'en demeure pas moins, que c'est «le Fils/l'Esprit» qui a fait connaître Dieu, notre Père Céleste, que personne n'a jamais vu et ne verra jamais!


Cliquez pour agrandir

Comme l'apôtre Jean a répété à deux reprises que jamais personne n'avait JAMAIS vu Dieu, ET IL A VRAIMENT INSISTÉ SUR LE MOT «JAMAIS», et le mot «personne» qu'il a utilisé inclut tout ce qui est «en dehors de la lumière inaccessible de Dieu», y compris l'Esprit, y compris Jésus lui-même. C'est pour cette raison que «le Fils» qui a nous fait connaître «son Père» et son «Dieu», ne pouvait savoir d'avance le jour et l'heure, «de la fin du monde» que notre Père Céleste avait décidé de sa propre autorité. Note: Quand Jésus parlait, c'était «le Fils» en lui, qui parlait! Son «esprit d'homme» et «l'Esprit/le Fils/le Seigneur» était fusionné, en «un seul Esprit».

1 Corinthiens 6:17 «Mais celui qui s'attache au Seigneur est avec lui un seul Esprit.»

Veuillez noter que le mot «JAMAIS» que Jean a utilisé, est identifié par la référence Strong #04455, et ne se retrouve seulement que 6 fois dans tout le Nouveau Testament. Le même mot «jamais» a été utilisé dans Jean 1:18, Jean 5:37, Jean 6:35, Luc 19:30, Jean 8:33, Jean 4:12

Le «mot jamais» utilisé par Jean pour dire que «personne n'a jamais vu Dieu» est le même «jamais» utilisé dans le verset de Jean 6:35 « Jésus leur dit : Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais [Strong #04455] faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais [Strong #04455] soif. »

Ainsi donc, le mot «JAMAIS» signifie «une situation complètement impossible», «qui n'existe pas», «qui ne se peut pas» ou l'équivalent de «rien». Nul n'a jamais vu Dieu mais le «Fils» qui est en son Père, l'a fait connaître. Et Jésus, «le Fils de l'homme, a fait connaître son Père et son Dieu, par «le Fils» qui habitait pleinement en lui.


Dans «Questions et réponses No 3, sermon # 64-0830M,» William Branham avait néanmoins indiqué dans son enseignement sur la divinité que «Jésus n'était pas Dieu» et que «le Fils avait eu un commencement», et sur ces deux points, je suis entièrement d'accord. Les citations suivantes ne sont que quelques exemples qui donnent une idée que William Branham croyait réellement que Jésus était un homme, mais créé spécialement pour l'incarnation de l'Esprit de Dieu. Jésus n'était pas Dieu lui-même, mais un corps humain avec sa propre volonté et sa propre conscience, dont «l'esprit» devint «la plénitude du Fils» corporellement lors de son baptême. Par son sang versé, nous héritons de «sa plénitude» et notre héritage est la domination sur les nations du monde, le trône de Dieu.

«(93) (...) «Il ne pouvait pas être la Divinité et mourir. » L’homme, le corps n’était pas la Divinité, mais la Divinité était dans le corps. Ce corps devait mourir. Le Christ même qui est en vous est l’unique Chose qui peut vous ressusciter. C’est la Divinité, Dieu en vous.»
Les Dons de Dieu trouvent toujours leurs places de William Branham, sermon # 63-1222

«(110) (...) Maintenant souvenez-vous : nous ne sommes pas la Parole, mais nous sommes la Parole. Oui. Vous avez saisi, maintenant? Jésus n’était pas Dieu, mais Il était Dieu. Il était un homme, pourtant il était Dieu. Il pouvait pleurer, et pourtant il pouvait ressusciter les morts. Il pouvait pleurer à cause d’un homme qui était mort, et ensuite le ressusciter. Il était Jéhovah-Jiré, Jéhovah-Rapha, Jéhovah-Manassé; il était totalement, complètement Jéhovah. Il était Jéhovah, et pourtant il était un homme.»
Questions et réponses No 3, sermon # 64-0830M

«(78) (...) Il était le Messie. Il était Jésus lorsqu'il vint au monde mais quand le Saint-Esprit descendit sur lui après Son baptême, il fut oint avec Dieu. Dieu était en lui, parce qu'il venait pour accomplir la Parole»
Le Messie», sermon # 61-0117

 «(45) (...) Rappelez-vous, Jésus était un homme, Dieu était en lui.»
Conférence avec Dieu, sermon # 59-1220M

«(97) À cette époque, c'était Dieu... En ce temps-là, c'était Dieu dans un homme, Son Fils, Jésus-Christ. Nous croyons cela. Il n'était pas simplement un prophète, un homme ordinaire, un être humain comme les autres, Il était Dieu en Christ, Dieu dans un homme, la plénitude de la Divinité corporellement, dans un homme. Dieu dans un homme; à présent, c'est Dieu dans des hommes. Voyez-vous? La plénitude de Dieu dans la Divinité corporellement dans Son Église entière, se manifestant Lui-même, accomplissant Sa Parole.»
Le Dieu puissant dévoilé devant nous, de William Branham, # 64-0629

«(15) Et là, ce grand espace qu’aucun esprit humain ne peut se représenter, au-delà de cela, de cet espace, c’est l’éternité. C’est Jéhovah Dieu qui est là. Et on nous enseigne qu’au commencement, le Logos, ou le Fils de Dieu est sorti de Dieu. Bon, je ne crois pas que le Fils est éternel. C’est même insensé de mentionner une telle chose, que le Fils est éternel. Comment… Il avait la qualité de Fils éternel …?… moyen, c’est même la qualité de Fils éternel, comment a-t-il pu être un Fils?  Il a dû avoir un commencement. Voyez?»

L'attitude et qui est Dieu? de William Branham, # 50-0815
«(64) Dieu n'avait pas trois personnes là-haut, dont il en aurait envoyé une, son fils. C'était Dieu Lui-même, qui est venu sous forme de fils, un fils a un commencement, et le Fils a eu un commencement, voilà quelques-uns d'entre vous, chers catholiques... J'ai votre livre, « Faits de notre Foi », où il est dit: « l'Éternelle filiation de Dieu. » Comment allez-vous exprimer cette parole? Comment pouvez-vous faire en sorte qu'elle ait un sens? Comment cette chose peut-elle être éternelle? Cela n'est pas la Bible, c'est votre livre. « Filiation éternelle », ils n'ont pas... Cette parole n'est pas juste, car tout ce qui est un fils a un commencement, et ce qui est éternel n'a pas de commencement. Ainsi, ce n'est pas la « Filiation éternelle »; Christ est devenu chair et a habité parmi nous, il a eu un commencement. Ce n'était pas une « Filiation éternelle », c'est la Divinité éternelle, pas une filiation. Alors, il est venu pour nous racheter, et Il nous a rachetés.»
Hébreux chapitres 5 et 6 - première partie, de William Branham, # 57-0908M


William Branham: « Dieu est Esprit, et le Fils de l’Esprit c’est le Saint-Esprit qui révèle l’âge de l’église. Mais il est promis ici: «Dans les derniers jours, le Fils de l’homme se révélera»! Le Procès 64-0419

Comme je l'ai dit précédemment, William Branham croyait que Dieu, notre Père Céleste, qui habite une Lumière incréée et inaccessible, était un Esprit, et qu'IL a simplement changé de forme,  et a pris la forme humaine pour devenir l'homme Jésus. Sauf, que ça ne colle pas du tout avec les Écritures. Pourquoi? parce que l'Esprit d'Apocalypse 3, au verset 12, celui qui dit qu'il est l'Esprit qui parle aux Églises, parle de son Dieu. Et sans aucun doute, William Branham n'aurait pas pu expliquer ce que Paul voulait dire dans Ephésiens 1:17 et 23  «afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, (...)»  Croyez-moi, un homme qui s'auto-proclame prophète, et qui ne connait pas «son Dieu» n'a aucune crédibilité. C'est un aveugle qui conduit d'autres aveugles dans une fosse!

Avez-vous déjà réfléchi au passage de Jean 20:17, et essayé de comprendre comment Dieu (qui selon William Branham avait changé de forme pour devenir Jésus homme) pouvait appeler son Père, «notre Père», et son Dieu, notre Dieu?

«Jésus lui dit: (Marie-Madeleine) Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Dieu et votre Dieu.» vers mon Père et votre Père,»

Voyons un peu ce que croyait William Branham.

Prédication «N’ayez pas peur, c’est moi» 61-0414,
«(69) Écoutez. Tout ce que Dieu était, Il l’a déversé en Christ. Croyez-vous cela? «En Lui habitait corporellement la plénitude de la Divinité.» Croyez-vous cela? En effet, Il était, Il était, Il était Dieu. Il était, Il était le Fils de Dieu, mais cependant Il était Dieu. Dieu a changé de forme d’un Esprit, et Il a dressé Sa tente, et a commencé... Il est devenu nous. Il est devenu nous afin que nous, par Sa grâce, devenions Lui. Amen. Frère, les gens saisissent certainement cela. Voyez-vous?»
Source: http://www.branham.fr/read_prop.php?id=1538

Mon commentaire: Si notre Père Céleste a changé de forme et est devenu son propre Fils, cela voudrait dire que le Fils était son propre Père? Et Jésus alors? Qui était son Père, si son Père était lui? L'interprétation de William Branham ne tient pas la route. Quand Jésus priait son Père, il ne se priait pas lui-même.

Bien qu'il soit clairement dit que notre Père Céleste possède seul le pouvoir de l'immortalité, et qu'Il peut la donner à qui Il veut, il est également mentionné que «le Fils» ou «l'Esprit» est le commencement de la création de Dieu. Puisque notre Père Céleste n'a ni commencement, ni fin, le simple fait de lire le mot «commencement» aurait dû alerter ceux qui prétendent que «l'Esprit de Dieu» a toujours été «éternel».

Quand Dieu a exprimé son désir de créer un monde dirigé par «son Esprit», sa «Pensée» fut : Genèse 1:3 « Dieu dit: Que la lumière soit ! Et la lumière fut.» Cette Lumière a eu un commencement, et puisque notre Père Céleste habite une Lumière incréée et inaccessible, vous devez comprendre que la «lumière qu'Il créa» fut le «commencement» «de la création de Dieu» dans un «univers» où Dieu y plaça ses personnages, comme un écrivain place ses personnages dans une histoire, incluant son propre personnage, «le Fils» ou, «l'Esprit».

Le Christ identifié au travers de tous les âges 64-0617
« (58) Vous voyez, toutes ces choses donnaient simplement le portrait à Christ. Il en était une partie. Dieu ne change pas. Sa nature ne change pas. Son caractère ne change pas. Il est toujours la Parole, voyez, et Malachie 3:6 prouve cela. Il change simplement Sa forme pour chaque âge. Pour chaque âge, Il a réservé une partie de la Parole, qui a été prophétisée qu'Elle arriverait dans certains jours. Bien! Quand cet âge apparaît, Dieu entre simplement dans une autre forme. Voyez, c'est tout le temps Dieu, la Parole, «la Parole Se fit chair et habita parmi nous.» « (71) Dieu manifesté comme étant le même dans tous les Âges, cela a toujours été ainsi; Il S'est caché dans la chair humaine. C'est Dieu en vous. «Un peu de temps et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez. Je serai avec vous.» Il est même en nous; Il y sera, jusqu'à la consommation, jusqu'à ce qu'Il Se révèle dans la forme venant du Ciel.» « (77) Souvenez-vous, Dieu change Sa forme. En morphe, le mot grec signifie qu'Il met un masque différent. Comme dans «Carmen», ou quelque chose, ou--ou la pièce de théâtre de Shakespeare, Il est--Il est comme un acteur, Il change Sa forme.»

Prédication Dieu dévoilé 64-0614M
« (52) Dieu S’est transformé; Il change de forme. Si vous remarquez, ici dans Philippiens, Il a dit: “Ne regardant point comme une proie à arracher, mais Il a pris la forme d’un homme.”» « (53) Or, le mot grec, là, pour forme, j’ai passé la journée d’hier à regarder ça, à essayer de concevoir ce que c’était, j’ai trouvé, j’en suis venu à ce mot de “en morphe.” Ça s’épelle en m-o-r-p-h-e. J’ai cherché dans le grec, pour voir à quoi correspondait en morphe… Il se peut que je ne le prononce pas comme il faut, mais c’est pour ça que je l’épelle, pour que, si on laisse sortir une bande, les gens sachent, les érudits sachent de quoi je–je veux parler. Il, quand le, en morphe, ce qui veut dire qu’Il S’est transformé. Il–Il est descendu. Or, le mot grec, là, ça veut dire que “c’est quelque chose qu’on ne pouvait pas voir, mais qui est pourtant là, et qu’ensuite ça se transforme, et l’œil peut le saisir”. Voyez?»

Comprenez bien maintenant. Dieu ne «change pas de forme» dans «Sa Lumière inaccessible» ... Notre Père Céleste, qui habite une Lumière incréée et inaccessible, n'a pas besoin de quitter Sa Propre Lumière pour se manifester, et au départ, Il n'est pas un Esprit, et comprenez que notre Dieu peut parfaitement s'exprimer hors de Sa Lumière sous forme d'Esprit, s'Il le veut et quand Il le veut. Notre Père est semblable à un Auteur, un Écrivain, qui écrit des histoires dans des livres. Sauf que Dieu a le pouvoir de donner une vie réelle à ses personnages. Il peut aussi créer son Propre Personnage dans les histoires de ses livres et comprenez bien que tous les personnages de l'histoire ne peuvent quitter l'univers de leur histoire, c'est-à-dire qu'aucun personnage (y compris le Sien) ne peut quitter leur livre dans lequel ils ont été placés, et traverser dans la «Lumière de l'Auteur du livre». C'est impossible, ils ne peuvent coexister avec leur Auteur, dans «la même Lumière que Lui. Nous développerons cela plus loin.

Maintenant, observez bien si vous pouvez prendre une affirmation de William Branham, et l'adapter au passage de Jean 17:21, ci-dessous.

Prédication Dieu dévoilé 64-0614M
« (52) Dieu S’est transformé; Il change de forme. (...) Il, quand le, en morphe, ce qui veut dire qu’Il S’est transformé. Il–Il est descendu. Or, le mot grec, là, ça veut dire que “c’est quelque chose qu’on ne pouvait pas voir, mais qui est pourtant là, et qu’ensuite ça se transforme, et l’œil peut le saisir”. Voyez?»

Non! Désolé William Branham! Dieu ne change pas de forme. Les «personnages du Livre de Vie» peuvent peut-être changer de forme, mais sûrement pas l'Auteur du Livre de Vie.



Dans tous ses enseignements relatifs aux «pseudo 7 âges de l'Église» et particulièrement sur celui de l'Église de Philadelphie, William Branham a volontairement occulté le verset 12 dans Apocalypse 3. Si vous consultez sa prédication sur l'Église de Philadelphie, (1960) ou l'Exposé des Sept Âges de l'Église (1965), vous remarquerez qu'il n'a jamais osé commenter le verset 12, pour expliquer pourquoi «celui qui vient bientôt» parle de son Dieu.

Pourquoi? Parce qu'il n'aurait jamais pu l'expliquer! Dans sa compréhension de la divinité, William Branham ne pouvait simplement pas comprendre comment «Christ» pouvait parler de «son Dieu» alors qu'il est sensé être lui-même «Dieu ayant juste changé de forme». Nous verrons plus loin qu'en associant «la porte ouverte» au ministère de John Wesley, suggérant que la compréhension de «la divinité» était le rejet de la «Trinité» à partir de l'époque de Wesley, William Branham s'est non seulement fourvoyé historiquement et scripturairement, mais a livré un enseignement confus et impossible à défendre. Son enseignement des «7 âges de l'Église» a dressé un mur pour empêcher l'Église d'accéder à la véritable «nouvelle naissance» et ce n'est pas là l'œuvre de Dieu, au contraire! Cet enseignement des 7 âges de l'Église est «ce fleuve», sortit de la bouche du dragon, et du faux prophète, pour entrainer la «femme» derrière un mur spirituel.

Si vous regardez bien dans Apocalypse 3, versets 7 à 13, dans cette adresse à l'ange de Philadelphie, celui qui parle et qui a demandé à Jean d'écrire, s'introduit Lui-même, s'introduit Lui-même. Il s'introduit comme étant le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre et qui ferme, celui qui place une porte ouverte que personne ne peut fermer, celui qui vient bientôt, celui qui connait le nom de son Dieu et le nom de la ville de son Dieu, et il a un nom nouveau, et finalement il dit «qu'il est l'Esprit» qui s'adresse aux Églises.

Ainsi, l'Esprit qui s'adresse aux Églises, et qui vient bientôt, parle de son Dieu, du temple de son Dieu, du nom de son Dieu, de la ville de son Dieu. Surprenant n'est-ce pas? Cette lettre adressée à l'ange de l'Église de Philadelphie démolit complètement, à elle-seule, non seulement tous les enseignements sur «la sainte Trinité» mais également la conception même de la divinité de William Branham, qui donne à Dieu 3 manifestations ou encore à «un changement de forme» d'un «Dieu Esprit» à un «Dieu homme». L'enseignement de William Branham avait toutes les apparences de la vérité, même jusqu'à séduire les élus,jusqu'à séduire les élus, si cela était possible. Mais c'était sans compter que «le Fils» reviendrait mettre les choses en ordre. Maintenant vous comprendrez que quiconque «a le Fils», a «la VIE»!

Maintenant, regardons ce passage:

1 Timothée 6:15-16  « (...) que manifestera en son temps le bienheureux et seul souverain,  le Roi des rois, et le  * Seigneur des seigneurs,  qui seul possède l'immortalité, qui habite une  lumière inaccessible, que nul homme n'a vu ni ne peut voir, à qui appartiennent l'honneur et la puissance éternelle. Amen ! » 
*  (le Seigneur des seigneurs habite une Lumière inaccessible et «incréée»)

Notre Dieu et Père Céleste est le «Seigneur des seigneurs». Cette affirmation suppose une hiérarchie de «seigneurs» puisque notre Dieu et Père, est le Seigneur des seigneurs, sinon l'expression «Seigneur des seigneurs» ou «Roi des rois» n'aurait aucun sens. Il faut donc reconnaitre que tous «les seigneurs» et tous «les rois» sont subordonnés à un seul et unique Seigneur et Roi. Si vous pensez que Paul avait en tête des «seigneurs et des rois terrestres, oubliez-cela. Paul avait plutôt en tête les «hiérarchies célestes, et les «dieux/seigneurs» de Psaumes 82:6 

«J'avais dit: Vous êtes des dieux, Vous êtes tous des fils du Très Haut». Rappelez-vous que c'est le passage dont Jésus lui-même a fait allusion dans : Jean 10:34 «Jésus leur répondit: N'est-il pas écrit dans votre loi: J'ai dit: Vous êtes des dieux?» (des rois et des seigneurs?) Alors, cela signifie que notre Père Céleste est le Dieu des «dieux», le Seigneur des seigneurs, et cela explique parfaitement l'introduction du passage d'Éphésiens 1: 17-18 où il est clairement mentionné que notre Père est «le Dieu de Notre Seigneur Jésus-Christ»


Êtes-vous un pasteur, ou un enseignant de la Bible? Un théologien? Maintenant, j'aimerais bien sortir quelques-uns d'entre vous, de votre «zone de confort» spirituelle... Voici quelques questions que les théologiens Trinitaires, défenseurs de «la même substance - la consubstantialité» haïssent, car leur interprétation ne trouve pas de réponse. De même, ceux qui sont bien campés dans l'interprétation de William Branham sur la divinité et qui hésitent à lâcher prise...


Dites-moi qui est le «Seigneur» dans ce passage, (4 versions bibliques en Français) et ensuite qui est «le Dieu du Seigneur» ?

 

Éphésiens 1:17 «afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christle Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance » (Louis Second)

Éphésiens 1:17 «afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne [l']Esprit de sagesse et de révélation dans sa connaissance,» (Darby)

Éphésiens 1:17 «Afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne l'Esprit de sagesse et de révélation, dans ce qui regarde sa connaissance,» (Martin)

Éphésiens 1:17 «Afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance,» (Ostervald)

Note: Il y en a qui me diront que l'expression «le Dieu de notre Seigneur» est une mauvaise traduction. Sauf qu'en Anglais, le même passage dit exactement la même chose. Voici d'ailleurs le même passage en diverses versions:

New International Version
«I keep asking that the God of our Lord Jesus Christ, the glorious Father, may give you the Spirit of wisdom and revelation, so that you may know him better.»

English Standard Version
«that the God of our Lord Jesus Christ, the Father of glory, may give you the Spirit of wisdom and of revelation in the knowledge of him,»

New American Standard Bible
«that the God of our Lord Jesus Christ, the Father of glory, may give to you a spirit of wisdom and of revelation in the knowledge of Him.»

King James Bible
«That the God of our Lord Jesus Christ, the Father of glory, may give unto you the spirit of wisdom and revelation in the knowledge of him:»


Est-ce que le Père de gloire, le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, serait le «Seigneur des seigneurs» mentionné dans 1 Timothée 6:15?

Maintenant voyons selon les Écritures, qui est le Dieu et Père du Seigneur... Dans le livre de l'Apocalypse, tous s'entendent que l'Esprit (celui qui remplit tout en tous) est le personnage spirituel qui s'adresse aux sept Églises, vu qu'il s'est présenté lui-même comme tel et qu'il est écrit expressément 7 fois entre les chapitres 2 et 3: «Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises» Retenez-bien que celui qui parle est «l'Esprit»

Ensuite, nous observons que l'Esprit se présente en tant que Fils comme il l'exprime Lui-même dans Apocalypse 2:18 : «Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l'airain ardent»  Ensuite, l'Esprit, celui qui se présente lui-même comme «Fils de Dieu» parle de son Père, lorsqu'il dit dans Apocalypse 3:21 «Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône.» Ensuite, pour finir je désire compléter avec un autre indice pour vraiment identifier celui qui s'est présenté comme «Esprit», «Fils» et a aussi mentionné qu'il avait un Père, avec ce passage: Apocalypse 22:12  «Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son œuvre.» Maintenant, si vous n'avez pas pu répondre aux questions 1 et 2 posées ci-dessus, comment pourrez-vous répondre aux questions suivantes?

Si celui qui s'est présenté lui-même comme le «Fils de Dieu» et «l'Esprit» qui parle aux 7 Églises, qui «vient bientôt» et ensuite qui parle de «son Père» alors  de QUI parle-t-il exactement, quand il parle «de son Dieu»?

Apocalypse 3:12 «Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.»

Évidemment, si celui qui parle aux 7 Églises était Dieu, il serait complètement illogique de penser que ce «Dieu» a son «Dieu» ou un «Seigneur» au-dessus de Lui. Le passage suivant dans Ésaïe 45:6 confirme que notre Dieu et Père habite une Lumière inaccessible que nul ne peut voir ni n'a jamais vu, et que hors de sa Lumière, il n'y a pas d'autre Dieu. «C'est afin que l'on sache, du soleil levant au soleil couchant, que hors moi il n'y a point de Dieu: Je suis l'Éternel, et il n'y en a point d'autre.» 

Celui qui s'est présenté en tant que «l'Esprit qui parle aux Églises», qui s'est présenté comme étant «le Fils de Dieu», qui a mentionné qu'il avait «un Père» , qui a affirmé qu'il «venait bientôt» et qui finalement nous parle de «son Dieu» ne peut pas être de la «même essence» que notre Dieu, car notre Père n'a pas de Dieu hors de Lui (hors de sa Lumière incréée). Et si Jésus serait une personne divine, de la même essence que son Père, il n'aurait jamais prononcé ces paroles:

Jean 20:17 «Jésus lui dit: (Marie-Madeleine) Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Dieu et votre Dieu.» vers mon Père et votre Père, »

Rappelons-nous que les Écritures disent que Jésus était «rempli de la plénitude de l'Esprit»... LA PLÉNITUDE!
Ensuite nous observons que Paul parle aussi de plénitude de l'Esprit.... Lisons ce passage d'Éphésiens 1:23: (...) qui est son corps (l'Église), la plénitude de celui qui remplit tout en tous. » (dans l'expression «la plénitude de celui», ici le terme «celui» fait allusion au Seigneur, titre donné à l'Esprit, titre du Fils, que son Dieu lui a donné. ) À mon avis, il n'y a pas plusieurs sortes de plénitude, mais une seule, comme il y a aussi «un seul Esprit»

D'après Ephésiens 3:19 nous sommes appelés à être remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu, c'est-à-dire, celle de Jésus. C'est pourquoi Jésus est le premier-né entre plusieurs frères

Ephésiens 3:19« (...) et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu.» 

Paul nous dit que nous sommes appelés à être rempli de la même plénitude de l'Esprit, que la plénitude de Jésus. Croyez-vous vraiment que nous devenons alors de «la même essence» que celle de notre Dieu? Croyez-vous qu'en «étant rempli jusqu'à la plénitude de Dieu» nous devenons Dieu, comme notre Père Céleste? Sûrement pas! Pas plus que Jésus était Dieu! Si nous sommes remplis de la plénitude du Fils, ne comprenez-vous pas pourquoi il est dit: «Celui qui a le Fils, a la Vie»? Jésus était «rempli de la plénitude du Fils, l'Esprit» Jésus et son «esprit humain» était «UN» avec l'Esprit, le Fils. C'est pourquoi le Fils, se présente comme «celui qui vient bientôt». C'est aussi le Fils qui dit «Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises:» C'est le Fils, l'Esprit qui est le Seigneur. C'est aussi le Fils qui parle de son Père comme étant son Dieu.

C'est du Fils (l'Esprit) dont Paul parle, lorsqu'il écrit cette salutation, premièrement dans Éphésiens 1:3 «Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a bénis de toute sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ !»  (Note: Dieu est le Père du Seigneur Jésus-Christ)

pour continuer un peu plus loin en Éphésiens 1:17 «(...) afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance,» (Note: Le Père est le Dieu du Seigneur Jésus-Christ)

Vous comprendrez que si le Père de Notre Seigneur Jésus-Christ est également le Dieu de Notre Seigneur Jésus-Christ, cela est conforme au passage d'Apocalypse 3:12 «Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !»

Résumons:
Notre Père Céleste est un seul Dieu et près de Lui il n'y a aucun autre Dieu. Notre Père Céleste habite «une Lumière incréée» que nul ne peut voir. Par contre celui qui a vu (compris) le Fils, a «vu le Père» et compris qui était le Filset compris également qui était Jésus, le «temple de la plénitude du Fils». Jésus et «le Fils» était «UN» et le Fils était «UN avec son Père et son Dieu»

Notre Dieu devient une dualité dans l'univers créé celui de l'Esprit, et notre Dieu devient une Trinité dans l'homme, par l'Esprit, car l'univers de l'homme a été créé pour l'Esprit et l'univers de l'Esprit a été créé pour son Père et son Dieu

Ll'Esprit de notre Dieu est «Fils» et son Dieu est notre Dieu. Nous sommes «fils de Dieu» si «le Fils, l'Esprit» habite en nous.

Seul notre Père est Dieu. Le Fils est l'Esprit, et son Père est notre Père, et son Dieu est notre Dieu.
Le Fils (l'Esprit) est le personnage spirituel de notre Dieu, et Jésus est le personnage humain du Fils, le premier-né entre plusieurs frères et sœurs.


Il est surprenant que William Branham n'a jamais commenté en détails, la lutte «sur les théologies de la divinité» qui a prévalu avant, pendant et après le Concile de Nicée en l'an 325. L'affrontement porta sur «la divinité de Jésus». Deux camps s'affrontèrent. L'un était dirigé par Arius et ses disciples, et défendait «l'unicité» de Dieu. L'autre camp qui défendait «la Trinité» était conduit par le patriarche Alexandre d'Alexandrie (l'équivalent du pape) qui succéda au patriarche Athanase d'Alexandrie en l'an 314. Martin de Tours (316-397) avait seulement 9 ans, quand Constantin ordonna la tenue du Concile de Nicée en 325. À l'issu du Concile, l'arianisme fut déclaré «hérétique» et la théologie Trinitaire devint pour un temps, l'orthodoxie de l'Empire Romain. C'est donc dire que Martin de Tours fut contemporain des évêques qui assistèrent au Concile de Nicée, ainsi que des querelles entre les défenseurs de l'arianisme et de la Trinité.

«Les hérétiques de William Branham, c'était ceux qui comme Arius (Arianisme) défendaient «l'unité de Dieu»

*** [60-1207] - L'Âge de l'Église de Pergame *** «(109)  Ils s’écartaient de plus en plus de l’Église remplie de l’Esprit et conduite par le Saint-Esprit. Ils rejetèrent la petite minorité, et les appelèrent hérétiques, parce qu’ils n’acceptaient pas ces grandes dénominations. Mais la vraie Église voulait rester libre sous la juridiction et la puissance du Saint-Esprit, selon ce que Christ leur avait promis: Il serait avec eux, et Il était leur Roi. Leur Roi!"»

Une des clés qui va vous permettre de saisir l'importance du débat historique sur la controverse dogmatique de Nicée en 325, est de comprendre l'enjeu et la «réelle» position théologique respective des 2 camps opposés, et ensuite quelle fut la «position théologique/dogmatique» de Martin face à la «profession de foi dite «symbole de Nicée», et par conséquent, celle de tous ceux qu'il fréquenta et qui lui vinrent en aide et finalement quelle était la «position dogmatique» de ceux qui le chassèrent de leur ville (durant son exil en l'an 356) lorsque «la position dogmatique officielle» de l'empire changeait de camp. Ces détails ont été complètement occultés par William Branham, sinon qu'il a tout simplement classé Martin de Tours dans un groupe de croyants «ayant une immunité politique et religieuse» qui ne relevait d'aucune «autorité» civile ou «religieuse». Le contexte politique et social de l'empire romain à l'époque de Martin ne donnait aucune chance à quiconque se dissociait des décisions de l'empereur.

Vous pouvez d'ailleurs survoler avec votre curseur, une traduction française d'un édit de Constantin , concernant le personnage d'Arius et tous ses supporteurs. Arius fut l'évêque dissident qui était à la tête de l'opposition au Concile de Nicée de 325 et dont la doctrine fut déclarée «hérétique». (l'Unicité de Dieu étant déclarée hérésie)
Note: Le fait que probablement peu de documents ou d'écrits de l'évêque Arius ont survécus jusqu'à aujourd'hui,  s'explique par l'édit de Constantin contre Arius et les «ariens» de 333, lequel stipulait que le seul fait d'avoir caché et gardé en sa possession un écrit d'Arius était passible de la  peine capitale. On comprend vite pourquoi, durant l'époque de Martin, les «Pères de l'Église» n'ont jamais insisté pour les collectionner. Tout ce qu'on sait sur Arius, provient de ses adversaires, qui ne comprenaient probablement rien de ce qu'enseignait Arius.

Maintenant, imaginez seulement qu'à cette époque, dans l'empire romain, quelqu'un sait qu'il y a «un puissant prophète», ayant des visions, chassant des démons, ressuscitant des morts, parlant en langues et finalement dans ses «réunions» qu'il y avait tout le temps des miracles ... (miracles hagiographiques)  imaginez un instant... sauf que, il aurait fallu attendre jusqu'en 1962 pour le savoir.

[62-0119] Une bannière -- «(89) (...) «C’est Martin. » Vous y êtes. Et il est devenu un saint, il a parlé en langues, a chassé les démons, il a eu des visions : Un puissant prophète de Dieu. Oui, oui» Prédication «Une bannière» [62-0119]

[60-1207] - L'Âge de l'Église de Pergame ***  (61)  « La vie de Martin» a été l’une des vies les plus remplies de miracles que l’on trouve dans tous les âges de l’Église. Dans tous les âges de l’église depuis Paul, il a été l’un des hommes les plus spirituels. (66)(...) Oh, il y avait tout le temps des miracles dans ses réunions!»
Prédication L'Âge de l’Église de Pergame [60-1207]

Maintenant vous comprendrez que tout historien ou prédicateur sérieux et qui se respecte, et qui qui lance de telles affirmations n'oserait jamais s'aventurer sur un sujet semblable sans avoir auparavant filtré et analysé ses sources d'information. Croyez-vous vraiment que si le personnage «mystique» de William Branham avait réellement existé et qu'il aurait été un «dissident hérétique» en désaccord absolu de la position officielle pro-nicéenne de l'empire, comme l'affirme William Branham, que cet homme aurait pu aller et venir à sa guise, même à Rome devant l'empereur, fonder des monastères en toute liberté avec l'aide et les bénédictions des évêques pro-nicéens?

«Saint Martin a été l’un des hommes qui a combattu pour la foi qui a été délivrée pour les saints.»
« (160) Saint Martin a été l’un des hommes qui a combattu pour la foi qui a été délivrée pour les saints. Il croyait dans les miracles de Dieu. Il croyait au parler en langues. Il croyait à tout le Testament qui avait été écrit par les apôtres. Il y croyait et il combattit pour cela tout au long de sa vie, et Dieu accomplissait des miracles. » 
[63-0801]  Un paradoxe

Hilaire de Poitiers, communément appelé "saint Hilaire" par les catholiques

Tous les historiens s'accordent sur le fait que cet homme (Hilaire) a joué un rôle déterminant dans la vie de Martin de Tours. Ce personnage est historique et ses œuvres littéraires nous sont réellement parvenues. Selon ce qu'on trouve sur Internet et particulièrement sur l'encyclopédie en ligne Wikipédia, nous apprenons qu'Hilaire de Poitiers, fut évêque de Poitiers (ville de France), qu'il est né en 315 et est mort en 367.

Cet homme avait le même âge que Martin de Tours. Hilaire de Poitiers fut un écrivain latin de l'Église de Rome. Théologien du 4e siècle, il fut un grand défenseur de l'orthodoxie nicéenne (Concile de Nicée) face à l'arianisme. Il a été désigné par le titre d’«Athanase de l’Occident» en raison de son action énergique et pastorale dans la lutte pour l'orthodoxie chrétienne. Il a été élevé au rang de docteur de l'Église par le pape Pie IX en 1851. En l'an 355, alors que l’arianisme s’étend en Gaule, il s’oppose farouchement à l'arianisme. Dans l'Empire romain du milieu du 4e siècle, c'est aussi s'opposer à l'empereur Constance II (qui protège l'arianisme). Lors du concile de Béziers de 356, dominé par les ariens unis autour de Saturnin, l'évêque d'Arles, il est excommunié et exilé en Phrygie (dans l'actuelle Turquie). C’est là qu’il découvre la pensée des théologiens orientaux et qu'il écrit ses grands traités de doctrine trinitaire : de Trinitate, de Synodis.

Résumons: Le conflit entre ariens et trinitaires rebondit sous l’initiative de l'évêque Hilaire de Poitiers, qui à son tour excommunie l'archevêque arien, Saturnin d’Arles, et quelques autres. Les adversaires ariens répliquent par la tenue d’un concile à Béziers en 356. Le concile de Béziers est dominé par les ariens unis autour de Saturnin, l'évêque d'Arles. Par la suite l'arianisme devient la seule théologie officielle de l'empire.

Les partisans ariens majoritaires excommunient Hilaire de Poitiers. Sur ordre de Constance II, Saturnin, archevêque d'Arles et Primat des Gaules, fait exiler Hilaire de Poitiers en Phrygie (dans l'actuelle Turquie). C’est là qu’il découvre «la pensée des théologiens orientaux» et qu'il écrit ses grands traités de doctrine trinitaire : «de Trinitate, de Synodis», dont l'Église catholique romaine fait encore référence.

De même, l’année suivante, en 359, les évêques suivent encore leur chef Saturnin au concile de Rimini qui définit un dogme différent du «symbole de Nicée en 325». Le triomphe de Saturnin ne tient pourtant qu’à l’appui de l’empereur Constance II. La mort de ce dernier et l’avènement de Julien (361/363), changent tout. Le nouvel empereur Julien va favoriser les partisans trinitaires qui reviennent en force. Le nouvel empereur qui n’apprécie pas la religion chrétienne et qui n’est sans doute pas fâché d’envenimer les relations dans l’Église, annule le décret de Constance II sur l’exil d’Hilaire. Revenu d'exil, Hilaire reprend son épiscopat à Poitiers. Dès que Martin l'apprend, il quitte son refuge et vient le rejoindre à Poitiers. Hilaire reprend la lutte contre l'arianisme, notamment au concile de Paris, en 361, où il réussit à influencer l’épiscopat gaulois dans la voie trinitaire. Il y fait déposer l'archevêque Saturnin, dont Sulpice Sévère dira qu'il était homme détestable et chargé de crimes, ainsi que l’évêque de Périgueux.

 

Les historiens s'entendent pour dire que Martin accompagna l'Évêque Maximin pendant quelques années lors de ses voyages. On sait que l'évêque Maximin est mort le 12 septembre 346, à Poitiers, là ou demeurait ses parents et son frère Maixent. De retour d'un voyage à Rome, Maximin proposa à Martin de le suivre à Poitiers, pour revoir sa ville natale. Le frère de Maximin, nommé Maixent, était selon quelques historiens, «l'évêque de la ville de Poitiers». Et l'histoire nous renseigne en ce qu'Hilaire «succéda» à Maixent comme évêque par acclamation populaire, bien que Maixent ne figure pas officiellement comme «premier évêque de Poitiers», le titre étant plutôt accordé à Hilaire, surnommé «l'Athanase d'Occident». Ainsi, les circonstances ont conduit Martin vers Hilaire, qui deviendra le futur évêque de Poitiers vers 350. Hilaire partageait la même orthodoxie nicéenne que Maximin et son frère Maixent, et il ne fait aucun doute que Martin a été introduit par Maximin et son frère Maixent à Hilaire. L'histoire nous montre qu'en 356, Martin va rejoindre Hilaire, et devient son disciple. Martin reçoit de l'évêque Hilaire «sa formation» ecclésiastique. On dit que Martin fut attiré par la réputation d'Hilaire et qu'il admirait Hilaire pour la fermeté intransigeante de «sa foi orthodoxe trinitaire» et son courage dans la résistance aux exigences de l'empereur Constance II, lequel, piqué de théologie, prétendait persécuter la foi de Nicée et obtenir le ralliement inconditionnel des évêques d'Occident à l'arianisme.

Les historiens nous montrent qu'Hilaire fit de Martin son disciple, le forma et lui donna «une éducation» selon «sa propre pédagogie et sa théologie» et voulut lui conférer la charge de diacre, qu'il refusa par modestie. Il accepta seulement d'être exorciste, ce qui lui permit d'acquérir des facultés d'orateur. Un exorciste est un prêtre à qui un évêque a confié la charge spécifique de chasser des démons. Dans chaque diocèse un prêtre a normalement reçu cette mission. Ce premier séjour de Martin à Poitiers est à situer entre l'été 356 et le départ d'Hilaire pour l'exil, banni en Orient par l'empereur Constance II pour avoir osé lui tenir tête. Martin, privé de son maître, choisit également de s'enfuir, et partout où il se réfugia, il fut persécuté par les évêques ariens.

Par ses talents d'homme d'action et d'écrivain, par la situation politique du moment Hilaire put travailler à y restaurer «l'Orthodoxie trinitaire» en éliminant «l'hérésie arienne» de l'Église. Il obtint l'excommunication (Synode de Paris -361) de deux leaders de l'arianisme en Gaule, les évêques d'Arles et de Périgueux et il s'appliquera avec fermeté mais aussi avec la douceur qui le caractérise, à regagner les évêques qui avaient faillis mais qui reconnaissaient leurs erreurs. Ce fut le salut de la Gaule chrétienne. «Tout le monde reconnut, écrit Sulpice Sévère, que notre Gaule fut débarrassée de l'hérésie criminelle par le zèle d'Hilaire de Poitiers.»

Les influences sur Martin
Reproduction 1, texte sur la relation entre Maximin et Martin qui devient disciple d'Hilaire
Reproduction 2, texte sur Martin voyageant avec Maximin et devient disciple d'Hilaire
Reproduction 3, texte relation entre Maximin et Martin, Hilaire lui donne une formation ecclésiastique
Reproduction 4, texte : relation Maximin et Martin, Hilaire oriente la vie de Martin
Reproduction 5, texte : étroite liaison avec Maximin et Martin qui voyage avec Maximin à Rome

Martin contre l'arianisme
Reproduction 1, texte sur Martin lutte contre l'arianisme avec Hilaire de Poitiers
Reproduction 2, texte sur Martin contre l'arianisme et forcé à l'exil par les ariens
Reproduction 3, texte sur Martin profondément engagé contre l'arianisme
Reproduction 4, texte sur Martin fervent représentant de la foi trinitaire contre l'arianisme

En conclusion, William Branham a non seulement erré du point de vue historique, mais aussi en élevant un personnage qui ne connaissait pas Dieu, à un niveau de spiritualité exemplaire. Dans le cas de son évaluation du personnage de Martin de Tours, les déclarations de William Branham frisent carrément l'obscénité et l'insulte lorsqu'il affirme que :

(14) (...) saint Martin fut l'un des plus grands hommes que nous ayons eus depuis Jésus-Christ.  » *** [60-1208]  L'Âge de l'Église de Thyatire *** 

Avec Martin de Tours, Ici on ne parle pas de «foi apostolique, ou de «restauration» de la foi, mais d'absence totale de foi! Ce personnage était sensé, selon William Branham, avoir «toute la foi, la même foi apostolique que celle des apôtres, celle qui avait été délivrée aux saints!» Quelle erreur!

En outre, ce personnage était sans contredit un adversaire de «l'unicité de Dieu». Et dire que William Branham en a fait «un ange» ! L'esprit de ce personnage était du diable, un adversaire de l'Esprit et de l'Évangile apostolique! Comment un homme comme William Branham a-t-il pu affirmer une chose pareille? Pourtant s'il avait seulement pris le temps de s'intéresser à l'histoire des conciles, celle des luttes entre les partisans trinitaires de Nicée et les défenseurs de l'unicité, les ariens, il aurait compris que Martin était n'importe qui, sauf un «saint» comme il l'appelle lui-même. Déjà à l'époque de Martin, la «pseudo-Église de Rome» était complètement «aveugle» en ce qui a trait à la foi apostolique. Martin n'a rien fait d'autre que de se laisser influencer par des personnages dans l'hiérarchie du clergé de son époque, autrement dit: un homme «ballotté à tout vent de doctrine».

Alors, comment expliquer qu'on accorde à un personnage tel que Martin de Tours, le rôle de «messager divin», tel que William Branham l'enseigne dans «Les 7 Âges de l'Église» ? Et vous savez quoi? Qui dit «messager», dit aussi «message». Et vous croyez vraiment qu'un homme comme Martin avait un «message de la part de Dieu»? Quand vous aurez compris que ce personnage opta pour «le monachisme ascétique» afin de «se rapprocher de Dieu», au lieu de se revêtir de la pensée perpétuelle du sacrifice et du sang de Jésus, et fut obsédé une grande partie de sa vie à créer des abbayes et des monastères et se donner lui-même en exemple pour les remplir de «moines» comme lui, vous rejetterez cet enseignement des Âges de l'Église, avec dégoût.


Un seul Dieu et Père de tous. Dieu habite une «Lumière incréée» que personne n'a jamais vue ni ne peut voir.

Jean 1:18 «Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître.»
1 Jean 4:12 «Personne n'a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous.»

Personne n'a jamais dit «dans la Lumière incréée de Dieu, «que la lumière soit!». Pourtant un jour, Dieu créa «une Lumière» Genèse 1:3 «Dieu dit: Que la lumière soit ! Et la lumière fut»  Mais cette «Lumière» fut créée en dehors de la Lumière incréée de Dieu. Pourquoi? Parce que le Père se projeta Lui-même à l'extérieur de Sa propre Lumière que personne ne peut voir ni n'a jamais vue, dans un autre UNIVERS que le sien, dans une Lumière que ses créations pourraient voir.

1 Timothée 6:15-16 «(...) que manifestera en son temps le bienheureux et seul souverain, le roi des rois, et le *Seigneur des seigneurs,  qui seul possède l'immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul homme n'a vu ni ne peut voir, à qui appartiennent l'honneur et la puissance éternelle. Amen ! » * (l'Auteur qui habite une Lumière inaccessible)

Au concile de Nicée, Arius enseignait qu'on ne peut comparer Dieu, à aucun homme créé d'après le plan animal ... Jésus ne pouvait pas être Dieu! C’est une injure à Dieu que de mettre Jésus sur un plan d'égalité avec notre Dieu qui habite une Lumière incréée et inaccessible. Même pour Arius, l'Esprit de Dieu n'était pas Dieu, pas plus que la lumière du soleil pourrait prétendre être «un soleil» par elle-même! Mais certes Jésus a été choisi par Dieu qui lui a donné d'être oint de son Verbe (l'Esprit). D’autant plus que dans les évangiles, Jésus ne s’est jamais pris pour Dieu, même s’il dit « le Père et moi nous sommes un ». Donc, seul le «Père est Dieu», et le Fils est d'abord et avant tout «spirituel» un terme synonyme du «Logos», une «Lumière Spirituelle créée issue du Père», un «Cherubin premier-né» dont la tête est appelée un «Archange». Source sur l'Arianisme: https://fr.wikipedia.org/wiki/Arius_(prêtre) Et William Branham a élevé «saint Martin» au rang «d'ange/messager» de son «soi-disant âge», lui qui endossait le parti Trinitaire et qui a combattu l'arianisme! Voyez combien l'enseignement des 7 âges de l'Église est faux!

Selon Arius, la divinité devait être interprétée comme étant «une manifestation» extérieure de Dieu, une «expression spirituelle» du Père en dehors de son «Univers incréé». C'est ce que le pseudo «ange/messager» Martin de Tours a combattu, aux côtés d'Hilaire de Poitiers.

Le «Fils» (l'Esprit) fait entièrement la volonté de notre Père Céleste et Il est «dans le sein de son Père» comme la «lumière du soleil» est dans «le sein du soleil». Le «Fils» est «l'Esprit» du Père, manifesté hors de la Lumière inaccessible de Dieu. Lorsque Jésus ouvrait la bouche, c'est la plénitude «du Fils» qui s'exprimait. Jésus homme, n'était pas le «Fils» mais était «rempli du Fils». L'esprit de Jésus (l'homme) et l'Esprit (le Fils) était «UN». C'est pourquoi Jésus s'est adressé à Marie-Madeleine et a lui a dit:« Ne me touche point, car je ne suis pas encore monté vers mon Père; mais va vers mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.» Jean 20:17

Le «Fils» n'est pas Dieu, pas plus que «la lumière du soleil» est le soleil (l'astre), mais «ils sont UN». Rappelez-vous que Jésus avait mentionné que seul son Père Céleste savait le jour et l'heure de la fin des temps, ce qui confirme que «le Fils» dépendait de son Père et de son Dieu


Cliquez pour agrandir


Le Père est notre Dieu et habite une Lumière inaccessible (un UNIVERS ÉTERNEL INCRÉÉ) que nul ne peut voir ni n'a jamais vue. L'Univers de notre Dieu est comparable à l'univers réel d'un écrivain qui crée une œuvre littéraire, lequel est évidemment complètement «inaccessible aux personnages situés dans l'œuvre de l'auteur», que ce soit un roman, une nouvelle ou une fiction. Évidemment, dans le naturel, les personnages dans un roman sont «imaginaires» et l'auteur n'a pas le pouvoir de créer des personnages vivants, mais Dieu, Lui, peut créer de vrais personnages vivants «hors de Sa Lumière inaccessible» et ainsi, Se créer Lui-même, Son ou Ses propres personnages. Et c'est ce qu'Il a fait! C'est pour cette raison qu'aucune «création» ne peut franchir ses «frontières» et traverser dans «l'Univers incréé» de Dieu. Le seul fait d'habiter «cette Lumière inaccessible» n'appartient qu'à Dieu.

Selon Arius, l'Auteur (notre Père Céleste) s'est créé un univers (Une Lumière accessible) rempli d'une multitude de personnages (spirituels) «le monde angélique et ses hiérarchies». L'Auteur (notre Dieu et notre Père) s'est donc créé son propre personnage (le Logos) pour que les autres personnages célestes puissent Le connaitre (à travers son propre Personnage spirituel).

Bien que le propre «personnage de l'Auteur» représente parfaitement Celui qui l'a placé «hors de la Lumière inaccessible et incréée du Père», il faut comprendre que «le personnage de l'Auteur» ne peut en aucun cas prétendre vivre dans «La Lumière incréée du Père» et ce personnage «représentant l'Auteur», devient le Fils. Le «Fils ou l'Esprit» considère son «Père» comme son Dieu

L'Esprit du Père est celui qui s'adresse aux sept Églises, car il est écrit expressément 7 fois entre les chapitres 2 et 3: «Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises» Ensuite, l'Esprit se présente en tant que Fils comme il l'exprime Lui-même dans Apocalypse 2:18 : «Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l'airain ardent» Ensuite, l'Esprit rappelle qu'Il va revenir comme il l'exprime Lui-même dans Apocalypse 2:25 : «seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu'à ce que je vienneL'Esprit (la plénitude du Logos) rappelle qu'il est déjà venu et qu'il a triomphé lorsqu'il était en Jésus, selon qu'il est écrit dans Apocalypse 3:21 : «Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône ».  Ensuite, l'Esprit qui s'adresse aux Églises parle de son Père comme étant son Dieu:

Apocalypse 3:2 «Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir ; car je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu.»

Apocalypse 3:12 «Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.»

Luc 4:18 et 20-21 «L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, » (...) «Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s'assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire: Aujourd'hui cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, est accomplie.»

L'univers du Fils, le «Logos» est premièrement spirituel. Le «Logos», est le «Fils premier-né» du Père. Il est le Seigneur. Son Père est «le Dieu du Seigneur». Son Père et lui, sont «l'Esprit de Dieu» et sont «UN». Le Fils est le Saint-Esprit, seulement quand Il est question de l'homme. L'Univers dans lequel le «personnage de l'Auteur - le Seigneur» habite, est une création, un «Univers spirituel». Le personnage spirituel du «Fils» est «Esprit» et ce Fils n'est pas de la même nature que l'Auteur qui l'a placé, et donc n'est pas «coexistant éternellement». La «Pensée du Père» et celle du «Fils» sont «UN» Le Fils et l'Esprit sont deux mots signifiant le même personnage du Père. Seul le Père est Dieu. Le «Fils ou l'Esprit», n'est pas Dieu, mais est l'expression du Père hors de sa Lumière inaccessible et incréée.  À ce stade, Dieu est une «Dualité»

Ensuite, selon la volonté de l'Auteur original, (le Père de gloire) son propre Personnage (en présence de tous les autres personnages célestes du Père) s'est à son tour créé une «œuvre littéraire» (figure), l'univers matériel que nous voyons, incluant toutes les formes vivantes sur terre et s'est créer pour lui-même «une création animale» (l'homme) qu'il pourrait «habiter» c'est-à-dire «penser» et être «conscient» de la grandeur du Père (par sa présence, en Esprit), un être vivant qui est complètement habité par la pensée de son auteur (l'Esprit Saint, le Fils), qui à son tour représente la pensée du Père. Lorsqu'Adam tomba, le Fils avait un plan de restauration. Il «se créa» littéralement pour lui-même, un corps, Jésus. Jésus et «le Fils» était un seul «Esprit» et le Fils (l'Esprit Saint» était «UN» avec son Père, l'Auteur qui habite une lumière inaccessible. Le Fils (l'Esprit) est le «Seigneur» qui remplit toute l'Église et son Père est notre Père et son Dieu est notre Dieu. Celui qui s'attache au «Seigneur» est avec lui, un seul «Esprit» Souvenez-vous que Moise a écrit qu'un jour, les «Fils de Dieu» qui sont les hiérarchies spirituelles, les «Esprits du Père incluant l'Esprit premier-né» ont dit: «faisons l'homme à notre image»...Le Fils est le Saint-Esprit, seulement quand Il est question de l'homme.

À ce stade, avec Jésus (et l'Église) nous avons une «Trinité»


Cliquez pour agrandir


Colossiens 1:19 «Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ; »
Colossiens 2:9 «Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.»

Ephésiens 1:17 et 23 «afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance, » (...) qui est son corps (l'Église), la plénitude de celui qui remplit tout en tous. » (dans l'expression «la plénitude de celui», ici le terme «celui» fait allusion au Seigneur, titre donné à l'Esprit, titre du Fils, que son Dieu lui a donné. )

Ephésiens 3:19 « (...) et connaître l'amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu.» (la plénitude du Fils. Celui qui a le Fils, a la Vie)

L'Esprit (celui qui remplit tout en tous) est celui qui s'adresse aux sept Églises, car il est écrit expressément 7 fois entre les chapitres 2 et 3: «Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises» Ensuite, l'Esprit se présente en tant que Fils comme il l'exprime Lui-même dans Apocalypse 2:18 : «Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l'airain ardent»

Apocalypse 3:12 «Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.»

Ici l'Esprit, le Fils de Dieu, est celui qui parle aux Églises, qui dit qu'il «revient bientôt», il parle de son Père qui est son Dieu.  (référence: Ephésiens 1:17 «le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire»)

Voilà la vérité que le concile de Nicée a rejeté en 325, voilà ce qu'Irénée de Lyon avait combattu 150 ans avant Nicée et voilà ce que Martin de Tours a combattu aux côtés de l'évêque Hilaire de Poitiers. Voilà ce que Luther et Wesley ont combattu! Et voilà comment William Branham a essayé de vous faire croire que des «croyants alignés sur la «Trinité de Nicée» pouvaient être des «anges/messagers» se tenant dans la présence de Dieu! Et vous appelez William Branham un prophète? En vérité, je vous l'affirme, cet homme est «le faux prophète» qui vous a livré une «bête spirituelle» qui sont les 7 âges de l'Église»!

L'esprit humain, celui de «l'adversaire» a placé le Fils ou l'Esprit de notre Père ainsi que Jésus dans la «Lumière inaccessible et inapprochable» du Père, afin de de rendre incompréhensible l'espérance du salut et ainsi parvenir à la nouvelle naissance. En faisant de Jésus, un Dieu «coexistant éternellement» avec notre Père, personne n'aspirait à devenir égal à Jésus, sur un même pied d'égalité de sainteté et de perfection avec Jésus. Comment pourrions-nous «être rempli jusqu'à la plénitude de l'Esprit» si l'Esprit est un Dieu «coexistant éternellement» comme notre Père est Dieu et habitant une «Lumière inapprochable»? Comment pourrions-nous être restaurés à égalité avec Jésus devant notre Dieu, si Jésus est un Dieu «coexistant éternellement» avec notre Père?

 Ephésiens 4:4 «Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation ;»

1 Corinthiens 6:17 «Mais celui qui s'attache au Seigneur est avec lui un seul Esprit.»

Romains 8:29 «Car ceux qu'il (le Fils) a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son fils (Jésus), afin que son fils (Jésus) fût le premier-né entre plusieurs frères.» (plusieurs fils, un seul Esprit.)

Hébreux 2:11 «Car celui (le Fils) qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d'un seul. C'est pourquoi il (Jésus) n'a pas honte de les appeler frères, »

Hébreux 10:14 «Car, par une seule offrande (l'offrande du sacrifice de Jésus), il (le Fils) a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés.»

 


Cliquez pour agrandir


L'Esprit du Père est celui qui s'adresse aux sept Églises, car il est écrit expressément 7 fois entre les chapitres 2 et 3: «Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises» Ensuite, l'Esprit se présente en tant que Fils comme il l'exprime Lui-même dans Apocalypse 2:18 : «Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l'airain ardent» Ensuite, l'Esprit rappelle qu'Il va revenir comme il l'exprime Lui-même dans Apocalypse 2:25 : «seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu'à ce que je vienne.» L'Esprit (la plénitude du Logos) rappelle qu'il est déjà venu et qu'il a triomphé lorsqu'il était en Jésus, selon qu'il est écrit dans Apocalypse 3:21 : «Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône ».  Ensuite, l'Esprit qui s'adresse aux Églises parle de son Père comme étant son Dieu:

Apocalypse 3:2 «Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir ; car je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu.»

Apocalypse 3:12 «Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau.»

Celui qui s'attache au «Seigneur» est avec lui, un seul «Esprit»  À ce stade, avec Jésus (et l'Église) nous avons une «Trinité»

Hébreux 10:5 «C'est pourquoi Christ (le Fils), entrant dans le monde, dit: Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m'as formé un corps» (Jésus)

Éphésiens 1:17 « (...) afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un «esprit de révélation» dans sa connaissance...»

Jean 20:17 «Jésus lui dit: (Marie-Madeleine) Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.»

L'Esprit du Père, le Logos, n'est pas «une personne» de la même essence/nature que le Père. Son Père est aussi son Dieu. Voilà ce que le Concile de Nicée a rejeté, et ce que Martin de Tours a combattu.

Après le concile de Nicée en 325, selon «l'édit de Constantin», si quelqu'un était trouvé en possession de tels écrits, (comme ci-dessus) il était condamné à la peine capitale. Alors comprenez pourquoi il n'y a pas d'écrits de source «arienne» qui ont survécu jusqu'à aujourd'hui!

Jésus est «le Messie», l'homme qui a été oint de la plénitude du Logos, l'Esprit. Jésus n'avait-il pas déclaré à Marie Madeleine, lorsqu'il fut ressuscité :Jean 20:17 «Jésus lui dit: Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.» 

Lors du début de son ministère, Jésus n'avait-il pas mentionné que l'Esprit du Seigneur était sur lui? Luc 4:18 «L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; et qu'après avoir lu les Écritures, il avait affirmé au verset 21 : «Aujourd'hui cette parole de l'Écriture, que vous venez d'entendre, est accomplie.»


Nous avons vu précédemment que l'homme avait été créé pour «le Fils», le Logos, afin que sa pensée habite cet être créé selon le modèle animal, afin que la terre et tout ce qu'elle contient, soit soumise à celui qui l'a créée.

Voyons la «Pensée de Dieu» dans Ésaïe 55:8 -

Note: En Anglais les mots «Mind» et «Spirit» sont utilisés selon le contexte, pour signifier «la pensée de Christ» quand il s'agit de la relation entre Dieu et «le cœur» de l'homme

Voyons «l'Esprit du Seigneur» dans Ésaïe 40:13 qui signifie «la Pensée de Dieu»

« (Louis Segond) Qui a sondé l'esprit de l'Éternel, Et qui l'a éclairé de ses conseils?»
« (Martin) Qui a dirigé l'Esprit de l'Éternel, ou qui étant son conseiller, lui a montré [quelque chose]?»
« (Darby) Qui a dirige l'Esprit de l'Éternel, et l'a instruit comme l'homme de son conseil? »
« (King James) Who hath directed the Spirit of the LORD, or being his counseller hath taught him?»
« English Revised Vers.) Who hath directed the spirit of the LORD, or being his counsellor hath taught him?»

Note: Paul a aussi repris le passage d'Ésaïe 40:13 dans 1 Corinthiens 2:16.
Veuillez noter que le mot Anglais «Spirit» est devenu «Mind»

« (Louis Segond) Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l'instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ»
«
(Martin) Car qui a connu la pensée du Seigneur pour le pouvoir instruire? mais nous, nous avons l'intention de Christ.»
« (Darby) car qui a connu la pensée du Seigneur pour qu'il l'instruise? Mais nous, nous avons la pensée de Christ.»
«
( King James) For who hath known the mind of the Lord, that he may instruct him? But we have the mind of Christ.
« ( English Revised Version) For who hath known the mind of the Lord, that he should instruct him? But we have the mind of Christ.»

Note: Paul a repris le passage d'Ésaïe 40:13 dans Romains 11:34

« (Louis Segond) Qui a connu la pensée du Seigneur, Ou qui a été son conseiller?»
« (Martin) Car qui est-ce qui a connu la pensée du Seigneur? ou qui a été son conseiller?»
« (Darby) Car qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été son conseiller? »
« (King James) For who hath known the mind of the Lord? or who hath been his counseller?»
« (English Revised Ver.) For who hath known the mind of the Lord? or who hath been his counsellor?»

Voyons la «Pensée de l'Éternel» dans Ésaïe 55:8

« (Louis Segond) Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Éternel.»
« (Martin) Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes voies ne sont pas vos voies, dit l'Éternel.»
« (Darby) Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Éternel:»
« (King James) For my thoughts are not your thoughts, neither are your ways my ways, saith the LORD.»
« (English Revised Ver.) For "#800000">my thoughts are not your thoughts, neither are your ways my ways, saith the LORD»

La Pensée vivante de Dieu
Par analogie, je dirais que la «lumière du soleil» n'est pas le soleil par lui-même, et ne saurait même pas exister sans le soleil. Or la première fois que Dieu a exprimé «sa Pensée» hors de sa propre Lumière inaccessible, Il le fit en se projetant dans un Esprit, et cet Esprit fut «le Logos», le Premier-Né de tous les Esprits de Dieu. Bien qu'il y ait plusieurs Esprits de Dieu, un seul possède l'autorité suprême de Dieu. Tous les Esprits de Dieu, sont aussi appelés «des Fils de Dieu» et Dieu est «leur Père» mais aussi «leur Dieu». C'est pourquoi, cet Esprit, le premier par qui Dieu s'est exprimé, le Logos, hérite du droit d'ainesse de Dieu, car Il est le premier qui a manifesté la Pensée de son Père. L'autorité divine conférée au Premier-Né de Dieu est appelée «le trône de Dieu». C'est cet Esprit qui habitait en Jésus, dans toute Sa plénitude.

Jean 17:21 « afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. »


La marque de la bête
Les 144,000 et le dispensationalisme
La semence du serpent
Satan, la pensée humaine
Le Cherubin déchu

 

 

 

Comme je l'ai déjà expliqué, le mot "Satan" n'est pas un nom, mais une désignation. Satan signifie "l'esprit adversaire" ou la pensée adversaire", "l'esprit qui s'oppose", "la pensée ennemie", l'esprit accusateur".

Le terme est employé en hébreu et signifie adversaire, comme un accusateur ou un procureur dans un tribunal hébraïque. L'hébreu ne connaît ce terme qu'en tant que nom commun, désignant une fonction, et non un être bien déterminé. Satan n'est pas un personnage invisible qui se tient près de nous pour nous tenter, comme le veut la tradition, mais un esprit adversaire de tout ce qui appartient à Christ.

Cependant, suite à la déclaration utilisée par Jésus lorsqu'il réprima Pierre, "Arrière de moi Satan!" (Marc,8:31-33), Satan est devenu le nom propre «diabolique» du diable.

Lorsqu'on analyse la déclaration de Jésus, selon différentes traductions, il est clair que Jésus ne confond pas Pierre avec Satan, mais s'adresse à l'esprit humain de Pierre :

"Arrière de moi, Satan ! tu m'es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. » (Mathieu 16,21-23)

Marc 8:33 "Alors Pierre le prit à part et se mit à le reprendre, mais Jésus se retourna, regarda ses disciples et réprimanda Pierre en disant: «Arrière, Satan, car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes.»

D'autres traductions expriment plutôt la pensée de Satan comme étant "celles de tous les hommes" Les traductions de la Bible en anglais sont plus explicites: la version King James 2000 dit "But he turned, and said unto Peter, Get you behind me, Satan: you are an offense unto me: for you consider not the things that be of God, but those that be of men." (la pensée de tous les hommes) La traduction de la version GOD'S WORD a traduit le verset par "Mais Jésus dit à Pierre "Enlèves-toi de mon chemin Satan, tu me tentes à pécher. Tu ne penses pas selon la manière de Dieu, mais de la manière de tous les hommes"... "But Jesus turned and said to Peter, "Get out of my way, Satan! You are tempting me to sin. You aren't thinking the way God thinks but the way humans think."

La vérité est insoutenable. Nous sommes malheureusement nés avec ce genre d'esprit adversaire de Dieu. Cet esprit est un Chérubin déchu. Il avait été attribué à une race humaine avant la création d'Adam, pour protéger devant Dieu, l'intégrité de la connaissance du bien et du mal. Mais cet esprit universel chuta et Dieu l'a banni de sa présence. Adam fut créé pour régner sur lui, mais Eve fut séduite et amena la descendance d'Adanm sous la domination de cet esprit. La signification du serpent ancien désigne un être humain dont le coeur est le plus près du sol, exactement comme le coeur physique des serpents et reptiles. Cela a un sens spirituel et très symbolique. D'ailleurs, comme on le sait, aucun serpent sur terre n'a la poussiere comme nourriture. Mais l'homme déchu, le serpent ancien moderne, se nourrit de choses terrestres, de choses futiles. Aux yeux de Dieu, le serpent ancien se nourrit de poussière, car tout ce qui est terrestre est poussière.

Mai voici, Dieu a dit à cet esprit, à Satan: Ezéchiel 28:18 "Tu as profané tes sanctuaires; Je fais sortir du milieu de toi un feu qui te dévore, Je te réduis en cendre sur la terre, Aux yeux de tous ceux qui te regardent."

À moins de naître d'Esprit par la repentance et la foi dans la Nouvelle alliance par le sang de Jésus, l'esprit humain contrôlera toujours la conscience humaine, afin de l'accuser devant Dieu, jour et nuit. (Apo. 12:9-10) "Et le grand dragon, le serpent ancien, appelé le Diable et Satan, qui séduit le monde, fut précipité en la terre, et ses Anges furent précipités avec lui. Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit."

Comme je l'ai déjà expliqué, le mot "Satan" n'est pas un nom, mais une désignation. Satan signifie "l'esprit adversaire" ou la pensée adversaire", "l'esprit qui s'oppose", "la pensée ennemie", l'esprit accusateur".

Le terme est employé en hébreu et signifie adversaire, comme un accusateur ou un procureur dans un tribunal hébraïque. L'hébreu ne connaît ce terme qu'en tant que nom commun, désignant une fonction, et non un être bien déterminé. Satan n'est pas un personnage invisible qui se tient près de nous pour nous tenter, comme le veut la tradition, mais un esprit adversaire de tout ce qui appartient à Christ.

Cependant, suite à la déclaration utilisée par Jésus lorsqu'il réprima Pierre, "Arrière de moi Satan!" (Marc,8:31-33), Satan est devenu le nom propre «diabolique» du diable.

Lorsqu'on analyse la déclaration de Jésus, selon différentes traductions, il est clair que Jésus ne confond pas Pierre avec Satan, mais s'adresse à l'esprit humain de Pierre :

"Arrière de moi, Satan ! tu m'es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes. » (Mathieu 16,21-23)

Marc 8:33 "Alors Pierre le prit à part et se mit à le reprendre, mais Jésus se retourna, regarda ses disciples et réprimanda Pierre en disant: «Arrière, Satan, car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes.»

D'autres traductions expriment plutôt la pensée de Satan comme étant "celles de tous les hommes" Les traductions de la Bible en anglais sont plus explicites: la version King James 2000 dit "But he turned, and said unto Peter, Get you behind me, Satan: you are an offense unto me: for you consider not the things that be of God, but those that be of men." (la pensée de tous les hommes) La traduction de la version GOD'S WORD a traduit le verset par "Mais Jésus dit à Pierre "Enlèves-toi de mon chemin Satan, tu me tentes à pécher. Tu ne penses pas selon la manière de Dieu, mais de la manière de tous les hommes"... "But Jesus turned and said to Peter, "Get out of my way, Satan! You are tempting me to sin. You aren't thinking the way God thinks but the way humans think."

La vérité est insoutenable. Nous sommes malheureusement nés avec ce genre d'esprit adversaire de Dieu. Cet esprit est un Chérubin déchu. Il avait été attribué à une race humaine avant la création d'Adam, pour protéger devant Dieu, l'intégrité de la connaissance du bien et du mal. Mais cet esprit universel chuta et Dieu l'a banni de sa présence. Adam fut créé pour régner sur lui, mais Eve fut séduite et amena la descendance d'Adanm sous la domination de cet esprit. La signification du serpent ancien désigne un être humain dont le coeur est le plus près du sol, exactement comme le coeur physique des serpents et reptiles. Cela a un sens spirituel et très symbolique. D'ailleurs, comme on le sait, aucun serpent sur terre n'a la poussiere comme nourriture. Mais l'homme déchu, le serpent ancien moderne, se nourrit de choses terrestres, de choses futiles. Aux yeux de Dieu, le serpent ancien se nourrit de poussière, car tout ce qui est terrestre est poussière.

Mai voici, Dieu a dit à cet esprit, à Satan: Ezéchiel 28:18 "Tu as profané tes sanctuaires; Je fais sortir du milieu de toi un feu qui te dévore, Je te réduis en cendre sur la terre, Aux yeux de tous ceux qui te regardent."

À moins de naître d'Esprit par la repentance et la foi dans la Nouvelle alliance par le sang de Jésus, l'esprit humain contrôlera toujours la conscience humaine, afin de l'accuser devant Dieu, jour et nuit. (Apo. 12:9-10) "Et le grand dragon, le serpent ancien, appelé le Diable et Satan, qui séduit le monde, fut précipité en la terre, et ses Anges furent précipités avec lui. Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit."

Voici un texte de la part du Seigneur. C'est un récapitulatif de l'authentique foi de l'Évangile et qui met les points sur les "i" par rapport à la signification profonde de l'authentique nouvelle naissance:

La Pensée de Christ

Il n'y a qu'un seul Dieu . Dieu se manifeste par son Esprit , ou si vous voulez, par Sa pensée (Sa pensée est l'Onction des prophètes et des élus)

Dieu habite dans un domaine où personne ne peut être à côté de Lui, parce que s'Il y avait quelqu'un près de Lui, ou un esprit ou une autre pensée venant d'une autre identité en dehors de Lui , alors , il y aurait deux Dieux . Or Dieu est unique.

Dieu est un seul Dieu , et il n'y a pas d'autre Dieu que Lui. 1 Samuel 2.2 : " Nul n'est Saint comme l'Éternel : il n'y a personne à côté de toi : il n'y a point de rocher comme notre Dieu. "

Lorsque nous parlons de la relation de Dieu avec l'homme, nous devons comprendre que l'Esprit de Dieu est la Pensée même de Dieu. Quand l'Esprit de Dieu oint l'esprit de l'homme , nous appelons cette onction «Christ» et le mot «Christ» signifie «Oint de l'Esprit de Dieu» Ainsi vous devez comprendre que, puisque Dieu traitait avec les hommes qu'Il avait choisis, l'onction sur ces hommes était toujours Christ , l'Esprit de Dieu. Dieu était la source d'inspiration qui permettait à ces hommes choisis de Dieu de parler en son Nom.

Seul Dieu possède la lumière et a le pouvoir d'éclairer l'esprit de quelqu'un. Dieu a dit : «Je forme la lumière , et je crée les ténèbres , je fais la paix et crée les ténèbres. Moi, l'Éternel fais toutes ces choses " Ésaïe 45:7

Comme nous l'avons appris , Dieu a fait une alliance éternelle avec Abraham et la descendance spirituelle d'Abraham. Cette alliance éternelle n'existe que dans l'Esprit de Dieu, ou la Pensée de Dieu.

Dieu dit à Abraham :

Genèse 17:07 " J'établirai mon alliance entre moi et toi, et tes descendants après toi, selon leurs générations une alliance perpétuelle , pour être un Dieu pour toi et à ta postérité après toi . " Perpétuel signifie éternel, à jamais .

Perpétuel signifie également de jour et de nuit , sans fin , sans cesse , constant , incessant . C'est la caractéristique même de l'Esprit de Dieu.

Lorsque Jésus est venu , il est mort pour vous et moi et a accompli tout ce qui fait le fondement spirituel nécessaire pour placer notre foi sur la fidélité parfaite de Dieu, qui se traduit dans l'Alliance Éternelle faite à Abraham. Maintenant , comme vous le savez , il y a un livre de Vie , qui sont ceux qui ont été élus avant la fondation du monde . Ils sont dans l'esprit de Dieu et appartiennent à Dieu . Lisons maintenant ce que la Bible dit à ce propos :

Éphésiens 1:4 "En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui,..."

Et dans 1 Pierre 1:18-20 «... sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous, ..."

L'expression "Avant la fondation du monde" signifie que tout cela n'existait que dans la Pensée de Dieu , Christ. Que dit 1 Corinthiens 2 :16 ? " Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l'instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ."
Amen! .... Et nous, ceux qui sommes nés de nouveau, avons la pensée de Christ !

Tout l'Évangile est une guerre entre deux «esprits» ou deux «sources de pensées» lesquelles sont la Pensée de Christ contre l'esprit des hommes. C'est ce que Jésus a dit à Pierre dans Matthieu 16:23 " Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre: Arrière de moi, Satan! tu m'es en scandale; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles des hommes." Jésus parlait à l'esprit humain de Pierre.

Notre combat vient de notre esprit humain, oint d'un esprit de ténèbres , contre l'Esprit de Dieu , la Pensée de Christ.

La Bible dit que le diable nous accuse, nous les frères et soeurs , nuit et jour devant Dieu . Ce qui signifie que l'esprit humain, le diable, surveille votre conscience, lequel signifie également " l'arbre de connaissance du bien et du mal"

Vous ne pouvez pas surmonter l'esprit du diable, qui est un accusateur sans fin devant notre Dieu (jour et nuit), à moins que vous lui opposer l'Esprit Éternel (perpétuel) de Dieu (la pensée de Christ). Il faut un esprit supérieur à l'esprit humain pour vaincre l'esprit accusateur. Il faut avoir en soi la Pensée de l'Alliance Éternelle de Dieu , l'Esprit du Sacrifice Perpétuel par le sang de Jésus , jour et nuit.

Jour et nuit, sans fin , sans cesse , perpétuel , constant , incessant.

La véritable nouvelle naissance est un nouvel état d'Esprit (Christ ) qui témoigne jour et nuit , 24/24 , 7/ 7, que vous êtes Saint et Parfait , sans péché , dans la Présence de Dieu , parce que l'efficacité parfaite du sang de Jésus vous rend Saint, autant que Jésus était sur la terre. Vous avez le l'Esprit de Dieu, la Pensée de Christ. Vous êtes un seul Esprit avec l'Esprit de Dieu .

C'est ici que s'accomplit la prophétie : "Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait: Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. " Apocalypse 12:10

Notre Sainteté n'existe que dans l'esprit de Dieu . Nous ne sommes pas saints par nous-mêmes et ne le serons jamais. Mais si notre esprit se fusionne avec l'Esprit de Christ, alors nous savons que nous sommes sanctifiés, par l'Alliance Éternelle de Dieu , qui a été accompli une fois pour toutes, quand Jésus a versé son sang pour vous et moi .

Jésus était pleinement humain. Sa chair et son âme n'était pas Dieu. Mais Sa Sainteté et sa Perfection existait dans la pensée de notre Père Céleste , et son Esprit a fusionné avec l'Esprit de son Père. l'esprit de Jésus et l'Esprit de son Père était Un seul Esprit. Le Dieu de Jésus est notre Dieu. Le Père de Jésus est notre Père.

Cela est clairement déclaré dans Jean 20.17 "Jésus lui dit: Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu."

Étant saint et sans péché et parfait, sa mission était de devenir l'Agneau parfait du sacrifice parfait. Jésus est notre frère . Il est le premier-né de la famille de Dieu , l'Église. Nous, en devenant conforme à Jésus, sommes son Épouse.

Nous sommes sanctifiés par son sacrifice et nous savons que son sang versé pour nous a payé une fois pour toutes le prix que nous ne pouvions pas payer.
Hébreux 10.10 "C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus Christ, une fois pour toutes."

Ainsi, notre sainteté et notre perfection n'existe que dans la Pensée de Christ , (l'Esprit Saint) et nous sommes sur un même pied d'égalité de Perfection et de Sainteté par rapport à Jésus, et le diable ne peut plus nous accuser légitimement devant Dieu. S'il le fait, il est un menteur. Christ cherche des vainqueurs!

Ce texte est la voix de l'ange qui ressuscitent les morts en Christ .

Étude:

La rencontre avec le Seigneur dans les nuées/nuages – l’analogie spirituelle ou «métaphore» des nuages mentionnés dans la Bible.

Les mots sont des symboles de ce que nous percevons avec nos sens. Ils communiquent ce que nous pensons, ressentons et faisons. Plus l'idée ou la pensée est complexe, plus il est difficile de l'exprimer précisément en mots. Comme c’est dans le naturel, ainsi il en est dans le spirituel. Lorsque Jésus a répondu à Pierre (Matthieu 16:23) «… Arrière de moi, Satan ! tu m'es en scandale ; car tes pensées ne sont pas les pensées de Dieu, mais celles (pensée=esprit) des hommes », nous observons que ce passage nous oblige à comprendre que l'écriture en langage clair met l'accent sur l'utilisation des mots les plus explicites. Si nous comparons ces paroles de Jésus à Pierre avec celles faisant allusion aux pensées de Pierre, dans 1 Corinthiens 2:16 "... Car qui a connu la pensée du Seigneur, pour l'instruire ? Or nous, nous avons la pensée (l’Esprit) de Christ.", alors il est évident que si les traducteurs de ce passage n'étaient pas réellement nés de nouveau, n’ayant pas la pensée de Christ, leur compréhension de la profonde signification spirituelle de ces Écritures ne pouvait pas être précise et donc, ils n’ont pas pu communiquer le mystère caché derrière les paroles de Jésus .

Une question se pose : pourquoi Jésus a-t-il laissé la plus grande partie de son public sans explications sur le sens de ses paraboles? Maintenant, vous devez comprendre que les mots qui semblent justes et précis n'ont rien à voir avec la profonde signification spirituelle des mots utilisés.

Par exemple, parlons de la parabole de la semence et des quatre sortes de sols. Avant de l’expliquer à ses disciples, Jésus s’est retiré loin de la foule avec eux. Ce fait est important. Quand Dieu veut vous révéler quelque chose, Il vous sépare de la foule. Tout comme dans Actes 13:2 «Pendant qu'ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu'ils jeûnaient, le Saint Esprit dit: Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l'œuvre à laquelle je les ai appelés. »

Ils ont été mis à part, éloignés de la foule ... Parfois, vous devez comprendre que la foule n'est pas toujours celle des non-croyants, mais pourrait aussi être tous ceux qui prétendent être de vrais croyants.

Voyons maintenant pourquoi Jésus parlait en paraboles… Matthieu 13:10-11 « Les disciples s'approchèrent, et lui dirent: Pourquoi leur parles-tu en paraboles? Jésus leur répondit: Parce qu'il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné. En effet, on donnera à celui qui a et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on enlèvera même ce qu’il a. »

Lorsque Jésus ajouta : « et que cela ne leur a pas été donné » et dans leur cas, la prophétie d’Isaïe s’est accomplie, comme il est écrit: « Vous aurez beau entendre, vous ne comprendrez pas, vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas. En effet, le cœur de ce peuple est devenu insensible ; ils se sont bouché les oreilles et ils ont fermé les yeux de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cœur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent et que je ne les guérisse. Mais heureux sont vos yeux parce qu’ils voient, et vos oreilles parce qu’elles entendent ! Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu. » Matthieu 13.10-17

À partir de ce moment-là durant son ministère, lorsque Jésus parlait en paraboles, il ne les expliquait qu’à ses disciples, mais il laissait dans leur aveuglement spirituel ceux qui persistaient dans leur rejet de son message. Jésus faisait une claire distinction entre ceux qui avaient « des oreilles pour entendre » et ceux qui persistaient dans leur incrédulité, qui entendaient, mais sans comprendre, et «qui sont toujours en train d’apprendre mais ne peuvent jamais arriver à la connaissance de la vérité.»
2 Timothée 3.7

Les disciples avaient reçu le don du discernement spirituel, par lequel les choses de l’esprit devenaient claires pour eux. Parce qu’ils avaient accepté les vérités de Jésus, ils en recevaient davantage. Il en est de même aujourd’hui des croyants qui ont reçu le don du Saint-Esprit, qui nous guide dans toute la vérité. Jean 16.13.

C’est celui qui est oint de l’Esprit qui nous partage ce qu’il a reçu et l’Esprit nous ouvre les yeux sur la lumière de la vérité et nous donne des oreilles pour comprendre les douces paroles de la vie éternelle.

Et c'est exactement là où il est écrit que beaucoup d'Écritures devaient être cachées jusqu'à la fin des temps, et devait être interprétées par quelqu'un qui a «l'Esprit de Christ»!

« Mais Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu'au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera. » Daniel 12: 4.

Le sens naturel et le sens spirituel du mot « alliance »

Au sens naturel.
Dans la langue anglaise, l’expression signifiant une « alliance » ou une « entente » est souvent traduite par l’expression « meeting of the minds/, c’est- à-dire « la rencontre des esprits/pensées » ou « engagement formel » ou « convention entre les parties » ou « un accord de volonté entre les parties » Les étudiants de la Bible décrivent la l’Alliance que Dieu a faite avec Abraham, par l’expression « New Covenant » ou « Nouvelle Alliance ». Plusieurs équivalents ont été constatés pour rendre le mot anglais «covenant» par «engagement», «engagement formel». En termes légaux et juridiques, c’est « covenant » qui a été normalisé en droit des biens.

Le dictionnaire des termes légaux indique que la forme verbale «covenant » pourra se rendre en français par «s’engager par covenant», «contracter un covenant», «s’engager formellement » ou « s’engager» tout court, selon le contexte. Du point de vue légal, fait de s’entendre sur une chose ou d’accepter de faire quelque chose, selon le cas, a été rendu par «accord», «entente » et «consentement », et même le mot anglais «agreement» (l’entente juridique comme telle, a été rendu par «convention», autrement dit : les parties s’entendent et sont d’un même et commun accord. C’est la rencontre des esprits/pensées. Un accord parfait et total. Pour le droit civil - on constate que l’expression « accord des volontés» a un sens très proche de consensus « ad idem» consensus of mind et «meeting of the minds»

N'importe qui d'entre vous qui cherche une définition sur «Réunion des esprits» au sens naturel, verra donc que cette expression signifie un accord entre les parties dans lequel chaque partie est au courant des engagements qui sont pris par chaque individu. En matière de droit, l'expression « réunion des esprits », ou consensus, est fondamentale pour l'existence d'un contrat. Si une des deux parties dans un contrat commettent une erreur lors de la création du contrat, ils ne peuvent donc être d'accord s’ils ne sont pas d’un commun accord sur toutes les clauses et le contenu, car il n'y aurait pas de réunion des esprits. Ensuite, lorsque deux parties parviennent à un accord (contrat) ont tous deux la même compréhension des termes de l'accord. Une telle compréhension mutuelle est essentielle à un contrat valide. D'autres termes utilisés pour définir un contrat sont "alliance, alliance, accord, concordance, convention, réunion des esprits, pacte, traité". En d'autres termes, les deux parties doivent être sur «la même longueur d'onde» (ou même esprit) lorsqu'elles acceptent un contrat, du début à la fin, pour chaque mot, chaque période, des virgules et des points.

Au sens spirituel:
Lisez ces passages et dites-moi si je me trompe ...

« Car,qui a connu l'Esprit du Seigneur pour l'instruire? "Mais nous avons l'Esprit de Christ." 1Corinthiens 2:16 - Qui donc a l'Esprit de Christ? (Les Écritures parlent d’une marque sur leur front et front est synonyme de pensée)

«Voici l'alliance que je ferai avec eux après ces jours-là, dit l'Éternel: Je mettrai mes lois dans leurs cœurs, et je les écrirai dans leur esprit. » Hébreux 10:16 – Notez : Alliance

Voyez-vous, L'ESPRIT de Dieu est un état mental de conscience permanente. La Bible déclare que l’Esprit de Christ signifie « d'être conscient » toujours de l’Alliance divine avec le peuple de Dieu..

«Rappelez-vous à toujours son alliance, Ses promesses pour mille générations» et autre version : «Gardez toujours à l'esprit son alliance, la parole qu'il a commandée pour mille générations ...» 1 Chroniques 16:15

L’Esprit de Dieu est perpétuellement conscient de la Présence continuelle de Dieu et est définie comme étant attentive, ouverte, pour ainsi dire: une conscience perpétuelle dans la pensée du sang expiatoire de l'Alliance de Dieu telle qu'elle est écrite. « Et pour toi, à cause de ton alliance scellée par le sang, Je retirerai tes captifs de la fosse où il n'y a pas d'eau. » - Zacharie 9:11

Puisqu’il est dit dans Hébreux 10:16 que Dieu écrit dans "leurs esprits" ... comprenez bien que quand Dieu écrit, c'est une écriture permanente, un sceau de Perfection. La Perfection de Dieu est une garantie écrite dans la Nouvelle Alliance entre Dieu et vous. Le sacrifice de Jésus vous rend saint et égal à Jésus lui-même, devant Dieu. Voilà l’Esprit de Christ !

Votre royaume des "Cieux" est l'endroit où vous rencontrez l'Esprit de Christ. En d'autres termes, la rencontre de votre esprit avec l'Esprit de Christ se produit dans votre «ciel» et une telle «réunion des esprits» est appelée une «Alliance» (Nouvelle Alliance)

Réunion spirituelle des esprits, (votre esprit et l'Esprit du Christ) dans les nuées….

En d'autres termes, les Écritures disent ceci: "Placez cette prophétie (du retour de l’alliance) dans un épais nuage ou un brouillard très dense, et un jour ceux qui entreront dans cette nuée ou ce brouillard virtuel et qui s'approcheront très près du mystère, comprendront." Ce sera une «rencontre d’esprit-à-esprit», ou « une réunion des esprits», à savoir une «Alliance»,

Voyons ces passages des Ecritures:

1 Thessaloniciens 4:17 « Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » (l’Église le rencontrera, dans les nuées/nuages…)

Pour cette étude, il suffit de garder à l'esprit ce que les Écritures disent: le fils de l'homme vient « SUR / DANS/ AVEC - LES NUAGES »

L’analogie du SENS Naturel et du sens spirituel du terme "NUÉES ou NUAGES"

Matthieu 24: 30-31 « 30 Alors le signe du fils de l'homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire. 31 Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre. »
Ainsi, puisqu’ il est écrit dans Matthieu 24: 30-31 que "le fils de l'homme venant sur les nuées" comment apparaîtra-t-il? Avez-vous déjà rencontré quelqu'un venant dans un épais brouillard? Avez-vous déjà osé sortir pour faire une promenade le matin alors que le brouillard a considérablement limité la visibilité? Au-delà de dix mètres, vous ne pouvez voir le paysage. L'expérience de prendre une marche à travers le brouillard pourrait être que vous vous imaginez, que ce serait comme flotter dans l'espace. Les objets apparaissent soudainement de nulle part, passant dans leur rayon de visibilité et disparaissent dans le brouillard. "Surprenant, n'est-ce pas?" Soudain vous rencontrez un homme dont la physionomie vient de se matérialiser à côté de vous. Il sourit et disparaît. Vous ne pourriez le reconnaitre à moins d’être vraiment très près de lui. Ainsi en sera-t-il dans le spirituel : À moins d’être très près du Seigneur, vous ne pourrez le reconnaitre.

«Vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain ! car, qu'est-ce votre vie ? Vous êtes une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite disparaît » Jacques 4:14 et « C'est pourquoi ils seront comme la nuée du matin, comme la rosée qui bientôt se dissipe, comme la balle emportée par le vent hors de l'aire, comme la fumée qui sort d'une fenêtre. » Osée 13: 3

La venue du fils de l'homme sera cachée. Il vient comme un voleur dans la nuit. Paul a écrit «... car vous savez très bien que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit... "
1 Thessaloniciens 5: 2-4

La venue du fils de l'homme sera cachée dans les «nuages». Un épais brouillard spirituel. Son passage ne sera pas remarqué par le monde. Sa venue est «voilée» dans les nuages. Voyons encore ici quelques passages qui soutiennent ce mystère.

Job 22:14 « Et vous dites: Que sait Dieu, s'Il juge dans ces ténèbres? Les nuées l'enveloppent, et il ne voit rien ; Il ne parcourt que la voûte des cieux. »

Isaïe 5:30 « En ce jour, il y aura près de lui un mugissement, Comme celui d'une tempête sur mer ; En regardant la terre, on ne verra que ténèbres, Avec des alternatives d'angoisse et d'espérance ; Au ciel, l'obscurité régnera. »

Genèse 9:13 « J'ai mis mon arc-en-ciel dans les nuées, et ce sera le signe de l'alliance entre moi et la terre. »

Genèse 9:16 « L'arc sera dans la nue ; et je le regarderai, pour me souvenir de l'alliance perpétuelle entre Dieu et tous les êtres vivants, de toute chair qui est sur la terre. »

Luc 17:24 (et suivant) « Car, comme l'éclair resplendit et brille d'une extrémité du ciel à l'autre, ainsi sera le Fils de l'Homme en son jour. Mais il faut auparavant qu'il souffre beaucoup, et qu'il soit rejeté par cette génération. Ce qui arriva au temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l'Homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ; le déluge vint, et les fit tous périr. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l'Homme paraîtra. »

S'il vous plaît vous feriez bien de vous rappeler que les Écritures disent: « la venue du fils de l'homme sera comme l’éclair, et brille d'une extrémité du ciel à l'autre, d'est en ouest, dans les nuées, qui sont préparées pour "son jour". Dans les derniers jours, quand le «oint», le second fils de l'homme viendra, l'Alliance Éternelle (son témoignage parlant de la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ) sera cachée dans ses nuages. Ces «nuages» sont disposés sur toute la terre, et les pensées (esprits) des hommes voyagent dans ces «nuages» à la vitesse de l’éclair. « Car, comme l'éclair resplendit et brille d'une extrémité du ciel à l'autre ainsi sera aussi la venue du fils de l'homme. » Matthieu 24:27 « Et nous, nous qui sommes vivants, nous serons rassemblés avec eux dans les nuées, (ce type de nuages virtuels) pour rencontrer le Seigneur dans les airs, ( et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur).
1 Thessaloniciens 4:17

« Car, comme l'éclair resplendit et brille d'une extrémité du ciel à l'autre, ainsi sera le fils de l'homme en son jour. » Luc 17:24 (Mon accent: EN SON JOUR)

D’accord, c’est exactement comme si les Écritures diraient: « Les saints seront « enlevés » lorsqu’ils rencontreront le fils de l'homme dans les nuages manifestés pour son jour qui feront le tour de la terre, à la vitesse de l’éclair…. Notez : Des nuages qui sont seulement manifestés pour son jour ...

La profonde signification derrière les "nuages" ou spirituels "brouillard"

« Je te donnerai des trésors cachés, des richesses enfouies, afin que tu saches que je suis l'Éternel qui t'appelle par ton nom, le Dieu d'Israël.» Isaïe 45: 3

Comme dans le naturel, il en est de même dans le spirituel. Dans le naturel, il pourrait être facile de reconnaître quelqu'un dans un brouillard épais ou «nuage», seulement si vous vous rapprochez assez de la personne. Même chose pour rencontrer quelqu'un dans l'obscurité. (dans la nuit) Vous devez être très proche, sinon vous ne pouvez pas voir quelle est l’identité de la personne.

Puis, un jour durant leur voyage spirituel, les croyants authentiques qui luttent constamment pour demeurer éveillés, auront une «sensation» de sentir ce qu'ils ne peuvent pas voir dans leur cheminement spirituel. Dans le naturel, j'appelle cela l'intuition, mais dans le spirituel c'est la « révélation » et ceci est donné quand vous remplissez pleinement les termes et conditions réunies dans la Nouvelle Alliance de Dieu. Comprenez qu'une alliance est dite être une «réunion d’un commun accord des esprits» ou en d'autres termes «une rencontre des esprits, entre votre cœur et le cœur de Dieu» dans une relation très étroite.

C'est une rencontre secrète entre vous et le Seigneur. Il est dans les nuages. Caché de la foule. Et vous devez vous rapprocher de Lui, sinon vous ne le reconnaîtrez pas et vous le manquerez pour de bon.

Photo de Michael Morin.

Photo de Michael Morin.
Photo de Michael Morin.


Lorsqu'on prend connaissance de l'ouvrage de Clarence Larkin, «Dispensational Truth» publié en 1918, et qu'on cherche son «Exposé sur les 7 âges de l'Église», nous voyons que les dates qu'il a suggérées pour les 7 périodes allouées à chaque «âge» ont été reprises par William Branham. Par contre William Branham n'a jamais cité sa source d'information, puisque la méthodologie bibliographique est absente dans son livre «Exposé des 7 Âges de l'Église» publié en 1965. William Branham a seulement cherché des personnages historiques reliés au «christianisme» qui pouvaient s'intercaler dans des périodes d'années chevauchant 2 âges successifs. En cherchant dans la base de données de toutes les prédications de William Branham, je n'ai trouvé seulement trois références où William Branham a mentionné le nom de Clarence Larkin. Mais comme vous le constaterez, William Branham n'a jamais mentionné qu'il avait «utilisé» les dates proposées par Clarence Larkin.  Si vous survolez avec votre curseur les 3 références ci-dessous, vous verrez apparaitre les citations de William Branham sur Larkin. sœurs

  1. Seventy Weeks Of Daniel P:26 [61-0806] Soixante-dix semaines de Daniel)

  2. Gabriel's Instruct To Daniel P:22 [61-0730M] Instructions de Gabriel à Daniel)

  3. Feast Of The Trumpets P:16 [64-0719M] (La fête des trompettes)

Références: Liens Internet, prédications en français: (1) [61-0806], (2) [61-0730M], (3) [64-0719M]

Question: Au fait qui avait décidé en premier lieu de fixer la date du début de «l'âge» de Philadelphie en 1750 ?

Réponse: En 1918, un théologien baptiste nommé Clarence Larkin, décida de sa propre initiative de placer le soi-disant âge de Philadelphie entre les années 1750 et 1900. Ce fut publié en 1918.

Larkin n'osa jamais nommer quelque personnage historique en tant que «messager» pour les soi-disant âges qu'il avait suggérés. Mais William Branham prit les dates de Larkin, fouilla dans l'histoire et assigna des personnages historiques ayant eu «une certaine renommée du point de vue religieux» aux dates de Larkin!

Pour l'âge de Philadelphie, William Branham modifia la date pour terminer «le 6e âge» six ans plus tard, en 1906, soit l'année de sa naissance, afin que le «7e âge» de «Laodicée» débute avec au moins avec «un messager» vivant en 1906, autrement William Branham aurait été obligé de trouver un personnage vivant (compatible avec l'enseignement) dès 1900.

Pourquoi? Parce que selon les explications de William Branham, un «ange/messager» se pointe toujours à la fin de l'âge précédent pour chevaucher les deux âges, le sien et celui qui le précédait. Vous allez comprendre que William Branham a interprété son propre «ministère de prophète» ou «d'ange/messager» de Laodicée, en se situant lui-même quelque part entre les deux «pseudo âges», soit celui de Philadelphie et celui de Laodicée (1906) et ensuite, se réfère (lui-même) à «la porte ouverte» mentionnée dans l'adresse à l'ange de Philadelphie. Évidemment, l'interprétation de «la porte ouverte» ne peut être que «la révélation de l'Unité de Dieu» selon l'interprétation de William Branham, contre la «Trinité»!

(134) « C’est la première fois qu’il est parlé du Nom depuis cet âge-là, qui a perdu Son Nom. L’âge de Luther est venu avec le nom de vivre, mais il était mort (n’est-ce pas?). “Père, Fils et Saint-Esprit…”. Ici réapparaît le Nom de Jésus, entre ces deux âges-ci. (NDLR: Philadelphie et Laodicée) Entre les deux, il y a la “porte ouverte”. C’est la révélation de ce qu’Il était, la révélation de Sa divinité.»  Prédication L'Age de l’Eglise de Philadelphie 60-1210

Pour «l'âge d'Éphèse», William Branham avait fait sensiblement la même opération «d'harmonisation» que ce qu'il avait fait pour le pseudo âge de Laodicée, en «ajustant» l'âge d'Éphèse de Larkin qui était en l'an 70, à l'an 53. Pourquoi? Parce que selon William Branham, Paul était le premier «ange/messager» et qu'en l'an 70, Paul était déjà mort. Donc, un «ange/messager» se doit d'être à tout le moins, «vivant» avant que le «pseudo-âge» commence. Rappelons-nous que Jérusalem fut détruite en 70 par les Romains. Quant à Paul, il mourut vers l'an 66.

«(46) Puis, après l’âge de l’Église d’Éphèse, qui dura de 53 à 170, (...) » 
Prédication L'Âge de l'Église d'Éphèse (46) [60-1205]


«(45) Le premier âge de l’Église a commencé en 53 de notre ère environ, lorsque Paul fonda l’Église d’Éphèse (...) »  
Prédication L'Âge de l'Église d'Éphèse (45) [60-1205]

«(41) Bon, pouvez-vous me dire maintenant quel était le premier âge de l'Église? Ephèse. (...) (42) Le premier, celui d’Éphèse, s’étendit de 55 à 170.Smyrne, de 170 à 312. Pergame, de 312 à 606. Thyatire, de 606 à 1520. Sardes, de 1520 à 1750. Philadelphie, de 1750 à 1906; alors commence l'âge de Laodicée qui le chevauche, et hier soir, nous avons étudié ce chevauchement. Ce soir, nous allons voir la fin de l'âge de Laodicée.» Prédication L'Âge de l’Église de Laodicée (41-42) [60-1211E]

«(59) L'ange de cette Église de Laodicée, (NDLR: William Branham) pour achever celui-ci... Eh bien, il viendra à la fin de l'âge, comme les autres, selon ce que nous montre la Bible. Il viendra à la fin de l'âge. Pas au début, mais à la fin, parce que l'ange vient toujours pour réprimander les gens à cause de ce qu'ils ont fait. "Écris ces choses au - à l'ange de l'Église de Laodicée.» Vous voyez? (60) «Écris ces choses à l'ange de l'Église de Smyrne.» Vous voyez? Chaque message est adressé à l'ange, à la fin de l'âge. Paul est venu à la fin de l'âge. Et ainsi de suite, toujours à la fin de l'âge. Le chevauchement se fait à la fin de l'âge. La fin de l'âge amène un chevauchement. Vous voyez, "À l'ange..."; il leur dit ce qu'il en était. Celui-ci se chevauche avec celui-là. "À l'ange...", à la fin de cet âge. Vous voyez, il s'achève ici même, mais le chevauchement fait que ces sept âges de l'Église soient comme les marches d'un escalier qui montent.» Prédication L'Âge de l’Église de Laodicée (59-60) [60-1211E]

Évidemment, si l'on se réfère aux citations ci-dessus, telles que l'âge d'Éphèse se termine en 170 «[60-1211E]» et celle qui affirme que Paul est venu à la fin de l'âge, cela semble illogique.. S'il n'y a pas d'âge avant Éphèse, est-ce que William Branham voulait dire que Paul est venu à la fin d'Éphèse?  «[60-1211E]», et celle qui affirme que Paul est mort en 66 «[60-1205 ] » on ne peut que réfuter le choix de William Branham concernant Paul. Était-ce seulement un lapsus, ou une erreur qui serait arrivée seulement qu'une fois dans les prédications de William Branham? Il semble que non... William Branham a toujours insisté pour dire que Paul était arrivé «à la fin de l'âge»



Mais revenons au «pseudo ange/messager» d'Éphèse...là où l'interprétation des symboles bibliques a «évolué» afin «de d'harmoniser» les reproches du Seigneur adressés aux messagers avec les personnages choisis par William Branham.

William Branham avait commencé par dire que Paul , était le premier «pseudo ange/messager d'Éphèse» parce qu'il avait «fondé l'Église à Éphèse»₄, ce qui est biblique. Par contre, lorsque William Branham mentionna que Paul «mourut vers l'an 66» , et qu'ensuite la lettre qui lui avait «été adressée personnellement» avait été «écrite» a «vers l'an 95-96»b il solutionna le dilemme, puisque le «premier» messager n'avait jamais pu recevoir la lettre, en alléguant que le «rôle de messager» initialement accordé à Paul,  fut transféré à l'apôtre Jeanparce que Jean avait œuvré à Éphèse, ce qui s'avère une flagrante contradiction avec ses affirmations voulant que la lettre du Seigneur adressée à l'ange est «exclusivement personnelle» (non-transférable) et ne s'adresse pas à l'Église, mais à exclusivement l'ange de l'Église. Finalement, se rendant compte que les reproches contenus dans la lettre adressée exclusivement à l'ange ne pouvaient en aucun cas s'adresser à l'apôtre Jean, William Branham modifia son interprétation , sinon tout l'enseignement se serait écroulé!

Récapitulons:
Au début William Branham insiste à maintes reprises que le message (l'adresse) du Seigneur s'adresse exclusivement à «l'ange/messager»

«(289)  Le message est adressé au conducteur de l’Église.  (...) Vous voyez: «À l’ANGE de l’assemblée… écris…». Ceci s’adresse à «l’étoile» de l’âge, qui est le responsable. L’ange de l’Église aura à rendre compte s’il ne prêche pas la Parole. C’est vrai! Cet ange devra rendre compte au jour du jugement. (...) » : Prédication L'Âge de l’Église de Pergame [60-1207]

Ensuite, tout comme l'indique les Écritures, William Branham reconnait que les «sept étoiles» sont les 7 «anges/messagers» et que les «lampes» ou «chandeliers» sont les 7 Églises.

(216) “Sept étoiles”. Prenons maintenant le verset 20: “Le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et les sept lampes d’or: les sept étoiles sont les anges (ou sept messagers, sept ministres) des sept assemblées, e les sept lampes sont sept assemblées.»: Prédication: La vision de Patmos, paragraphe 216 [60-1204E]

Mais cela pose un sérieux problème avec l'ange/messager de l'Église d'Éphèse, puisque les reproches adressés par le Seigneur ne peuvent atteindre ni Paul, ni l'apôtre Jean qui a pris la relève après la mort de Paul. Alors soudainement, William Branham va inverser la symbolique des étoiles et des «lampes/chandeliers» afin que les reproches du Seigneur soient dirigés sur l'Église d'Éphèse.

Tout à coup, les lampes ou les chandeliers deviennent les «messagers» (lesquels étaient auparavant «des étoiles» Ce qui va permettre à William Branham d'attribuer les reproches adressés à l'ange d'Éphèse, à l'Église d'Éphèse!

«(168) Le dixième mystère, c'est celui des Sept Étoiles d'Apocalypse 1. (Nous en avons déjà traité.  Les Sept Étoiles étaient les Sept Églises.  Les Sept Messagers, etc.) Prédication Monsieur, est-ce le signe de la fin? [62-1230E]

 

Dans les citations ci-dessous, vous comprendrez que William Branham a transféré les reproches adressés à «l'ange/messager»  à toute l'Église d'Éphèse et que du coup, la «lampe ou l'Église d'Éphèse» est devenue si l'on en juge, le «messager» récipiendaire des reproches.

Maintenant que William Branham attribue toute la responsabilité de l'état spirituel à l'Église, et vu que les reproches sont dirigés directement sur l'Église, les conséquences de «l'attitude de l'Église d'Éphèse» vont être appliquées sur son «ange/messager» qui évidemment est devenue «la lampe ou le chandelier» et suivant cette nouvelle logique, le Seigneur va être obligé d'enlever à l'Église d'Éphèse, «son étoile»!!! Comment se fait-il que personne n'a vu la prestidigitation? C'est tellement flagrant qu'il fallait être aveugle pour ne pas le voir! Comme le proverbe le dit, plus le mensonge est gros, plus il est recevable.... Voyons maintenant comment William Branham a tordu le sens des Écritures en avec une interprétation qui contredit ses propres affirmations faites dans ses prédications.

«(142) Maintenant, le verset 5; c’est un avertissement: “Souviens-toi et repens-toi!”. Vous comprenez? Souviens-toi donc d’où tu es déchu… (D’où es-tu tombé? de Pentecôte; tu es tombé au point où tu te trouves maintenant; tu as rétrogradé) …et repens-toi, et fais les premières œuvres… (retourne à Pentecôte) … autrement je viens à toi et j’ôterai ta lampe de son lieu, à moins que tu ne te repentes.(143) En d’autres termes, si vous avez un pasteur plein de Dieu, rempli du Saint-Espritet que vous essayiez de le menacer du doigt en disant: «Eh bien, s’il dit quoi que ce soit sur nos robes de chœur; s’il dit quoi que ce soit sur notre maquillage, nous l’excommunierons simplement». — ne vous en faites pas, Dieu le fera avant que vous ayez une occasion de le faire. Ce pasteur ira prêcher aux pierres de la rue plutôt que de faire des compromis. Si vous avez un pasteur qui vous dit vraiment la Vérité, vous devez honorer Dieu et rester dans l’Esprit, et adorer Dieu, vous rendant bien compte que sinon vous serez perdus. Vous voyez? (...) » Prédication L'Âge de l’Église de Pergame [60-1207]



William Branham savait que Clarence Larkin était un prédicateur/théologien Baptiste, parce que lui-même fréquenta les églises Baptiste et que les travaux de Larkin étaient très répandus dans le milieu baptiste-évangélique. Dans son ouvrage publié en 1918, intitulé «Dispensational Truth» au chapitre 22, «Les sept Églises», Clarence Larkin avait choisit de sa propre initiative des dates pour le début et la fin de chaque âge. Non seulement William Branham savait que la théologie de Larkin n'était pas «inspirée» mais il savait également que Clarence Larkin défendait le concept de la «sainte Trinité» et dans une prédication du 8 janvier 1961, il déclara (indirectement) que tous ceux qui avaient comme fondement théologique «la sainte Trinité» pour adorer Dieu, était «inspirés par le diable» Citation:« Le trinitarisme est du diable!»

La position «théologique» de William Branham, relative aux théologiens de son époque, ne faisait aucun doute. Et pourtant, il s'est «inspiré» de leurs travaux fondés sur le dispensationalisme pour enseigner, sachant parfaitement à qui il avait affaire. Puisque tout l'enseignement de «l'Exposé des 7 Âges de l'Église» repose essentiellement sur les dates délibérément choisies par Clarence Larkin, ce qui a amené William Branham à choisir des personnages en fonction de ces dates, afin de les aligner avec les «époques» de Larkin, c'est à se demander si Clarence Larkin est le «maître» ou «enseignant» de William Branham!

Prenez le temps de survoler les liens ci-dessous avec votre curseur, simplement en le plaçant sur chaque lien souligné en bleu.

[65-1206][63-0728], [63-0412E] , [64-1221] , [65-0425]




Citation prise dans le sermon «Événements modernes rendus clairs par la prophétie» [65-1206] 
« (p. 68) Dans Hébreux 1.1 : Dieu, autrefois, a écrit la Bible par le moyen qu’Il avait Lui-même choisi. Il ne L’a jamais écrite par des théologiens, Clarence Larkin, et Il ne L’interprète pas non plus par des théologiens. Clarence Larkin. Jamais il n’y a eu un temps où–où les théologiens Clarence Larkin aient a eu une interprétation de la Parole de Dieu.»

Citations prises dans le sermon "Christ est le mystère de Dieu révélé  [63-0728] 
« (p 296) Ainsi donc, il n’y a pas d’écoles, pas de théologiens Clarence Larkin, ni d’enseignants de la Bible dans n’importe quelle école qui connaissent quelque chose à ce sujet. Ils ne peuvent Clarence Larkin ne peut rien connaître à ce sujet. Il leur lui est impossible de connaître quoi que ce soit à ce sujet. Dieu a caché aux véritables docteurs élus et à tous les autres le sens pour pouvoir reconnaître cela.» «(p. 301) Aveugles, conducteurs d’aveugles!» Remarquez, Dieu seul tient cette clé. Aucun théologien Clarence Larkin ne peut vous le dire, ce n’est pas connu. Cela leur lui est caché. Ils n’en savent rien. Il n'en sait rien» «(p.327) Mais le théologien Clarence Larkin dira : «Attendez, maintenant, juste une minute. Je vais voir si Untel, si le pasteur Moody a dit, ou...»

Citation prise dans le sermon "Dieu se cachant Lui-même dans la simplicité" [63-0412E]
«(p.179) Mais les théologiens Clarence Larkin s’étaient s'était représenté tout cela à leur sa manière, et ils L’ont L'a manqué à des centaines de kilomètres.»

Citations prises dans le sermon "Pourquoi il fallait que ça soit les bergers" [64-1221]
«(p.21) Maintenant, souvenez-vous, le Messie était déjà dans la ville, né dans la ville, dans une étable; juste à côté de grandes cathédrales où le souverain sacrificateur... et les grands sacrificateurs, les théologiens, Clarence Larkin, les sages, les gens instruits, eux tous étaient là attendant le Messie." (p. 112) Eh bien, la Parole de Dieu ne vient pas à un théologien; Clarence Larkin; il n’y a pas... C’est lui qui L’embrouille. Dire que... n’existe pas... Vous dites: « Eh bien, ce gars est un théologien. Clarence Larkin» Cela ne fait que l’éloigner davantage de la Parole, plus que toute autre chose que je connaisse. Voyez? La Parole du Seigneur Dieu, le Dieu immuable, ne change jamais.»

«(p. 184) Et personne, à cause d’un diplôme de théologie ou d’un quelconque diplôme de docteur, n’a le droit de se tenir derrière la chaire pour proclamer le Message de Jésus-Christ avant d’avoir premièrement rencontré Dieu face à face dans la colonne de Feu. Il n’a pas le droit de se dire messager; en effet, tous les théologiens Clarence Larkin du monde ne pourraient vous en dissuader.» « (p. 226) C’est ce que le Grand Prophète-Berger a dit: «Vous devez naître de nouveau.» Il a dit à un théologien Clarence Larkin: «Tu dois naître de nouveau.»
[64-1221]

1965 - Citation prise dans le sermon "Le lieu d’adoration que Dieu a donné" [65-0425]
« (p. 109) J'ai dit:" La Parole ne vient pas à un théologien; Clarence Larkin; La théologie le fait. » La Parole vient ... Vous voyez, j'ai dit:« La théologie vient à un théologien. Clarence Larkin
.»



Citation: Soixante-dix semaines de Daniel [61-0806]
«(51) Et je suis très reconnaissant à M. Smith, de l’église adventiste, pour son point de vue. Je suis très reconnaissant au Dr Larkin, de son point de vue . Je suis reconnaissant à tous ces gens très érudits, pour leurs points de vue sur le sujet. Et de les lire, ça m’éclaire beaucoup, je trouve des choses qui ont l’air justes. Mais, pour exploiter le point de vue que je—j’ai pensé que j’aimerais exposer, j’ai fait une recherche sur le “temps”, dans l’encyclopédie, pour savoir ce que c’est que le “temps”.»  - William Branham.

Citation: Les instructions de Gabriel à Daniel [61-0730M]
«
(33) Et alors, je— j’ai lu le livre du Dr Larkins , le livre du Dr Smith, les notes du Dr Scofield, les commentaires émis par différents hommes un peu partout, et, en prenant tout cela, je n’arrive quand même pas à faire concorder la chose. Voyez? Alors, cette semaine, j’ai l’intention de, je suis allé au Kentucky à la bibliothèque, pour me documenter sur l’astronomie ancienne, les calendriers et la chronologie, et j’ai ramassé autant de livres anciens que j’ai pu, dans les bibliothèques et tout, » - William Branham.

Description de l'image Clarence_Larkin.jpg.
(Auteur de Dispensational Truth - Le plan et le dessein de Dieu dans les âges)
Clarence Larkin est né le 28 octobre 1850 et est décédé le 24 janvier 1924 à l'âge de 73 ans. Clarence Larkin avait 71 ans, lors du décès de Cyrus Scofield (Bible annotée Scofield). William M. Branham avait 14 ans lors du décès de Larkin.

Larkin était un pasteur chrétien évangélique baptiste américain, enseignant de la Bible, et écrivain. Bref, même sans formation universitaire en théologie, il fut reconnu comme un théologien et l'influence de ses travaux est indéniable. Ses livres et ses cartes ont exercé un grand impact sur la culture évangélique conservatrice dans le XXe siècle. Ses cartes et tableaux étaient élaborés dans le but de fournir aux lecteurs une stratégie visuelle permettant de cartographier l'action de Dieu dans l'histoire de l'humanité et d'interpréter les prophéties bibliques complexes.

Sa biographie indique que lorsqu'il s'est converti, il adhéra à l'Église Épiscopale. Cependant en 1882, à l'âge de 32 ans, il devint un membre de l'Église Baptiste et fut ordonné pasteur baptiste deux ans plus tard. Ses recherches sur les Écritures bibliques, et la lecture de quelques livres qui lui sont tombés entre les mains, l'ont conduit à adopter bon nombre des principes de la théologie pré-millénariste qui était populaire dans les milieux protestants conservateurs de son époque.

À cette époque, il a commencé à créer de grandes cartes murales, qu'il utilisait dans ses prédications et qu'il intitulait « Vérité prophétique ». Ce nouveau style de prédication l'a rendu très populaire et lui a permis de prêcher à plusieurs endroits sur invitation. Et en même temps, il publia plusieurs tableaux prophétiques, qui ont été largement diffusés et ont contribué à la rédaction des articles pour les écoles du dimanche des églises évangéliques.

En 1918, il a publié Dispensational Truth (God's Plan and Purpose in the Ages). Ce livre proposait un plan de révélation progressive et le dessein de Dieu au cours des âges, et contenait des dizaines de cartes et des centaines de pages d'éléments descriptifs. Larkin consacra trois ans à concevoir et dessiner les graphiques et à préparer les textes. Son livre devint une véritable défense du dispensationalisme pré-millénariste, s'appuyant notamment sur les grands thèmes présents dans les œuvres d'interprétation majeures de l'époque, comme celles de Cyrus Scofield, William Eugene Blackstone et John Nelson Darby. Comme Cyrus Ingerson Scofield, il a également distingué sept dispensations, la dispensation courante étant la « dispensation de la grâce » ou « la dispensation de l'Eglise » ou « la dispense ecclésiastique ». Au cours des cinq dernières années de sa vie, la hausse de demande pour ses livres l'obligé à abandonner le pastorat, pour consacrer tout son temps à l'écriture.

Les principales publications du Dr Larkin étaient:

Dispensational Truth (Le plan et le dessein de Dieu dans les âges)
Rightly Dividing the Word (Dispense correctement la parole)
The Book of Daniel (Le livre de Daniel)
Spirit World (Le monde spirituel)
Second Coming of Christ (Seconde venue de Christ)
A Medicine Chest for Christian Practitioners, un manuel de formation pour l'évangélisation.

Source: Wikipédia - Catégories : Écrivain religieux - (docteur en théologie)


Traduction française
Clarence Larkin: Chapitre 22. Les sept Églises
Référence: https://www.blueletterbible.org/study/larkin/dt/22.cfm
Référence: http://www.preservedwords.com/disptruth/chap22-pv.htm
Extraits Sept périodes d'Église clairement définies dans l'histoire de l'Église
VI. Le Message à l'Église de Philadelphie. Apocalypse 3:7-13. Extrait: «La «Période de Philadelphie» couvre l'époque entre 1750 et 1900 après J.-C. Nous ne devons pas oublier que les caractéristiques de toutes ces périodes continuent dans l'Église jusqu'à la fin. Cela est vrai des mouvements évangéliques et missionnaires de la «Période de Philadelphie», mais ils sont maintenant (passés à l'ère) mécanique et centrés sur des méthodes commerciales, et il y a moins de pouvoir spirituel, et cela continuera jusqu'à ce que Christ revienne..» (Clarence Larkin: Dispensational Truth 22. Les sept églises)



* Texte original en Anglais:
Clarence Larkin : Chapter 22. The Seven Churches
Seven Church Periods clearly defined in Church History.
VI. The Message to the Church at Philadelphia. Rev. 3:7-13.
 Excerpt: «The "Philadelphia Period" covers the time between A.D. 1750 and A.D. 1900. We must not forget that the characteristics of all these Periods continue on in the Church down to the end. This is true of the Evangelistic and Missionary movements of the "Philadelphia Period," but they are now more mechanical and based on business methods, and there is less spiritual power, and this will continue until Christ returns.» (Clarence Larkin : Dispensational Truth 1918, Chapter 22. The Seven Churches)
* Référence sur http://www.preservedwords.com/disptruth/chap22-pv.htm

 

Clarence Larkin a clairement défini les Sept Périodes d'années des Sept Églises dans l'histoire. William Branham emprunta «les mêmes dates», et choisit des messagers afin de les aligner avec ces périodes
Graphique dessiné par Clarence Larkin, 1918
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


Références
₁ - La Lydie était située dans l'actuelle Turquie. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lydie
₁ - Le personnage John Wesley n'a jamais visité la cité de Philadelphie était https://fr.wikipedia.org/wiki/Philadelphie_(Asie_Mineure)
₂ - Prédication l'Âge de l'Église d'Éphèse, 60-1205 , paragraphe 72 : http://www.branham.fr/read_prop.php?id=931
₃ - Prédication
Monsieur est-ce le signe de la fin? 62-1230E, paragraphe 270: http://www.branham.fr/read_prop.php?id=712
₄ - Prédication l'Âge de l’Église de Smyrne, 60-1206, paragraphe 6 : http://www.branham.fr/read_prop.php?id=196
₅ - Prédication l'Âge de l'Église d'Éphèse, 60-1205, paragraphe 45 : http://www.branham.fr/read_prop.php?id=931
a- Prédication Les Sept Âges de l'Église, 54-0512, paragraphe 38: http://www.branham.fr/read_prop.php?id=429
b- Prédication La Vision de Patmos, 60-1204E, paragraphe 78 : http://www.branham.fr/read_prop.php?id=193
₇ - Prédication l'Âge de l'Église d'Éphèse, 60-1205, paragraphes 76-77 : http://www.branham.fr/read_prop.php?id=195
₈ - Prédication l'Âge de l’Église de Pergame, 60-1207, paragraphes 286 à 288 : http://www.branham.fr/read_prop.php?id=197
₉ - Prédication l'Âge de l'Église d'Éphèse, 60-1205, paragraphes 130-131 : http://www.branham.fr/read_prop.php?id=195

10 - Prédication l'Âge de l'Église Thyatire, 60-1208, paragraphe 27 : http://www.branham.fr/read_prop.php?id=198

L'^Église de Smyrne: http://www.branham.fr/read_prop.php?id=366

La doctrine des «7 âges de l'Église» repose essentiellement sur des enregistrements audio Citation WMB des prédications de William Branham, Citation WMB entre 1960 et 1965, lesquelles ont été transcrites et traduites (en Français et autres langues) pour servir de références aux disciples «du Message des Temps de la fin». Selon les enseignements véhiculés par le groupe du «Message», le ministère de prédication de William Branham a apporté «le véritable Message de l'heure», lequel est sensé s'adresser aux véritables croyants, l'Épouse de Christ. Citation WMB.


Pour en savoir plus    Fermer la fenêtre

Jean 1:18 «Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître.»
Jean 5:37 «Et le Père qui m'a envoyé a rendu lui-même témoignage de moi. Vous n'avez jamais entendu sa voix, vous n'avez point vu sa face,»
Jean 6:46 «C'est que nul n'a vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu ; celui-là a vu le Père.»
Jean 8:28 «Jésus donc leur dit: Quand vous aurez élevé le Fils de l'homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m'a enseigné.»
Jean 14:7 «Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu.»
Jean 14:9 «Jésus lui dit: Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu: Montre-nous le Père ?»
Jean 14:10 «Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les œuvres.»
Jean 14:28 «Vous avez entendu que je vous ai dit: Je m'en vais, et je reviens vers vous. Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père ; car le Père est plus grand que moi.»
Jean 15:26 «Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ;»
Jean 17:21 « afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé. »
1 Jean 1:3 « ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ.»
1 Jean 4:14 «Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde.»
Matthieu 11:27 «Toutes choses m'ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.»

Jean 20:17 «Jésus lui dit: Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.»

Jean 10:30 «Moi et le Père nous sommes un. »

Apocalypse 3:2 «Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir ; car je n'ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu. »

Apocalypse 3: 5-6 «Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs ; je n'effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !»

Apocalypse 3: 21-22 «Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises !»

Apocalypse 2:18 «Écris à l'ange de l'Église de Thyatire: Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à de l'airain ardent:»

Apocalypse 2, versets 25 à 28 «seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu'à ce que je vienne. À celui qui vaincra, et qui gardera jusqu'à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d'argile, ainsi que moi-même j'en ai reçu le pouvoir de mon Père. Et je lui donnerai l'étoile du matin. Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Églises ! »

«(16) Ce soir, l'âge de l’église est appelé l’Âge de l’église de Philadelphie. Et l’étoile ou le messager, l’ange-messager de cet âge de l’église, nous croyons de tout notre cœur que c’est John Wesley.  L'âge de cette église a commencé en 1750 (alors que l'âge de l’église Luthérienne se terminait), et a duré jusqu’aux environs de 1906 » - William M. Branham ---- Sermon L'Age de l'Église de Philadelphie [60-1210]

 

Question: Au fait qui avait décidé en premier lieu de fixer les dates de  170 à 312?

Réponse: En 1918, un théologien baptiste nommé Clarence Larkin, décida de sa propre initiative de placer le soi-disant âge d'Éphèse entre les années 170 et 312. Ce fut publié en 1918. Larkin n'osa jamais nommer quelque personnage historique en tant que «messager» pour les soi-disant âges qu'il avait suggérés. Mais William Branham prit les dates de Larkin, fouilla dans l'histoire et assigna des personnages historiques ayant eu «une certaine renommée du point de vue religieux» aux dates de Larkin!

Traduction française
Clarence Larkin: Chapitre 22. Les sept Églises
Référence: https://www.blueletterbible.org/study/larkin/dt/22.cfm
Référence: http://www.preservedwords.com/disptruth/chap22-pv.htm
Extraits Sept périodes d'Église clairement définies dans l'histoire de l'Église
II - Le message à l'Église à Smyrne. Apocalypse 2: 8-11. Extrait: «L'Église dans sa «Période Éphésienne» ayant perdu son «Premier Amour», le Seigneur est maintenant sur le point de le «châtier», afin de le ramener à Lui. Smyrne a pour racine «amertume» et signifie «myrrhe», un onguent associé à la mort, et nous voyons dans le sens du mot une prophétie de la persécution et de la mort qui devait arriver aux membres de l'Église de Smyrne. On leur a dit de ne pas "craindre" les choses qu'ils devraient être appelés à souffrir, mais d'être fidèles "à" la mort, non pas "jusqu'à" la mort. C'est-à-dire que, jusqu'à la fin de leur vie «naturelle», ils ne devaient pas «se rétracter» face à la mort d'un martyr, mais rester fidèles jusqu'à ce que la mort les soulage de leurs souffrances. La récompense serait une «couronne de vie». C'est la couronne du martyr. On leur dit que «l'auteur» de leurs souffrances serait le diable, et sa durée serait «dix jours», ce qui était sans doute une référence prophétique aux «dix grandes persécutions» sous les empereurs romains, à commencer par Néron, 64 ans. , et se terminant avec Dioclétien en l'an 310. Sept de ces «grandes persécutions» se sont produites pendant cette «période de Smyrne» de l'histoire de l'Église. Ou il peut se référer aux 10 ans de la dernière et la plus féroce persécution sous Dioclétien. Cette période s'étend de 170 à Constantin en 312» (Clarence Larkin: Dispensational Truth 22. Les sept églises)

* Texte original en Anglais:
Clarence Larkin : Chapter 22. The Seven Churches
Seven Church Periods clearly defined in Church History.
II. The Message to the Church at Smyrna. Revelation 2:8-11.
 Excerpt: «The Church in its "Ephesian Period" having lost its "First Love," the Lord is now about to "chastise" it, so as to cause it to return to Him. Smyrna has for its root meaning "bitterness," and means "Myrrh," an ointment associated with death, and we see in the meaning of the word a prophecy of the persecution and death which was to befall the members of the Smyrna Church. They were told not to "fear" the things that they should be called on to suffer, but to be faithful "unto" death, not "until" death. That is, not until the end of their "natural" life, they were not to "recant" when called upon to face a Martyr's death, but remain faithful until death relieved them of their suffering. The reward would be a "Crown of Life." This is the Martyr's crown. They were told that the "author" of their suffering would be the Devil, and its duration would be "ten days," which was doubtless a prophetic reference to the "Ten Great Persecutions" under the Roman Emperors, beginning with Nero, A.D. 64, and ending with Diocletian in A.D. 310. Seven of these "Great Persecutions" occurred during this "Smyrna Period" of Church History. Or it may refer to the 10 years of the last and fiercest persecution under Diocletian. This Period extended from A.D. 170 to Constantine A.D. 312.» (Clarence Larkin : Dispensational Truth 1918, Chapter 22. The Seven Churches)
* Référence sur http://www.preservedwords.com/disptruth/chap22-pv.htm

Clarence Larkin a clairement défini les Sept Périodes d'années des Sept Églises dans l'histoire. William Branham emprunta «les mêmes dates», et choisit des messagers afin de les aligner avec ces périodes
Graphique dessiné par Clarence Larkin, 1918   Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


The Catholic WesleyanJohn Wesley
John Wesley né le 17 juin] 1703 est mort le 2 mars 1791) était un ecclésiastique anglican et un théologien anglais qui, avec son frère Charles et son collègue ecclésiastique George Whitefield, a fondé le méthodisme. Eduqué à Charterhouse School et à Christ Church, Oxford, Wesley fut élu membre du Lincoln College d'Oxford en 1726 et ordonné prêtre deux ans plus tard. Il a dirigé le "Holy Club", une société formée pour l'étude et la poursuite d'une vie chrétienne dévote; il avait été fondé par son frère Charles et comptait George Whitefield parmi ses membres. Après un ministère raté de deux ans à Savannah dans la colonie de Géorgie, Wesley est retourné à Londres et a rejoint une société religieuse dirigée par les chrétiens moraves. Le 24 mai 1738, il éprouva ce qu'il appelait sa conversion évangélique, lorsqu'il sentit son «cœur étrangement réchauffé». Il a ensuite quitté les Moraves, en commençant son propre ministère. une étape clé dans le développement du ministère de Wesley était, comme Whitefield, de voyager et de prêcher à l'extérieur.

Contrairement au calvinisme de Whitefield, Wesley embrassa les doctrines arminiennes qui dominaient l'Église d'Angleterre à cette époque. Se déplaçant à travers la Grande-Bretagne et l'Irlande, il a aidé à former et à organiser de petits groupes chrétiens qui ont développé une responsabilisation intensive et personnelle, une formation de disciple et une instruction religieuse. Plus important encore, il a nommé des évangélistes itinérants et non-ordonnés pour voyager et prêcher comme il l'a fait et prendre soin de ces groupes de personnes. Sous la direction de Wesley, les méthodistes sont devenus des leaders dans de nombreuses questions sociales de l'époque, y compris la réforme des prisons et l'abolition de l'esclavage. Bien qu'il ne fût pas un théologien systématique, Wesley plaida pour la notion de perfection chrétienne et contre le calvinisme - et en particulier contre sa doctrine de la prédestination. Il a soutenu que, dans cette vie, les chrétiens pouvaient atteindre un état où l'amour de Dieu «régnait dans leurs cœurs», leur donnant la sainteté extérieure. Son évangélisme, fermement ancré dans la théologie sacramentelle, soutenait que les moyens de grâce étaient la manière dont Dieu sanctifie et transforme le croyant, encourageant les gens à faire l'expérience de Jésus-Christ personnellement. Tout au long de sa vie, Wesley est resté dans l'Église d'Angleterre établie, insistant sur le fait que le mouvement méthodiste se situait bien dans sa tradition [2]. Au début de son ministère, Wesley ne pouvait pas prêcher dans de nombreuses églises paroissiales et les méthodistes étaient persécutés; il devint plus tard largement respecté et, à la fin de sa vie, avait été décrit comme "l'homme le plus aimé en Angleterre". [3] En 2002, il a été classé numéro 50 dans le sondage de la BBC sur les 100 plus grands Britanniques. [4]

Le chercheur Wesley du XXe siècle, Albert Outler, a soutenu dans son introduction à la collection de 1964 de John Wesley que Wesley avait développé sa théologie en utilisant une méthode que Outler appelait le quadrilatère wesleyen. [60] Dans cette méthode, Wesley croyait que le noyau vivant du christianisme était révélé dans l'Écriture; et la Bible était la seule source fondamentale du développement théologique. La centralité de l'Écriture était si importante pour Wesley qu'il se présentait comme «un homme d'un seul livre» [61] - ce qui signifiait la Bible - bien qu'il ait été bien lu pour son époque. Cependant, il croyait que la doctrine devait être conforme à la tradition chrétienne orthodoxe. Ainsi, la tradition était considérée comme le deuxième aspect du Quadrilatère. [60] Statue en bronze de Wesley dans le cimetière de St Paul, Londres. Une version en marbre existe à l'intérieur du Methodist Central Hall, Westminster. Wesley a soutenu qu'une partie de la méthode théologique impliquerait la foi expérientielle. En d'autres termes, la vérité serait vivifiée dans l'expérience personnelle des chrétiens (globalement, pas individuellement), si c'était vraiment la vérité. Et toute doctrine doit pouvoir être défendue rationnellement. Il n'a pas séparé la foi de la raison. Wesley a fait valoir que la tradition, l'expérience et la raison étaient toujours soumises à l'Écriture, parce que seule la Parole de Dieu est révélée «dans la mesure où cela est nécessaire pour notre salut» [62].

Les doctrines que Wesley a soulignées dans ses sermons et ses écrits sont la grâce prévenante, le salut personnel actuel par la foi, le témoignage de l'Esprit et la sanctification. [63] La grâce prévenante était le fondement théologique de sa croyance que toutes les personnes étaient capables d'être sauvées par la foi en Christ. Contrairement aux calvinistes de son époque, Wesley ne croyait pas à la prédestination, c'est-à-dire que certaines personnes avaient été choisies par Dieu pour le salut et d'autres pour la damnation. Il comprenait que l'orthodoxie chrétienne insistait sur le fait que le salut n'était possible que par la grâce souveraine de Dieu. Il a exprimé sa compréhension de la relation de l'humanité à Dieu en tant que dépendance absolue de la grâce de Dieu. Dieu était à l'œuvre pour permettre à tout le monde d'être capable de parvenir à la foi en donnant aux humains les moyens d'avoir une véritable liberté existentielle de réponse à Dieu. Wesley définit le témoignage de l'Esprit comme: "une impression intérieure sur l'âme des croyants, par laquelle l'Esprit de Dieu témoigne directement à leur esprit qu'ils sont les enfants de Dieu." [64] Il a basé cette doctrine sur certains passages bibliques ( voir Romains 8: 15-16 en exemple). Cette doctrine était étroitement liée à sa conviction que le salut devait être «personnel». Selon lui, une personne doit finalement croire la Bonne Nouvelle pour elle-même; personne ne pouvait être en relation avec Dieu pour un autre. La sanctification qu'il a décrite en 1790 comme le "grand dépôt que Dieu a déposé avec les gens appelés" méthodistes "." [65]

Wesley a enseigné que la sanctification pouvait être obtenue après la justification par la foi, entre la justification et la mort. Il n'a pas combattu pour «la perfection sans péché»; au contraire, il a soutenu qu'un chrétien pourrait être fait «parfait dans l'amour». (Wesley a étudié l'orthodoxie orientale et en particulier la doctrine de Theosis). [66] Cet amour signifierait, tout d'abord, que les motifs d'un croyant, plutôt que d'être égocentrique, seraient guidés par le désir profond de plaire à Dieu. On serait capable de ne pas commettre ce que Wesley a appelé «le péché à juste titre». Par là, il entendait une violation consciente ou intentionnelle de la volonté ou des lois de Dieu. intentionnel ou volontaire pourrait être évité. [65] Deuxièmement, pour être rendu parfait dans l'amour signifiait, pour Wesley, qu'un chrétien pouvait vivre avec une considération primordiale pour les autres et leur bien-être. Il a basé ceci sur la citation de Christ que le deuxième grand commandement est "aimer votre prochain comme vous aimez vous-même.» À son avis, cette orientation permettrait à une personne d'éviter un certain nombre de péchés contre son voisin. Cet amour, plus l'amour pour Dieu qui pourrait être le centre de la foi d'une personne, serait ce que Wesley a appelé «l'accomplissement de la loi du Christ».

John Wesley et la virginité perpétuelle de Marie

John Wesley, comme de nombreux leaders protestants tels que Zwingli [1], Luther [2] et Calvin [3], soutenait fermement que Marie était une vierge perpétuelle, ce qui signifie qu'elle n'avait jamais eu de relations sexuelles avec Joseph ni aucun autre enfants sauf Jésus-Christ. L'expression la plus explicite de Wesley sur son adhésion à la virginité perpétuelle de Marie se trouve dans sa Lettre à un catholique romain: «Je crois qu'il a été fait homme ... et né de la Vierge Marie bénie, qui, aussi bien après comme auparavant, elle l'a fait ressortir, a continué une vierge pure et sans taches. «Dans les notes explicatives de Wesley sur le Nouveau Testament, nous trouvons ses explications bibliques en réponse à des passages bibliques souvent cités. L'un des principaux moyens que les opposants à la doctrine tentent d'opposer à la virginité perpétuelle de Marie est de prouver, à partir de divers passages des Ecritures, que Jésus a eu des frères biologiques de la même manière que nous employons aujourd'hui le terme occidental.» Deux des passages les plus fréquemment cités sont Matthieu 1: 24-25 et Matthieu 13: 53-57.

En résumé; Les wesleyens tiennent aux vues orthodoxes concernant Dieu, la Trinité, la divinité de Christ, et le besoin de salut par la foi seule en Jésus-Christ. La portée de cet article n'est pas de décrire toutes les choses universellement acceptées, mais plutôt de mettre en évidence les domaines dans lesquels ils seraient différents (peut-être substantiellement) avec beaucoup d'autres églises évangéliques et / ou réformées. Comme c'est le cas pour beaucoup d'églises et de dénominations aujourd'hui, ceux qui sont dans leurs bancs ne sont pas nécessairement d'accord (ou même ne connaissent pas) tous les points que nous avons examinés. Pourtant, en tant que profès nazaréen ou wesleyen ou adepte de John Wesley, c'est la doctrine qu'ils attribuent au moins au nom

Vierge Marie
Wesley croyait en la virginité perpétuelle de Marie, la mère terrestre de Jésus. Dans sa lettre à un catholique romain, Wesley a déclaré: «Je crois qu'il [Jésus] a été fait homme, rejoignant la nature humaine avec le divin en une seule personne; étant conçu par l'opération singulière du Saint-Esprit, et né de la Vierge Marie bénie, qui, aussi bien qu'avant qu'elle l'a fait sortir, a continué une vierge pure et sans taches. "

Wesley croyait que porter des bijoux et des vêtements coûteux était un péché et que les chrétiens ne devaient pas s'engager dans un tel comportement. Plus précisément, il était fortement contre les femmes portant des bagues, des boucles d'oreilles et des colliers. Par conséquent, les premiers méthodistes étaient connus pour leur robe simple et leur absence de bijoux. L'église méthodiste a maintenu la position de Wesley sur l'habillement et les bijoux jusqu'en 1852 Read more at

http://www.patheos.com/blogs/frankviola/shockingbeliefsofjohnwesley/#eb7aZr38eehGoSsz.99
Shocking Beliefs of John Wesley

Wesley croyait à la virginité perpétuelle de Marie, la mère terrestre de Jésus. Dans sa Lettre à un catholique, Wesley déclara: « Je crois qu’il [Jésus] s’est fait homme, réunissant la nature humaine avec la divine en une seule personne; étant conçu par l’opération singulière du Saint-Esprit, et né de la Vierge Marie, qui, ainsi, après comme avant qu’elle le mit au monde, demeura une vierge pure et sans tache. Wesley croyaient que porter des bijoux et des vêtements coûteux était un péché et que les chrétiens ne étaient pas à se engager dans un tel comportement. Plus précisément, il était fortement contre les femmes qui portent des bagues, des boucles d’oreilles et des colliers. Par conséquent, les premiers méthodistes étaient connus pour leur robe simple et l’absence de bijoux. L’Église méthodiste a confirmé la position de Wesley sur les vêtements et les bijoux jusqu’en 1852» https://ntjufen.wordpress.com/frank_viola-croyances-choquantes-de-c-s-lewis/croyances-choquantes-de-john-wesley/  .



Puisque William M. Branham a choisi Irénée de Lyon en se basant seulement sur ce qu'il a trouvé sur le personnage, selon les «encyclopédies catholiques qu'il a consultées» il ne pouvait qu'errer et induire en erreur tout son auditoire. Lorsqu'il a dit «Je crois que...» ou encore «La Bible ne dit pas qui ils sont» en parlant des «anges/messagers» il n'a fait que nous proposer son propre choix. Est-ce que William Branham a vraiment consulté les théologiens de son époque? 
Pour en savoir plus, cliquez ici    Fermer la fenêtre